Ford Bronco 2022 : pour rêver d’aventure au centre-ville

Points forts
  • Silhouette d’un 4x4 classique réinventé
  • Aptitudes tout-terrain exceptionnelles
  • Construction et mécaniques robustes
  • Grande soute cargo
Points faibles
  • Plutôt bruyants sur autoroute
  • Freinage d’urgence médiocre
  • Consommation assez forte
  • Suspension ferme
Évaluation complète

Bien malin qui devine que le nouveau Ford Bronco est construit sur la même architecture que la camionnette Ranger, tellement ces deux-là sont différents.

D’abord pour ses lignes anguleuses, inspirées du premier Bronco, lancé en 1966. Le seul classique parmi les cinq premières générations de ce 4x4 américain. Cette interprétation moderne puise dans la riche histoire d’un véhicule adulé, comme le fait abondamment sa cible première, le Jeep Wrangler.

Sa carrosserie est d’autant plus trapue qu’elle est posée sur un châssis dont l’empattement a été raccourci de 27 ou 67 cm, selon que l’on préfère une version à deux ou quatre portières. Le modèle de base et les Big Bend, Black Diamond, Outer Banks, Badlands et Wildtrak sont offerts avec 2 ou 4 portières alors que les nouveaux Everglades et Raptor sont à quatre portières seulement.

L’habitacle de ce Bronco réinventé reprend l’esthétique du pionnier, servie à la moderne. De toute manière, il suffit de grimper à bord et de le conduire sur quelques mètres pour réaliser qu’il n’a rien à voir avec la camionnette qui partage la même plate-forme. Une conclusion qui vaut pour les versions à deux et quatre portières, malgré leurs différences.

Tout d’un bloc

Un Bronco de base à deux portières coûte actuellement 43 199 $. À l’opposé, le prix de base du Bronco Raptor de 400 chevaux est de 99 995 $ et on peut le faire grimper à 111 290 $ en cochant toutes les options. C’est-à-dire la multitude de variations possibles entre ces extrêmes. Le prix des Bronco mis à l’essai était d’environ 64 000 $ pour le Badlands à 2 portières et de 71 000 $ pour le Wildtrak Sasquatch à 4 portières. Les deux livrés avec le toit rigide qui a donné des maux de tête à Ford en début de production.

Le Bronco est un costaud. Du poste de commande, on voit très bien les pointes de ses ailes, coiffées de moulures noires qui peuvent aussi tenir lieu de poignées. La vue est excellente vers l’avant et les côtés, sauf pour le rétroviseur gauche perché haut qui bloque le coup d’œil en virage. Les sièges avant sont bien taillés et moelleux comme des fauteuils. La position de conduite est très juste dans les deux versions, repose-pied inclus. On n’a cependant droit qu’à un levier, à gauche du volant, pour les essuie-glaces et les clignotants. Solution archaïque.

Si le design du tableau de bord est rétro, évoquant celui du premier Bronco, l’instrumentation numérique est résolument moderne. Claire et lisible aussi, avec un graphisme unique. Même chose pour l’écran tactile optionnel de 12 pouces qui trône au milieu de la planche de bord. On y retrouve, entre autres, d’excellents affichages en marche arrière, y compris une vue périphérique à 360 degrés, sonars à l’appui.

La finition du tableau de bord et de l’habitacle est décevante et plus austère que dans le Wrangler. Sur les portières, on dispose de filets en guise de vide-poches qui sont aussi peu commodes que dans le Jeep.

Photo: Marc Lachapelle

Espace variable

Les portes arrière du Wildtrak sont courtes mais l’accès est quand même acceptable. On se hisse à bord en agrippant une poignée bien placée, parce que la marche est haute. Le marchepied optionnel aide aussi. L’assise est haute, courte et creusée vers l’arrière. Elle offre malgré tout un bon maintien pour les jambes. Le dossier très droit n’est pas réglable, hélas, et la cinquième place tout juste utilisable, avec un large tunnel haut d’environ 10 cm, au milieu du plancher. Pour finir, les gros appuie-tête affectent la visibilité dans le rétroviseur.

On accède à l’arrière en soulevant la lunette de verre et en faisant pivoter un grand battant qui s’ouvre vers le côté. Il porte aussi l’imposante roue de rechange qui n’aide pas la vue arrière non plus. De gros anneaux d’arrimage triangulaires frappés d’une image de lasso en relief sont fixés aux coins d’un coffre quasiment cubique. Très concept. Sous le plancher, on découvre le cric et un bac de rangement.

Photo: Marc Lachapelle

Le Badlands à deux portières s’adresse à un autre public. À des gens qui aiment le plein air, la conduite tout-terrain et les 4x4 purs et durs. Sa boîte manuelle à 7 rapports, dont le premier est plus fortement démultiplié pour les passages les plus escarpés, y est pour quelque chose. Chose certaine, il est fidèle à l’esprit du premier Bronco, rigoureusement carré. L’accès aux places avant est plus exigeant sans marchepied, même s’il est plus bas que le Wildtrak de 3,8 cm et ses pneus de taille 285/70R17 un peu moins gros. Gagner les places arrière tient enfin autant de l’escalade que de la contorsion. Bravo, par contre, pour les appuie-tête que l’on peut mettre à plat pour dégager le rétroviseur.

Photo: Ford

Solide et plutôt rude

Sur la route, le Bronco est sensible au vent oblique et bruyant. La suspension est ferme et réagit à la moindre irrégularité. La direction du Wildtrak est nette, sans jeu et infiniment meilleure que celle du Wrangler. Son diamètre de braquage est correct, surtout pour ces gros pneus tout-terrain de taille 315/70R17. Le Badlands fait encore mieux en tout point, avec ses pneus plus étroits, de taille 285/70R17. Son volant s’alourdit cependant lorsque l’on glisse le rouage débrayable en mode 4 roues motrices automatique.

Le V6 biturbo de 2,7 litres est animé et synchrone avec la boîte automatique à 10 rapports en conduite normale. Ce tandem est toutefois lent à réagir en pleine accélération et en reprise. Le Wildtrak a néanmoins sprinté de 0 à 100 km/h en 7,66 secondes, complété le quart de mille en 15,52 secondes à 139,6 km/h et bondi de 80 à 120 km/h en 5,35 secondes.

Le Badlands à deux portes est propulsé par un quatre cylindres turbo de 2,3 litres jumelé à une boîte manuelle à 7 rapports bien servie par un embrayage progressif. Il a inscrit des chronos de 9,22 secondes, 16,83 secondes (à 133,5 km/h) et 6,33 secondes pour les mêmes mesures. Son couple est honnête à bas régime mais son muscle assez modeste.

Photo: Ford

Ces résultats auraient possiblement été meilleurs si nous avions pu nous assurer que nos Bronco consommaient uniquement de l’essence super, ce qui fait passer la puissance du V6 de 315 à 330 chevaux et celle du quatre cylindres de 275 à 300 chevaux, selon le constructeur.

Côté freinage, le Wildtrak a stoppé sur 46,86 mètres en freinage d’urgence à 100 km/h et le Badlands y a mis 49,51 mètres. Ces résultats médiocres s’expliquent surtout par la faible adhérence de leurs pneus tout-terrain sur de l’asphalte sec. Les deux plongent aussi fortement en freinage maximum et le second a également beaucoup dévié vers la droite.

Bref, les Bronco préfèrent les sentiers et sont équipés en conséquence. Il faudra des essais sérieux, en terrain hostile, sur diverses surfaces, pour explorer ou même simplement approcher leurs limites en conduite tout-terrain. Pour l’instant, on profite de leur caractère marqué, de leur habitacle raisonnablement convivial et d’un comportement routier supérieur à celui de leur ennemi juré, le Wrangler. En attendant la suite.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Top 10En vidéo : 10 modèles qui misent sur un nom du passé
Nommer un nouveau véhicule n’est pas une tâche facile pour un constructeur automobile. Parfois, le manufacturier joue la carte de la nostalgie. Est-ce une stratégie qui fonctionne à tous les coups? Voyez-le dans cette capsule vidéo qui montre le portrait de dix modèles qui misent sur un nom du passé!
ActualitéLes retards s’accumulent chez Ford
Les problèmes dans la chaîne d’approvisionnement touchent une très grosse partie de l’industrie automobile en ce moment, mais certains constructeurs sont plus affectés que d’autres. Ford , par exemple, dit avoir des retards avec pas moins de 37 fournisseurs, ce qui l’a empêché jusqu’à maintenant de fabriquer plus de 100 …
ChicagoLe Ford Bronco Everglades n’a pas peur de se mouiller
À l'aube de l'ouverture du Salon de l’auto de Chicago, Ford a dévoilé le nouveau Bronco Everglades, une édition spéciale de son redoutable 4x4 qui s’adresse à des mordus de conduite hors route voulant repousser encore plus les limites. Le nom évoque les fameux marais du sud de la Floride …
ActualitéFord Bronco : un toit souple qui laisse entrer la neige?
Aussi attrayant et en demande qu’il soit, le Ford Bronco n’est pas au bout de ses peines avec les problèmes de toit. Rappelons que certains des premiers exemplaires munis d’un toit rigide (conçu par un fournisseur et non par Ford) ont révélé des défauts de qualité et une usure anormale …
guideauto.tvEn vidéo : le Guide de l'auto s'amuse avec le Ford Bronco 2022
Tous les samedis à 11h30 sur TVA, Le Guide de l’auto présente une émission où l'automobile brille de mille feux. Cette semaine, nos chroniqueurs Antoine Joubert et Gabriel Gélinas ont mis à l’essai le Ford Bronco 2022 dans la neige sur le circuit de Mécaglisse à Notre-Dame-de-la-Merci. Afin d’être le …
Top 10En vidéo : 10 VUS qui excellent en conduite hors route
Avec la grande quantité de VUS et de multisegments qui circulent sur nos routes, la majorité axe leur conduite sur une vocation urbaine. Toutefois, certains constructeurs proposent des versions préparées pour le hors route et l’aventure. Ceux-ci peuvent être équipés de plusieurs éléments mécaniques comme des pneus tout terrain ou …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires