Ferrari F8 Tributo : la fin d'une époque?

Points forts
  • Une exotique qui ne vous fait pas souffrir
  • Performances hallucinantes
  • Motorisation sensationnelle
  • Vous décroche un sourire
Points faibles
  • Dès qu'il est question d'argent
  • Délai de livraison
  • Utilisation saisonnière
Évaluation complète

Alors voilà, une dernière Ferrari à moteur V8 central. Une occasion unique de rendre hommage aux modèles du passé, l’aventure ayant débuté avec la 308 en 1975.

Comme son nom l’indique (puisque tributo signifie « hommage » en italien), la Ferrari F8 Tributo souligne donc le succès et l’impact de certaines de ses devancières avec quelques traits de design franchement réussis.

À commencer par ces quatre feux circulaires arrière qui ne sont bien sûr pas sans rappeler ceux de la 308. Puis, comment ne pas évoquer la F40, à la vue de cette lunette moteur vitrée? L’aileron arrière n’est pas aussi imposant que celui du supercar lancé en 1986, mais les appuis aérodynamiques n’y manquent tout de même pas. La F8 Tributo reprend à ce propos le tunnel aérodynamique de capot avant de la 488 Pista, une voiture qui lui cède aussi sa mécanique.

Sans stress

La conduite d’une voiture exotique implique d’ordinaire un certain stress. Et il est clair qu’en jetant un œil à la facture de cette Ferrari, la seule idée de l’esquinter donne froid dans le dos.

Or, prendre le volant de la F8 Tributo constitue une expérience unique dans la mesure où celle-ci ne cause aucune souffrance. Pas d’inconfort, de visibilité hasardeuse ou d’irritants techniques donnant l’impression d’une bombe qui peut sauter à tout moment.

Par sa convivialité, son confort et son haut niveau de raffinement, la F8 Tributo met donc immédiatement le conducteur en confiance. Il faut dire qu’à l’inverse de la 488 Pista avec laquelle on se ferait violence sur l’ensemble des artères ceinturant Montréal, notre sujet s’équipe d’une suspension adaptative, qui pardonne. Celle-ci est d’ailleurs si exceptionnelle qu’elle s’accompagne d’un mode Bumpy road, convenant à d’innombrables situations au Québec.

De loin, cette Ferrari constitue ainsi la bagnole exotique la plus civilisée. En fait, on y trouve même un niveau de confort insoupçonné, faisant d’elle une auto sport d’exception que l’on qualifierait presque de conviviale. Conviviale, certes, mais également polyvalente, dans la mesure où l’expérience de conduite dépend de l’intensité avec laquelle vous effleurez l’accélérateur. L’envoûtante sonorité mécanique de la bête vous rappelle constamment de quoi elle est capable, mais c’est véritablement en appuyant plus promptement sur l’accélérateur que s’exprime le talent réel de la F8 Tributo.

Photo: Antoine Joubert

710 chevaux

Succédant à la 488 GTB, la F8 Tributo gagne donc 49 chevaux de puissance, pour un total de 710. Elle hérite, tel que précédemment mentionné, du V8 turbocompressé de la 488 Pista, couplé à une boîte séquentielle robotisée. 40 kilos plus légère que sa devancière, elle n’est que 20 kilos plus lourde qu’une Honda Civic Hatchback, pour une puissance quatre fois plus élevée! Voilà qui donne une idée de son excellent rapport poids/puissance.

Si les accélérations sont foudroyantes, elles n’épatent à mon sens guère autant que le freinage. Non seulement la taille des disques de 15,7 pouces impressionne, mais la puissance et l’endurance du système démontrent tout le savoir-faire du constructeur italien. Sur circuit, sélectionnez le mode Race pour profiter de l’expérience la plus enivrante. À ce moment, les restrictions ne sont plus, faisant de vous le seul responsable des réactions de la voiture. Les éléments suspenseurs sont raffermis alors que la mécanique ne fait preuve d’aucune docilité. Légèrement survireuse, mais que pour votre plaisir, la voiture démontre une maniabilité sans égal, l’équilibre, la légèreté et la grande précision de la direction faisant d’elle un véritable diamant brut.

Photo: Antoine Joubert

Il est toutefois intéressant de jouer avec les différents modes de conduite que propose le constructeur, afin de découvrir dans un contexte de circuit les personnalités multiples de cette F8 Tributo. Puis, évidemment, le conducteur peut paramétrer selon ses goûts le comportement de la voiture, dont l’échelle passe de docile à carrément violente.

Photo: Antoine Joubert

En chiffres?

La F8 Tributo boucle le 0-100 km/h en 2,9 secondes, le 0-200 km/h en 7,6 secondes, le 0-160-0 km/h en 9,5 secondes, le quart de mile en 10,2 secondes, et une vitesse de pointe annoncée à 340 km/h. Le tout s’exprimant bien sûr dans une symphonie mécanique nous transportant dans une autre dimension. Retenez cependant qu’en dépit de ses performances exceptionnelles et de sa puissance qui, à tout hasard, est identique à celle de la McLaren 720S, cette Ferrari est sans l’ombre d’un doute l’auto exotique la mieux adaptée à une utilisation sur route. Et c’est d’ailleurs dans cette optique que les ingénieurs ont concocté un habitacle lui aussi plus convivial, bien qu’il ne permette tout de même pas le rangement d’un ordinateur portable sous l’accoudoir central, façon Cadillac Escalade!

Photo: Antoine Joubert

Les rangements ne font guère partie des qualités de ce bolide, qui ne propose que 278 litres de volume de chargement, répartis en deux compartiments. Toutefois, et à l’inverse d’une McLaren, on s’y glisse très facilement, pour s'asseoir sur des sièges à la fois confortables et finement sculptés, que vous pourriez remplacer par des baquets conçus pour la course. La position de conduite y est donc parfaite au même titre que la visibilité, bien que le Lexan arrière faisant office de couvre-moteur ne permette pas une image aussi définie que le verre.

La superbe finition rehaussée de cuirs de haute couture contribue à une ambiance exceptionnelle, bien que l’instrumentation tant analogique que numérique y soit aussi pour quelque chose. En fait, l’information transmise au conducteur se fait toujours de manière simple et efficace, avec de belles illustrations graphiques, claires et bien dosées. Même le passager a droit à son propre écran de transmission d’informations, où la vitesse et le régime moteur sont notamment illustrés.

Photo: Antoine Joubert

Prochainement hybride?

Tout laisse croire que la remplaçante de la F8 Tributo prévue pour 2023 se verrait dotée d’un V6 turbocompressé avec hybridation, permettant bien sûr une réduction des émanations polluantes. Évidemment, nul ne doute de la capacité de Ferrari à impressionner avec ce futur bolide, le constructeur ayant déjà démontré son savoir-faire en matière d’hybridation. Maintenant, est-ce que la sonorité demeurera?

Photo: Antoine Joubert

En attendant, sachez qu’une F8 Tributo vous coûtera un minimum de 330 000 $, à quoi vous pourriez facilement ajouter 75 000 $ ou 100 000 $ d’options. À preuve, notre véhicule d’essai commandait un prix de 425 000 $. Donc oui, une dépense folle, inimaginable pour la majorité des gens, mais qui devient ironiquement moins catastrophique à long terme que l’achat d’une Aston Martin, Lamborghini ou McLaren. Question de dépréciation.

Puis, histoire de continuer de vous faire rêver, évitons ici la question des coûts d’entretien…

En vidéo: un Québécois présente sa collection excetionnelle de Ferrari

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéNos vidéos les plus populaires en 2020
L’année qui tire à sa fin est à oublier pour plusieurs raisons, mais au Guide de l’auto , nous en garderons tout de même quelques bons souvenirs. Au cours des derniers mois, nous avons redoublé d’ardeur pour vous préparer du contenu vidéo plus divertissant que jamais. Le nombre de visionnements …
Voitures anciennesEn vidéo : les trésors du garage de RM Sotheby's
Vous cherchez une belle façon de passer le temps et de vous remonter le moral en raison de ce nouveau confinement? Que diriez-vous de faire une visite virtuelle de l’une des plus impressionnantes collections de voitures anciennes au monde? Récemment, l’équipe du célèbre musée automobile Petersen de Los Angeles a …
ÉlectriqueUne première Ferrari 100 % électrique en 2025
Ferrari devance l’arrivée prévue de sa première voiture 100% électrique. Au lieu de la seconde moitié de la décennie, celle-ci verra le jour en 2025. Lors de l’assemblée générale annuelle de Ferrari, le président John Elkann a promis un véhicule qui fera découvrir « la passion et le côté unique …
ActualitéFerrari 812 Competizione : le V12 atteint son apogée
Ferrari a dévoilé aujourd’hui une nouvelle version de sa 812 Superfast qui renferme le moteur à combustion le plus puissant jamais installé dans une voiture de route issue de Maranello. La Ferrari 812 Competizione, un coupé à toit rigide, s’accompagne même d’une variante décapotable de type targa appelée 812 Competizione …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires