La voiture électrique maintenant moins coûteuse

Dix ans après l’introduction des premières voitures électriques de masse qu’étaient les Mitsubishi i-MiEV et Nissan Leaf, force est de constater que cette technologie n’est aujourd’hui plus marginale.

Certes, la majorité des véhicules vendus en Amérique du Nord ne sont toujours pas électrifiés, mais la multiplication de ces derniers nous permet d’affirmer que 2022 sera une année pivot. Le moment où la voiture électrique devient non seulement logique pour un nombre grandissant d’automobilistes, mais également plus attrayante sur le plan financier qu’une voiture équivalente à essence.

Bien sûr, cela dépend de l’endroit où la voiture électrique est commercialisée, puisque les subventions gouvernementales diffèrent d’un endroit à l’autre. Au Québec, avec des subventions atteignant 13 000 $ (applicables après les taxes), l’achat d’une voiture électrique devient assurément très attractif. Sans compter que certains manufacturiers débarquent cette année avec des modèles financièrement alléchants, quelques-uns ayant vu leur prix chuter drastiquement. C’est notamment le cas de la Nissan Leaf, qui passe de 46 360 $ (2021) à 39 560 $ (2022), pour un coût de revient avant taxes de 28 253 $. Idem pour la Chevrolet Bolt EV, qui passe de 47 148 $ à 40 348 $, pour un coût de revient avant taxes de 29 041 $.

Photo: General Motors

L’idée de comparer le prix d’une voiture électrique à celui d’une auto à essence n’a donc désormais rien de farfelu. D’autant plus que la facture des voitures compactes traditionnelles grimpe énormément. À preuve, le prix de la populaire Honda Civic 2022 débute désormais à 26 280 $.

Chevrolet Bolt EV ou Honda Civic?

Je me suis donc amusé à comparer le prix de la Chevrolet Bolt EV à celui de la Honda Civic. Bien sûr, je suis au courant que la Bolt n’est actuellement pas disponible pour la vente en raison d’un rappel de sa batterie, ce qui devrait toutefois se régler - espérons-le - dans les semaines à venir.

Pour les fins de cet exercice basé sur un coût de revient sur cinq ans, j’ai mis en parallèle la Bolt EV LT et la Civic EX, se situant un cran au-dessus du modèle de base, à laquelle s’ajoutent des caractéristiques offertes dans la Chevrolet. Ainsi, une Chevrolet à 29 041 $ (subventions incluses) contre une Civic à 28 628 $. En considérant les taxes et le taux de financement sur un terme de 60 mois (5 ans), le coût de revient de la Bolt EV est de 38 100 $, contre 35 940 $ pour la Honda.

Photo: Honda

Viennent ensuite les coûts d’entretien prescrits par le manufacturier, étonnamment très similaires pour les deux modèles, à la différence qu’il faille prévoir un remplacement des disques et plaquettes de frein sur la Civic, ce qui aura lieu beaucoup plus tard sur la Chevrolet. Ainsi, même si la Bolt EV n’a pas besoin de changement d’huile, le coût d’entretien prescrit sur cinq ans en incluant les inspections, les entretiens de freins, le remplacement du filtre à cabine et des essuie-glaces est de 2 593 $ (taxes incluses). Du côté de Honda, en incluant les vidanges d’huile et le remplacement des freins, on arrive à 3 028 $. Considérons aussi l’achat des pneus, que l’on peut estimer à 800 $ par jeu, installation incluse. Puisqu’il faut ajouter un jeu de pneus d’hiver et que les deux jeux de pneus doivent généralement être remplacés après quatre ans ou 80 000 km, on totalise ainsi l’achat de trois jeux, pour un total approximatif de 2 530 $. Étant donné que la taille des pneus pour la Civic et la Bolt est sensiblement la même, on peut estimer un coût similaire.

Pour l’heure, l’immatriculation d’un véhicule électrique affiche le même coût qu’une voiture à essence, à la différence qu’elle offre l’avantage de circuler dans certaines voies réservées. Dans les deux cas, on peut donc calculer des coûts sur cinq ans de 1 110 $, dans la mesure où les prix demeurent fixes. Pour ce qui est des assurances, l’exercice de comparaison effectué sur divers sites d’assureurs donne un léger avantage à la Chevrolet, qui coûte annuellement 812 $ à assurer, contre 899 $ pour la Civic. Au final, une somme de 4 060 $ sur cinq ans contre 4 495 $ pour la Civic.

Photo: Honda

En ce qui concerne les coûts d’énergie, calculons que la Bolt EV roulant hiver comme été à 20 000 km l’an, peut parcourir en moyenne 325 kilomètres sur une charge. Autour de 400 en été, et environ 250 dans les pires conditions. Considérons ensuite un coût de recharge à domicile de 5 $ (en moyenne), nous permettant d’arriver à 307,50 $ par an, ou de 1 537,50 $ au terme de cinq ans. De son côté, la Civic consommant 7,5 L/100 km en moyenne vous coûterait grosso modo 2 100 $ d’essence annuellement, avec un litre de carburant vendu à 1,40 $. Au total, un montant de 10 500 $ attribué uniquement pour l’essence au terme de cinq ans.

Puis, considérons finalement la dépréciation, basée sur celle que nous constatons aujourd’hui, et qui pourrait bien sûr varier à l’avantage de Chevrolet, surtout si les crédits gouvernementaux actuellement applicables tendent à diminuer. En se basant sur le prix initial d’une Bolt EV LT et d’une Civic EX automatique vendue neuve en 2017, on constate que la dépréciation de ces deux modèles après 60 mois n’est que très faible. En effet, une Bolt EV 2017 se vend actuellement environ 24 000 $, alors que le prix d’achat en 2017 était de 32 600 $, en incluant les crédits gouvernementaux. Une dépréciation d’à peine 26% sur cinq ans. Remarquez, la Civic se défend elle aussi très bien, puisque vous débourseriez aujourd’hui à peu près 16 000 $ pour une Civic EX 2017, qui avait initialement été payée 24 000 $. Là aussi, une perte d’à peine 8 000 $, mais une dépréciation de 33%.

Photo: General Motors

En calculant le tout, la Bolt EV affiche donc un coût de revient au bout de cinq ans de 55 937 $ contre 63 073 $ pour la Honda Civic. Il y a donc une différence d’un peu plus de 7000 $ à l’avantage de l’électrique. Voilà donc un facteur qui pourrait inciter plusieurs automobilistes encore sceptiques à emboîter le pas. Et si vous considérez ce calcul un peu simpliste, vous pouvez bien sûr modifier les paramètres à votre guise. Mais faites-le en considérant les facteurs de la même façon, d’un côté comme de l’autre, ce qui au final, donnera toujours avantage à la petite Chevrolet.

En vidéo: les véhicules électriques qu'on attend avec impatience

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ÉlectriqueMobilité Électrique Canada plaide pour une Loi zéro émission
Mobilité électrique Canada, un organisme dont la mission est de promouvoir l’électromobilité, milite dans le but que le gouvernement canadien vote une loi « zéro émission ». Si le Québec et la Colombie-Britannique ont déjà adopté une loi en ce sens, on ne peut en dire autant du fédéral qui …
ÉlectriqueSalon du véhicule électrique: c’est reparti!
Après une pause forcée l’an dernier en raison de la pandémie, le Salon du véhicule électrique de Montréal (SVEM) reprendra du service du 17 au 19 septembre au Stade olympique. Les visiteurs pourront y découvrir plusieurs nouveautés dont la Porsche Taycan Cross Turismo, la Polestar 2 , la Audi Q4 …
Nouveaux modèlesMercedes-Benz : l’électrique à toutes les sauces à Munich
Mercedes-Benz a profité de l’édition inaugurale du Salon de l’auto de Munich (anciennement Francfort) pour présenter plusieurs nouveaux véhicules électriques, certains sous la forme de concepts et d’autres comme modèles de série. Prêt pour un petit survol? C’est parti! Mercedes-AMG EQS 4MATIC+ Pour la première fois, la division de performance …
ÉlectriqueEn studio : l’avantage financier de la voiture électrique
Plus les années avancent et plus les véhicules électriques gagnent du terrain sur les routes canadiennes. Résolument plus écologique que les modèles à essence, les voitures électriques deviennent aussi petit à petit plus intéressantes financièrement pour les consommateurs du Canada. C’est encore plus vrai au Québec, puisque c’est ici que …
ÉlectriqueVéhicules électriques au Québec : où en sommes-nous?
La courbe d’adoption des véhicules électriques au Québec continue de progresser de manière exponentielle. Au printemps 2021, le cap des 100 000 modèles électriques immatriculés à travers la province a été atteint. L’objectif du gouvernement du Québec d’atteindre ce plateau avant la fin de 2020 a donc été raté de …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires