Ford Mustang Shelby GT350 2019 : je ne changerai jamais

Points forts
  • Performances de haut calibre
  • Un bijou de moteur
  • Prestance et caractère indéniable
Points faibles
  • Prix élevé
  • Déclinaison R impertinente
  • Vibrations du moteur à vilebrequin plat
Évaluation complète

DETROIT (Michigan) – Si vous êtes venus ici pour lire un essai sur une voiture autonome, électrique où sur un véhicule rationnel, nous vous invitons à consulter les autres articles du Guide de l’auto. Ce que nous vous présentons aujourd’hui est la Ford Mustang Shelby GT350 2019, une voiture conçue exclusivement pour les amateurs de conduite, une bête de circuit, une machine qui refuse de se conformer.

Rares sont les essais qui se concentrent uniquement sur l’aspect technique d’un bolide et de ses prouesses dynamiques. Mais pour cette bagnole, nous nous devons de faire exception.

Une mise à jour discrète

Puisque toute l’attention est actuellement fixée sur la nouvelle Shelby GT500, Ford en a profité pour mettre à jour sa GT350 en secret. Le Guide de l’auto a été, sans préavis, invité au circuit de M1, en banlieue de Detroit, pour mettre à l’essai le bolide sur la piste, et ensuite sur la route.

Pour répondre à votre question, oui, nous aurons la chance de mettre à l’essai la GT500, mais plus tard cette année.

Les changements apportés à la Shelby GT350 concernent surtout sa tenue de route, son freinage et son aérodynamisme. Mécaniquement, elle demeure intacte. Elle est donc toujours alimentée par un moteur V8 de 5,2 litres à vilebrequin plat, déballant 526 chevaux et 429 lb-pi. Contrairement à la Shelby GT500, qui ne s’offrira qu’avec une boîte automatique, la GT350 vient uniquement équipée d’une boîte manuelle à six rapports, fournie par l’équipementier Tremec.

Côté design, rien ne change. En fait, la GT350 n’hérite même pas de la calandre redessinée ni du tableau de bord numérique de la Mustang 2019. Cependant, un écran de huit pouces arrive de série pour son système multimédia, et deux nouvelles couleurs s’ajoutent : les bleus Velocity Blue et Ford Performance.

Photo: William Clavey

Étant donné que la GT350 a toujours eu le rôle d’une bête de circuit plutôt que celui d’une grande routière, on a affaire à une Mustang nettement plus viscérale, légère et agressive que toutes les autres déclinaisons de la gamme. Se positionnant juste au-dessus de la Bullitt dans la sélection Mustang, la Shelby GT350 se détaille 75 600 $. Il faut débourser 1 000 $ de plus pour ajouter l’Ensemble d’amélioration de la tenue de route (Handling Package) qui inclut un aileron de type Gurney Flap et des supports d’amortisseurs ajustables.

Photo: William Clavey

La GT350R, quant à elle, est toujours disponible. Se vendant 87 600 $, elle a une allure plus féroce en raison d’une bonne réduction du poids (banquette arrière retirée), de renforts de châssis, d’un aileron en fibre de carbone, d’un béquet avant, et du Handling Package mentionné plus haut.

Petit circuit, grosse machine

Le circuit de M1 n’est pas une grosse piste de course. Ne disposant que de deux lignes droites, il est principalement composé d’épingles serrées et de courbes, faisant de lui un endroit plutôt effrayant pour un monstre de plus de 500 chevaux. De plus, les gens de Ford ne nous ont pas informés sur le circuit et n’ont pas pris le temps de nous donner quelques conseils au sujet du parcours... Casque sur la tête, harnais de sécurité de type HANS sur le corps, nous nous sommes lancés sur le petit circuit sans trop savoir à quoi s’attendre.

Photo: William Clavey

L’une des grandes améliorations de la GT350 2019, c’est la recalibration de la suspension ajustable MagneRide. Ainsi, on a raffermi les ressorts avant de 10%, ramollit ceux de l’arrière de 6%, tout en intégrant de série la barre stabilisatrice de la GT350R.

Celle-ci a un diamètre de 24 mm, et une épaisseur de paroi de 3,6 mm. Ces modifications, selon Ford, fonctionnent de concert avec le pneu Michelin Pilot Sport Cup 2, spécialement conçu pour la GT350, ainsi qu’avec le nouvel aileron afin de mieux coller l’arrière du véhicule en sortie de virage, et d’augmenter sa stabilité lors des manœuvres de freinage extrême.

Et c’est exactement ce que nous avons ressenti lors de nos tours de piste. Plus les pneus se réchauffaient, plus il était possible pour nous d’exploiter les limites d’adhérence de la bête, des limites tellement élevées, qu’elles sont presque contre-intuitives. Les améliorations effectuées au châssis et à la suspension font de la GT350 une auto sport nettement plus stable lors d’une conduite extrême. Bref, bien que subtile, la mise à jour technique contribue grandement à apaiser le caractère indocile du bolide.

Photo: William Clavey

Et que dire du V8 qui livre non seulement des accélérations fulgurantes, mais qui se sent le plus à l’aise à haut régime, ne s’essoufflant pas jusqu’à ce qu’il atteigne son limiteur de 8 000 tours/min?

Moins costaud que le moteur 5,0 litres de la Mustang GT, celui-ci est plus léger en raison du vilebrequin plat, une technique européenne normalement vue chez les constructeurs italiens, comme Ferrari. Inhabituelle pour un moteur américain, cette configuration rend le moteur plus compact et augmente ses temps de réaction, lui permettant en même temps de révolutionner promptement à des régimes moteurs plus hauts.

Mais la distinction la plus marquante d’une telle configuration, c’est la sonorité : les décibels sont ceux d’une véritable voiture de course, et feraient rougir n’importe quel propriétaire de bagnole exotique italienne, et ils nous rappellent que des voitures comme celles-ci, il en reste peu, et que l’art de maîtriser un bolide via un bon vieux levier de vitesses et une pédale d’embrayage se fait de plus en plus rare.

Photo: William Clavey

Des défauts? Elle en a, mais quelques-uns, car après tout, la Shelby GT350 2019 n’existe que pour les amateurs de performance ultime ayant les moyens de s’acheter un jouet pour aller s’amuser sur le circuit de course. Si elle ne vous plaît pas, Ford sera bien content de vous vendre une des multiples déclinaisons existantes de sa Mustang.

Photo: William Clavey

Cela dit, avec les améliorations faites au modèle 2019, nous ne voyons plus la pertinence de la GT350R, surtout à 10 000 $ de supplément. À moins de vouloir l’enfermer dans un hangar en attendant qu’elle prenne de la valeur, les modifications apportées ne justifient pas le prix payé. Autre chose, les nouveaux pneus sont certainement les bienvenues, mais attention lorsque viendra le temps de les changer. Disons que votre fournisseur de pneus vous voit déjà venir... Et pour finir, le moteur à vilebrequin plat cause des vibrations désagréables dans l’habitacle, rendant la conduite urbaine un peu moins plaisante qu’à bord d’une GT.

En somme, la Ford Mustang Shelby GT350 2019 demeure l’une des voitures de circuit les mieux accomplies sur le marché, pourvu d’avoir les moyens de l’acheter. Quoi qu’il en soit, elle envoie un message clair à l’industrie : « je ne changerai jamais ! »

Partager sur Facebook