Lamborghini Aventador S 2017 : intensité de niveau 11

Points forts
  • Moteur V12 performant et sonore
  • Performances spectaculaires
  • Exclusivité assurée
  • Qualité de finition intérieure
Points faibles
  • Boîte à simple embrayage
  • Habitacle exigu
  • Confort relatif sur longs trajets
  • Garde au sol très limitée
Évaluation complète

La Lamborghini Aventador S est une véritable bête. Elle est furieusement rapide, s’exprime avec force et audace comme Luciano Pavarotti au sommet de sa forme, et toutes ses formes annoncent la couleur d’une expérience de conduite hors du commun. Cette voiture est tout simplement démentielle. Ses performances sont spectaculaires et elle fait preuve d’une rare intensité. Mon contact avec l’Aventador S s’est déroulé en deux temps. Je l’ai conduite sur les routes de la région de Montréal pendant quelques jours pour ensuite la retrouver sur la piste DDT du Canadian Tire Motorsport Park en Ontario.

Pour la conduite au quotidien, il y a une touche que l’on actionne très souvent. C’est celle qui commande le système hydraulique qui lève l’avant de la voiture de 40 millimètres afin d’éviter que la caisse ne touche le sol quand on quitte la rue pour une entrée de garage ou encore si l’on doit franchir un dos d’âne. Mais même lorsque l’avant est surélevé, il est préférable d’approcher ces obstacles avec un certain angle qui permet de soulever doucement une seule des roues avant, puis la seconde. De toute évidence, ce bolide n’a pas été conçu pour la conduite au quotidien dans un environnement urbain.

L’accès à bord exige certaines contorsions, la visibilité est problématique, et même des manœuvres simples comme le stationnement en parallèle demandent que l’on procède avec précaution. Donc, vivre au quotidien avec une Aventador S n’est pas de tout repos. De toute façon, la plupart des propriétaires de Lamborghini possèdent aussi d’autres véhicules pour la conduite de tous les jours, c’est juste qu’ils doivent tenir compte de ce qui précède s’ils veulent sortir en ville un soir au volant de leur voiture exotique.

Au Québec, où la fascination pour l’automobile est omniprésente, conduire une Lamborghini exige que l’on porte une grande attention aux autres automobilistes qui ont parfois tendance à louvoyer et à entrer dans votre voie en espérant photographier votre voiture avec leur téléphone intelligent. Se balader en Lamborghini Aventador S signifie également que l’on doive s’habituer à répéter constamment « cinq cent cinquante mille dollars » et « V12 de 730 chevaux » en réponse aux questions qui fuseront de toutes parts, partout où vous circulez. Tous les jours, et jusqu’à quinze fois par jours si vous êtes un chic type...

Photo: Lamborghini

L’Aventador S sur le circuit DDT du Canadian Tire Motorsport Park

L’Aventador S est équipée d’un système de roues arrière directrices qui tourne les roues dans le sens contraire des roues avant jusqu’à trois degrés si la voiture est conduite à basse vitesse afin de bonifier la maniabilité, et les tourne dans le même sens que les roues avant jusqu’à 1,5 degré pour d’assurer une plus grande stabilité lors des transitions latérales à haute vitesse et en virage rapide. Ce dispositif permet à l’Aventador S de s’inscrire en virage avec immédiateté et réduit le sous-virage typique des voitures de performance à rouage intégral.

Le Talon d’Achille de l’Aventador S est sans contredit sa boîte de vitesses à simple embrayage avec paliers de commande au volant. Même lors de la conduite sur circuit, cette boîte prend un peu trop de temps à passer les rapports et l’équilibre de la voiture est compromis quand la puissance revient brusquement après l’enclenchement du rapport supérieur. Par opposition aux boîtes à double embrayage, plus rapides et moins brutales, la boîte à simple embrayage de l’Aventador S nous ramène à l’époque analogue.

On peut aussi qualifier d’analogue son moteur V12 atmosphérique de 6,5 litres. Plusieurs bagnoles exotiques d’aujourd’hui sont passées à l’ère de la suralimentation par turbocompresseur afin de livrer un couple maximum sur une plage étendue, la Lambo maintient le cap avec un moteur atmosphérique de forte cylindrée et une limite de révolutions-moteur de 8 500 tours/minute qui est très élevée pour un V12. À pleine charge, il s’exprime avec une hargne et une intensité peu commune en raison de son échappement à courte portée. Chaque fois que l’on appuie à fond sur l’accélérateur, la nature à la fois crue et directe de ce moteur devient tangible et l’effet dramatique est à son apogée.

Photo: Lamborghini

Le look de l’emploi

L’habitacle est exigu, en raison d’une ligne de toit très basse et de la largeur de la console centrale. Le design de l’habitacle n’est pas aussi outré que celui de sa carrosserie, mais vous rappelle quand même que vous êtes à bord d’une auto exotique italienne. Pour démarrer le moteur, il faut obligatoirement soulever un petit clapet rouge avant d’appuyer sur le bouton de démarrage. C’est un peu comme si la voiture vous demandait « Êtes-vous vraiment prêt pour la mise à feu du V12? »

Les autres interrupteurs et commandes sont de nature plus conventionnelle avec de larges touches, le contrôleur rotatif du système multimédia qui rappelle beaucoup le système MMI de Audi, et le bloc d’instruments qui est remplacé par un écran couleur configurable selon le mode de conduite choisi par le conducteur.

La Lamborghini Aventador S n’est pas pour les timides. Elle est frappante, exotique, dramatique. Elle exige aussi une concentration de tous les instants de la part de son conducteur, sur circuit comme sur les routes balisées et le plaisir de conduire est à son paroxysme.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

BlogueLamborghini Aventador S : le prestige assuré
Il y a de ces bagnoles qui vous assurent de ne pas passer inaperçu, et c’est le cas de la Lamborghini Aventador S 2017. La plus exotique et dispendieuse des voitures actuellement commercialisées par le célèbre constructeur italien a subi cette année une légère refonte esthétique. On a retravaillé son …
FrancfortLa toute nouvelle Lamborghini Aventador S Roadster débarque à Francfort
Lorsqu’une nouvelle Lamborghini est lancée, les journalistes et les amoureux de l’automobile sont habituellement tout émoustillés. Il y a l’engouement du lancement d’une nouvelle voiture, certes, mais surtout l’excitation ressentie au premier coup d’œil d’une exotique. Elles sont originales, uniques et surtout inaccessibles. Elles font rêver! Des performances remarquables La …
EssaisLamborghini Aventador S 2017, furieuse et bestiale
Il est impossible de ne pas être impressionné lorsqu’on aperçoit une Lamborghini, qu’elle soit récente ou pas. Depuis des décennies, le constructeur de Sant’Agata a su produire des bolides qui en ont fait rêver plus d’un. Qui n’a pas eu l’affiche d’une Diablo ou d’une Countach collée sur son mur …
SurvolLamborghini Urus 2019 : aperçu
TORONTO (Canada) – Ce n’est qu’une question de temps avant que chaque constructeur automobile – même les marques de grand luxe – commercialise un véhicule utilitaire sport. En ce moment, c’est au tour du fabricant italien Lamborghini de dévoiler leur vision du VUS familial haute-performance, et il s’appelle l’Urus. Il …
Premiers contactsLamborghini Huracán Performante 2018 : le taureau en furie
Furieuse. Intense. Radicale. Tous ces qualificatifs s’appliquent pour cette voiture dont le moteur développe 631 chevaux à 8 000 tours/minute, rien de moins. Le V10 atmosphérique de 5,2 litres hurle littéralement lorsqu’il est à pleine charge et on atteint les 100 km/h en seulement 2,9 secondes. Bienvenue à bord de …
BuzzLamborghini publie un aperçu de sa nouvelle Aventador SVJ
Lamborghini ne fait pas les choses à moitié et ne joue pas beaucoup dans la discrétion. Avec la sortie des bestiales Aventador et Aventador S, plusieurs croyaient que le constructeur de Sant’Agata se satisferait des prouesses de ses voitures sur la piste, mais détrompez-vous! Depuis quelque temps, on nous annonce …
Voitures anciennesLamborghini, l'histoire du gars qui fabriquait des tracteurs...
L’Italien Ferrucio Lamborghini (28 avril 1916 – 20 février 1993) n’était pas du genre à se laisser marcher sur les pieds. Et comme il était riche, il pouvait envoyer promener n’importe qui. Même Enzo Ferrari. Élevé sur une ferme, le jeune Ferrucio s’intéresse bien davantage aux véhicules qui s’y trouvent …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires