L’histoire de Tesla : Elon Musk et ses voitures

L’histoire de Tesla est à la fois simple et complexe. Simple, car elle crée uniquement des voitures électriques. Complexe, car son président, Elon Musk, l’est beaucoup! Tesla et Elon Musk sont inséparables, le multimilliardaire de 47 ans, originaire de l’Afrique du Sud, étant même considéré, à tort, comme son fondateur. Vrai que Musk a fondé bien des entreprises, et pas des moindres : PayPal (services financiers informatiques), SpaceX (voyages spatiaux) et The Boring Company (Hyperloop), entre autres. Mais pas Tesla.

Tesla, en hommage à Nikolas Tesla (1856 – 1943), un ingénieur qui a mis au point les premiers alternateurs, a plutôt été créée en 2003 par deux universitaires ambitieux, Martin Eberhard et Marc Tarpenning. Ils désirent produire une voiture sport électrique à un moment où la popularité de ce type d’énergie est au plus bas. Sauf que construire une voiture, électrique ou pas, ça demande beaucoup de sous. Dans leur quête, Eberhard et Tarpenning rencontrent le fringuant Elon Musk qui, lui, en a tout plein. En 2004, ce dernier investit plusieurs millions de dollars dans l’entreprise et devient ipso facto le président de son conseil d’administration. En janvier 2008, Eberhard et Tarpenning quittent le bateau. D’aucuns prédisent la fin imminente de Tesla…

Photo: Tesla, Inc

La Roadster

2008. La première voiture à quitter la chaîne d’assemblage est la Roadster, une voiture sport biplace basée sur la Lotus Elise dont l’empattement a été allongé de 2 po et la mécanique à explosion remplacée par une motorisation électrique. La Roadster demeurera en production jusqu’en janvier 2012, moment où Lotus cesse de construire l’Elise. D’aucuns prédisent la fin imminente de Tesla…

La Roadster a été plus qu’une voiture… Par ses lignes affriolantes, ses performances débridées et son autonomie électrique impressionnante (près de 400 km), elle a contribué à rendre la voiture électrique désirable. Son prix élitiste (aux alentours de 120 000 $) contribue à créer une aura d’exclusivité qui sépare Tesla de la plèbe.

Photo: Tesla

S 3 X

Le second modèle à porter le nom Tesla est la spectaculaire Model S, introduite sur le marché le 22 juin 2012. Ses performances sont absolument phénoménales. Si la Roadster a fait entrer la voiture électrique dans l’imaginaire collectif, la Model S fait de même pour Tesla.

Deux autres modèles viennent enrichir le catalogue de l’ancienne startup américaine. Le Model X tout d’abord, apparaît en 2015. Ce VUS est remarquable grâce à ses portes arrière en aile de mouette qui ont causé plusieurs maux de tête aux ingénieurs et à quelques malheureux propriétaires. En 2017, débarque la tant attendue Model 3, une berline compacte. L’an prochain devrait voir arriver le Model Y, un VUS compact.

Photo: Tesla, Inc

Semi-camion ou semi-réalité?

Fidèle au patron Musk, qui adore le flamboyant, Tesla a dévoilé, en 2017, le Semi, un camion promettant la stratosphère en matière d’autonomie, de performances et de conduite autonome. Il y a quelques semaines, nous apprenions que la production du Semi était retardée jusqu’à l’an prochain. Parlant de stratosphère, il n’y a que Tesla qui pouvait se permettre, via l’entreprise cousine SpaceX, d’envoyer, le 6 février 2018, une voiture (Roadster) dans l’espace!

Au rayon du spectaculaire, le prochain Roadster en rajoutera une méchante couche avec des performances absolument démentielles. Attendons la suite avant de nous emballer, Tesla nous ayant habitués à promettre beaucoup et à livrer un peu moins… Toujours dans le domaine du démesuré, le mode Ludicrous (que l’on pourrait traduire librement par ridicule), qui apparaît sur le Model S P85D, autorise des accélérations balistiques.

Photo: Tesla

Internet s’enflamme

Dès la sortie de la Model S, l’engouement pour la marque de Palo Alto en pleine Silicon Valley (Californie) devient viral. Tous les sites et les publications spécialisés dans le domaine de l’automobile ne parlent que de Tesla, frisant quelquefois le fanatisme. Pas mal pour une marque qui ignore royalement la presse automobile, qui ne possède pas de concessionnaires et qui évite soigneusement les Salons automobiles!

Quelques nuages…

La demande pour la Model S est telle que les délais de livraison s’allongent indûment. De graves problèmes de production et d’approvisionnement n’aident en rien la situation, tout comme des problèmes de fiabilité récurrents. D’aucuns prédisent la fin imminente de Tesla…

L’histoire se répète pour la populaire Model 3. Encore une fois, de nombreux retards de production viennent freiner les ventes. En plus, le prix demandé est largement supérieur à celui qui était anticipé… Malgré les embûches, la Model 3 est aujourd’hui produit à plus de 20 000 unités par mois.

Photo: Jean-François Savoie

Tesla recharge ses batteries

En 2012, Tesla commence à étendre son réseau de bornes à recharge rapide, disponible aux voitures éponymes uniquement. Le 29 juillet 2016 marque une étape importante dans l’histoire de Tesla; l’ouverture de la Gigafactory, une giga-usine, opérée conjointement avec Panasonic, qui fabriquera les batteries des Tesla à venir.

Deux autres Gigafactory voient aussi le jour, une à Buffalo NY et une autre à Shanghai. Au moment de la rédaction de cet article, à la mi-mai 2019, les investissements dans les trois Gigafactory auraient cessé et certains travailleurs auraient été mis à pied. Une mer tranquille, ce n’est pas pour Tesla!

Tesla, jamais sur le pilote automatique

Tesla, c’est aussi l’Autopilot, apparu pour la première fois le 9 octobre 2014, sur une Model S. Il s’agit d’un système dont le nom même peut induire les conducteurs en erreur puisque dans les faits, on parle d’un système d’aide au pilotage. Toutefois, les rares accidents qui ont été causés par l’Autopilot, l’ont été alors que le conducteur n’a pas respecté les consignes de la marque.

Malgré la mauvaise publicité causée par ces incidents et l’acharnement de certains médias, il est indéniable que ce système demeure l’un des plus évolués sur le marché. Et, soyons francs, il a assurément contribué à sauver plus de tôle et, surtout, de vies qu’un être humain.

Photo: Tesla

Un tweet de trop

Tesla n’aurait sans doute pas été aussi médiatisée sans Elon Musk, son président, qui semble courir après les caméras comme si sa vie en dépendait. Il a une belle gueule, il s’exprime bien, il est hyper riche et il a des idées toutes plus grandioses les unes que les autres. Bref, Musk devient rapidement le visage de Tesla. Pour le meilleur et pour le pire.

Avec, ou plutôt à cause de, sa prodigieuse énergie, quelquefois mal gérée, Musk, grand adepte des médias sociaux, s’est à l’occasion mis le pied dans la bouche. Le 7 août 2018, par exemple, il publie un tweet stipulant qu’il songeait à retirer Tesla de la bourse, ayant trouvé une source de financement officielle (funding secured).

N’étant pas doué pour la finance, je laisse le soin aux professionnels de commenter la situation. Quoiqu’il en soit, Musk a fait une grave erreur. La Securities and Exchange Commission (SEC) déclenche aussitôt une enquête. Depuis ce temps, les relations entre Musk et la SEC sont loin d’être au beau fixe, ce qui est rarement une bonne nouvelle pour un industriel. D’aucuns prédisent la fin imminente de Tesla…

Photo: Jean Lemieux

Quand tout est amplifié

Tesla est indissociable de Musk, de la Gigafactory, de l’Autopilot, du mode Ludicrous, des annonces pharaoniques, des retards de production dantesques et des actions boursières au comportement bipolaire.

D’un autre côté, Tesla, comme la Tucker Corporation il y a plus de 70 ans, secoue constamment l’industrie automobile, l’obligeant à souvent réajuster le tir. Tesla est devenue une cible et Elon Musk doit jouir juste à y penser.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisTesla Model X 2018 : capsule spatiale sur roues
Bien que la survie à long terme de Tesla ne soit toujours pas assurée, le constructeur californien de véhicules électriques a indéniablement révolutionné l’industrie automobile. Il a prouvé au monde que des motorisations électriques peuvent être une solution réaliste aux moteurs à combustion, à un prix élevé, tout de même.
BlogueLe système Autopilot de Tesla responsable d'un accident?
Lundi dernier, sur une autoroute de Culver City, près de Los Angeles en Californie, une Tesla Model S s’est encastrée dans l’arrière d’un camion de pompier immobilisé de façon sécuritaire sur le côté de la route, à cause d’une intervention. Personne n’a été blessé, mais la voiture a été très …
BlogueRouage intégral : l’avantage Tesla
La compagnie de véhicules électriques californienne Tesla fait énormément parler d’elle. En fait, en 2017, les constructeurs automobiles font rarement les manchettes des médias traditionnels, à moins qu’il ne soit question d’un désastre, comme le scandale des voitures diesel chez Volkswagen . Eh oui, Tesla captive l’attention des médias traditionnels, …
Nouveaux modèlesTesla Model Y: le voici, le nouveau VUS de Tesla
Fidèle à ses habitudes, Tesla a fait les choses en grand pour le dévoilement de son petit dernier, le Model Y. En direct des studios de design du constructeur, à Los Angeles, le PDG Elon Musk a lui-même pris la parole pour la présentation de ce nouveau modèle, dont les …
guideauto.tvEn studio : 13 000$ de rabais pour la Tesla Model 3
Afin de permettre à sa Model 3 d’être éligible à la nouvelle subvention de 5000$ du gouvernement canadien , Tesla a encore une fois sorti un lapin de son chapeau. Le constructeur californien a eu l’idée de commercialiser chez nous une version limitée à 150 kilomètres d’autonomie dont le prix …
BuzzEn vidéo : elle transforme sa Tesla en camionnette
Tesla projette de lancer une camionnette électrique , mais personne ne sait encore à quel moment au juste elle sera prête à être lancée sur le marché. Eh bien, certains amateurs sont tannés d’attendre et au moins une personne a décidé de prendre les choses en main. Simone Giertz, qui …
Commentaires