Toyota RAV4 Hybride 2020 : le meilleur choix de la gamme

Points forts
  • Consommation frugale
  • Très bonne fiabilité
  • Très bonne valeur de revente
  • Équipement complet
Points faibles
  • Agrément de conduite mitigé
  • Transmission à variation continue décevante
  • Disponibilité limitée
Évaluation complète

Le Toyota RAV4 est le véhicule le plus populaire de la marque japonaise au pays, déclassant même la Corolla, et il est proposé en plusieurs variantes. On a même drit à une motorisation hybride, Toyota faisant figure de leader dans ce domaine.

Renouvelé l’an dernier, le RAV4 affiche aujourd’hui un look différent avec une calandre proéminente, des flancs et des passages de roues très sculptés, ainsi que des feux arrière en saillie. Bref, un aspect plus aventurier, même dans le cas de la variante hybride qui n’est toutefois pas aussi typée côté design que la mouture Trail à motorisation thermique conventionnelle.

Sous le capot du RAV4 Hybride se trouve un moteur atmosphérique à quatre cylindres de 2,5 litres, secondé par deux moteurs électriques, un pour le train avant et le second pour le train arrière. Ceux-ci sont alimentés par une batterie de type nickel-hydrure métallique d’une capacité de 1,6 kWh, laquelle est logée sous la banquette arrière. Cela évite d’empiéter sur le volume de chargement du coffre dont la capacité est identique à celle d’un modèle à motorisation thermique conventionnelle.

Comme le RAV4 Hybride est doté de deux moteurs électriques, il devient de facto un véhicule à rouage intégral, bien que ce rouage soit de nature électronique, et non mécanique. La puissance combinée est chiffrée à 219 chevaux, et le couple instantané livré par les deux moteurs électriques permet à cette variante d’être un peu plus véloce en accélération franche, même si le poids atteint 1 724 kilos dans le cas de la déclinaison Limited mise à l’essai, soit 82 kilos de plus qu’un RAV4 Limited conventionnel.

Photo: Toyota

Consommation frugale

Il faut toutefois composer avec une transmission à variation continue qui sape l’agrément de conduite tout en permettant d’obtenir des cotes de consommation officielles avantageuses de 5,7 L/100 km en ville et de 6,3 L/100 km sur la route. Le RAV4 Hybride est donc plus efficient en circulation urbaine que sur l’autoroute, comme à peu près tous les véhicules à motorisation hybride. Au cours de notre essai mené en plein cœur de l’hiver québécois, nous avons noté une moyenne de 7,3 L/100 km ce qui est très bon compte tenu du gabarit du véhicule.

Le comportement routier demeure sûr et prévisible en conduite relaxe, mais le RAV4 Hybride n’apprécie guère la conduite sportive, laquelle entraîne rapidement l’intervention des systèmes de contrôle électronique de la stabilité. Si vous êtes amateur de conduite plus sportive, le Mazda CX-5 sera un meilleur choix, mais si la dynamique et la tenue de route ne sont pas au sommet de vos priorités, le RAV4 Hybride fera très bien l’affaire.

Photo: Toyota

Un habitacle plus conservateur

Si le design de la carrosserie permet au RAV4 de se démarquer dans le paysage automobile, le look de l’habitacle est beaucoup plus conservateur mais fait preuve d’un beau souci d’ergonomie. La connectivité est assurée par cinq ports USB, trois à l’avant et deux à l’arrière, et le RAV4 autorise maintenant la compatibilité avec Apple CarPlay, Android Auto et Amazon Alexa, ce qui n’était pas le cas avant lorsque Toyota rechignait à l’idée de partager les données de ses clients avec des compagnies externes. Sur le modèle Limited, on retrouve même un chargeur par induction pour téléphones compatibles.

Le modèle Limited offre aussi un rétroviseur central qui fonctionne de deux façons, soit comme un miroir conventionnel ou comme un écran à affichage numérique qui permet de voir les images captées par une caméra localisée à l’intérieur du véhicule sur la partie supérieure du hayon, et non pas par la caméra de recul qui surplombe la plaque d’immatriculation. Résultat, tant et aussi longtemps que la lunette arrière est dégagée, cela permet de bien voir derrière le RAV4, et même de se servir de la fonction écran du rétroviseur central lors des manoeuvres de recul alors que l’autre caméra est souillée en hiver. Futé!

Photo: Toyota

Le RAV4 Hybride se singularise par des aiguilles bleues sur les cadrans du bloc d’instruments, et par un affichage des données d’utilisation d’énergie sur ces mêmes cadrans, ainsi que sur l’un des menus que l’on peut choisir sur l’écran central de 7,0 pouces qui trône au sommet de la planche de bord. On remarque aussi le bouton EV permettant de sélectionner la motorisation électrique, mais ce dernier fait plus figure d’outil de marketing, puisque l’autonomie en mode électrique dépend de la quantité d’énergie stockée dans la batterie et ne permet de rouler qu’à basse vitesse et sur une courte distance. C’est parfois à peine assez pour circuler dans un stationnement intérieur, par exemple.

Le RAV4 Prime en approche

L’offre de Toyota en matière de VUS à motorisation hybride sera bientôt doublée avec l’arrivée prochaine à l’été 2020 de la variante RAV4 Prime, laquelle est rechargeable .

Doté d’une batterie lithium-ion de 17,8 kilowatts/heure pouvant être rechargée sur secteur, le RAV4 Prime pourra donc rouler exclusivement en mode électrique sur un peu plus de 60 kilomètres, selon Toyota. Fait remarquable, la motorisation hybride rechargeable du RAV4 Prime développe 302 chevaux, soit assez pour abattre le 0-100 km/h en six secondes, rien de moins, et en faire la variante la plus performante de la gamme.

Le prix de notre RAV4 Hybride Limited était de 42 790 $, mais il est possible de prendre le volant de versions LE ou XLE, lesquelles sont moins équipées et vendues à prix moindre.

Précisons toutefois que toutes les versions du RAV4 Hybride sont dotées de série des systèmes de sécurité avancés développés par Toyota. Pour ce qui est des considérations pratiques, soulignons que la garantie sur la batterie du RAV4 Hybride et du RAV4 Prime est maintenant de 10 ans ou 240 000 kilomètres, tout comme pour les autres modèles hybrides de Toyota.

Aussi, la fiabilité devrait logiquement être très bonne, ce qui permet d’envisager un achat pour le long terme, et la valeur de revente demeurera assurément élevée. Pas étonnant que le RAV4 Hybride soit, en quelque sorte, victime de son succès et que les acheteurs doivent faire preuve de patience afin d’en faire l’acquisition.

Le RAV4 est le modèle le plus vendu au pays pour la marque japonaise, et sa variante hybride représente le choix le plus avisé que l’on puisse faire dans cette gamme… en attendant l’arrivée du RAV4 Prime enfichable.

En vidéo : Le Toyota RAV4 Trail mis à l'essai

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

guideauto.tvSur la route : on essaie les deux versions du Toyota Highlander 2020
Le Toyota Highlander 2020 se présente en deux modèles distincts : la version à essence et la version hybride. Dépendamment de vos besoins, l’une ou l’autre est intéressante, mais le constructeur japonais laisse une marge de prix tellement minime entre les deux options que la version hybride s’avère évidente surtout …
Los AngelesToyota RAV4 Prime 2021 : un VUS hybride rechargeable qui promet
Toyota profite de l’ouverture du Salon de l’auto de Los Angeles pour dévoiler le RAV4 Prime, une version hybride rechargeable de son populaire VUS compact. Capable de parcourir 60 kilomètres sans consommer une goutte d’essence, le RAV4 Prime est le premier véhicule utilitaire enfichable de Toyota. Du même coup, il …
EssaisToyota RAV4 2019 : vivement l'hybride
Cet automne, j’avais pu brièvement mettre à l’essai le nouveau Toyota RAV4 lors des événements de conduite organisés par le jury du North American Car of the Year. Il s’agissait alors d’un prototype, sur lequel la finition me semblait tout de même sans grand défaut. Évidemment, il m’était difficile de …
Questions des lecteursQuel véhicule devrais-je m’acheter pour mes 70 ans?
J’aurai 70 ans en avril prochain et j’aimerais m’offrir un cadeau. Je possède une Toyota Camry SE 2007 avec seulement 89 000 kilomètres pour laquelle j’ai déjà une liste d’acheteurs potentiels. J’hésite entre les Lexus UX 250h, le NX 300h et le Honda CR-V pour la remplacer, en revanche je …
Questions des lecteursQuel VUS choisir pour remplacer mon Toyota RAV4 2011?
Je possède un Toyota RAV4 depuis 2011 dont je suis très satisfaite. J’aimerais le remplacer par un plus petit VUS qui n’a pas peur des bonnes côtes (je vis à Sainte-Adèle). Et s’il est électrique, j’ai besoin de 200 kilomètres d’autonomie au minimum pour l’hiver. Devrais-je louer ou acheter un …
Questions des lecteursQue pensez-vous du Toyota RAV4 Prime 2021?
J’ai vu le Toyota RAV4 Prime 2021 au Salon International de l’Auto de Montréal en janvier dernier et j’étais curieuse de connaître votre avis car j’envisage en faire l’achat. Bonjour Karine, Si les Québécois ont pu voir en primeur canadienne le Toyota RAV4 Prime au Salon de l’auto de Montréal, …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires