La Pontiac Trans Am de Burt Reynolds vendue à prix d’or

La Pontiac Firebird Trans Am du film Smokey and the Bandit (Cours après moi shérif) est l’une des voitures les plus célèbres dans l’histoire du cinéma. L’exemplaire de 1977 ayant appartenu au défunt acteur Burt Reynolds s’est retrouvé en vente dernièrement sur le site d’enchères Bring a Trailer.

La mise gagnante, croyez-le ou non, s’est élevée à 172 000 $US, soit près de 240 000 $CA avec le taux de change actuel. Et dire que le prix suggéré par le fabricant à l’époque était de 8 082 $!

L’acheteur a également mis la main sur un blouson et un chapeau signés par Reynolds, ce qui a certes eu une influence sur la valeur de voiture.

Photo: Bring a Trailer

Comme vous pouvez le voir sur les images, la carrosserie et l’habitacle sont encore en assez bonne condition. L’acteur avait d’ailleurs procédé à un rafraîchissement de la peinture, des sièges et de la moquette, en plus de faire ajouter l’inscription « Bandit » sur la porte du conducteur. Avant de s’en départir en 2015, il avait autographié le capot et le tableau de bord.

Photo: Bring a Trailer

Parmi les autres éléments qui retiennent notre attention, il y a bien sûr les différents emblèmes de l’oiseau doré, les jantes de 15 pouces au fini or avec cache-moyeux décorés du même emblème de l’oiseau, mais en rouge, ainsi que les garnitures dorées autour des cadrans et sur le volant. L’odomètre à cinq chiffres indique 90 314 milles (145 346 kilomètres).

Le moteur est un V8 de 6,6 litres jumelé à une boîte automatique à trois rapports. Grâce à un ensemble de performance W72, il développe 200 chevaux.

En vidéo: Antoine Joubert et Daniel Melançon s'expriment après le décès de Burt Reynolds

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

BuzzLe Pontiac Aztek renaît…en Firebird Trans Am!
Non, ce n’est pas un poisson d’avril en retard. Commercialisé de 2001 à 2005, le Pontiac Aztek a semé la terreur sur la route, mais pas pour les bonnes raisons. Il est plutôt passé à l’histoire comme l’un des véhicules au design le plus affreux, à tel point qu’on se …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires