Toyota Corolla Hatchback 2019 : le petit plaisir ajouté de la boîte manuelle

Points forts
  • Apparence distinguée
  • Raffinée et silencieuse
  • Boîte manuelle
Points faibles
  • Banquette arrière serrée
  • Petit coffre, malgré le hayon
  • Absence d’un toit ouvrant, même en option
Évaluation complète

Ce n’est pas un secret, au Guide de l’auto, nous adorons la Toyota Corolla Hatchback 2019. Bien que sa banquette arrière soit étriquée, son coffre un peu petit, et qu’elle n’ait pas de toit ouvrant – même en option – le retour d’une Corolla à l’allure jeune, cool et surtout amusante à conduire après tant d’années d’attente ne peut faire autrement que de nous réjouir.

Plus tôt cette année, nous avons mis l’auto à l’essai avec la boîte automatique à variation continue. Cette fois, nous essayons la boîte manuelle. Après tout, Toyota en a fait un plat avec sa campagne marketing #SauvezLaManuelle.

Nous n’étions nullement réticents à conduire cette bagnole avec les trois pédales, car cette option nous apporte le plaisir qu’il manquait avec l’automatique.

Photo: William Clavey

Une expérience sensorielle

Il est évident que la boîte manuelle n’occupe plus la même importance au sein de l’industrie automobile. Les nouvelles boîtes automatiques sont non seulement plus efficaces, mais elles permettent de réduire considérablement la consommation d’essence d’un véhicule.

De plus, les automobilistes demeurant dans une grande ville comme Montréal préfèrent l’automatique lorsqu’ils sont coincés dans le trafic, et avec l’arrivée des voitures électriques, on réalise que très bientôt, la boîte manuelle sera éliminée de l’équation.

D’ailleurs, le pourcentage de vente de véhicules à boîte manuelle est devenu tellement bas au sein de l’industrie, que plusieurs constructeurs ne sont même plus capables de justifier ses coûts de mise en marché, la retirant tout simplement de leur gamme de véhicules.

Photo: William Clavey

Mais pour certains automobilistes – moi y compris – la boîte manuelle représente un peu plus qu’un rudimentaire levier de vitesses et trois pédales. Elle symbolise la conduite engagée, la maîtrise totale de son véhicule, et l’interaction entre l’humain et la machine, chose intéressante dans un monde devenu presque entièrement automatisé.

Or, la boîte manuelle est une expérience sensorielle et émotive, plutôt que rationnelle et efficace. Toyota le comprend, et c’est pour cette raison qu’il a pris le temps de développer une boîte innovatrice à six rapports pour sa Corolla Hatchback.

Rien ne change côté puissance entre une Corolla automatique et une manuelle. Le seul moteur proposé est un quatre cylindres de 2,0 litres d’une puissance de 168 chevaux et un couple de 151 lb-pi. Seul le rouage à traction est disponible. Du moins, pour le moment.

La boîte manuelle s’offre sur toutes les déclinaisons du modèle. Notre véhicule d’essai était une Corolla SE Upgrade, la plus équipée de la gamme juste avant la XSE, ne comprenant pas les sièges en cuir, la radio satellite SiriusXM ni les phares antibrouillards, entre autres. Elle se détaille 24 980 $ avant les frais de transport et de préparation.

Photo: William Clavey

L’envie de conduire

L’un des éléments les plus marquants de la Corolla Hatchback est sa nouvelle plate-forme conçue pour amoindrir le centre de gravité du véhicule tout en incorporant une suspension repensée pour réduire la friction. Le résultat est une compacte nettement plus raffinée et silencieuse que sa devancière (la Corolla iM), mais aussi dynamique en conduite animée.

Sa direction est même fort bien calibrée. Bien qu’électrique, celle-ci octroie suffisamment de rétroaction et de résistance afin d’agrémenter l’expérience de conduite.

À vrai dire, la tenue de route et l’envie de performer de la Corolla Hatchback rappellent certaines petites voitures européennes comme la Volkswagen Golf ou la MINI à hayon. C’est logique, car en Europe, cette voiture est commercialisée sous le nom Toyota Auris.

Photo: William Clavey

Mais ne vous attendez pas à une voiture sport ni à une sportive compacte dans la même veine qu’une Honda Civic Si, une Volkswagen Golf GTI ou même une Hyundai Elantra Sport. Avec un 0-100 km/h à peine sous la barre des huit secondes, la Corolla Hatchback n’arrive pas à la cheville de ces bagnoles, mais elle est néanmoins plus rapide une fois équipée des trois pédales.

Plus légère de 7 kg, et plus courte de 24 mm par rapport à sa devancière, la nouvelle boîte manuelle de Toyota figure non seulement parmi les plus compactes de l’industrie, mais promet de réduire sa consommation d’essence en raison de sa conception légère. Toyota lui a ajouté un système nommé iMT (Intelligent Manual Transmission) permettant d’automatiquement synchroniser le régime moteur aux passages des vitesses afin d’assurer une douceur d’opération optimale.

Mieux connu dans l’industrie sous le terme « Rev Matching », ce système simule certains éléments de la technique de conduite talon-pointe, atteignant ainsi un régime moteur idéal lorsque l’on rétrograde.

Photo: William Clavey

N’ayez crainte, chers puristes, car le système peut être désactivé. Les adeptes de tuning seront heureux d’apprendre que cette boîte a été conçue pour résister à un couple maximal de 206 lb-pi.

Un embrayage étrange

Sur la route, le levier de la boîte est précis, agréable à manipuler et les rapports sont faciles à saisir, bien que sa course soit un peu longue. L’avantage pour la Corolla d’être équipée de la manuelle, c’est le fait qu’elle nous permet de faire chanter son petit moteur, qui ne développe le maximum de sa puissance qu’à 6 600 tours/min. Nous apprécions également la sonorité du système d’admission d’air quand l’auto passe d’un rapport à l’autre, une caractéristique qui est perdue avec l’automatique, ajoutant un peu de piquant au caractère sportif de la Corolla.

Ceci dit, nous avons été déçus de la pédale d’embrayage par son long point de friction et son manque de fermeté lorsqu’elle engage le volant-moteur. Notre hypothèse est que Toyota a priorisé la fiabilité de l’embrayage.

Photo: William Clavey

Mais bon, peut-être sommes-nous trop exigeants face à une compacte conçue pour être abordable et frugale? De toute manière, Toyota ne prétend pas proposer une compacte sport avec sa Corolla Hatchback. Peut-être qu’une déclinaison GR (Gazoo Racing) réglerait ces défauts? À suivre…

En somme, la Toyota Corolla Hatchback 2019 est encore plus plaisante avec la boîte manuelle qu’avec l’automatique. Son système multimédia s’avère réussi et le confort de ses places avant est sans reproche. Oui, il est difficile de se tenir sous la barre des 8 L/100 km en la conduisant, et oui, son coffre est moins spacieux que celui d’une Volkswagen Golf, d’une Honda Civic, d’une Mazda3 d’une Chevrolet Cruze.

Mais à nos yeux, les voitures les plus intéressantes sont souvent les plus imparfaites.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisToyota Corolla 2019 : une bonne affaire, ou doit-on attendre?
La Corolla se situe dans une position très enviable par rapport à la majorité de ses rivales de taille compacte. La populaire berline de Toyota n’a plus besoin d’une introduction et pourrait continuer à bien se vendre même si le constructeur décidait de cesser ses campagnes de publicité. Son nom …
Premiers contactsSurprise! Toyota dévoile la nouvelle Corolla 2020
On ignorait à quel moment le dévoilement de la nouvelle Corolla 2020 aurait lieu ni l’allure qu’elle aurait. Chose certaine, suite à l’arrivée de la Corolla à hayon plus tôt cette année, on se doutait bien que la berline allait avoir droit à une solide mise à jour. Alors qu’elle …
SurvolToyota Corolla 2020 : cinq choses à savoir
La toute nouvelle Toyota Corolla 2020 marque un 12e chapitre dans l’histoire de la voiture la plus vendue au monde. Après plus de 50 ans et 45 millions d’exemplaires, la berline compacte japonaise a été complètement repensée et redessinée en suivant les traces de la Corolla Hatchback lancée un an …
BlogueEn deuil...
Nous sommes à la fin juin. En pleine période de « rush » pour l’équipe du Guide de l’auto , qui travaille jour et nuit à dégoter les dernières informations avant de vous livrer son édition 2020. Depuis le début de l’année, pas moins de 54 voitures d’essai me sont …
Commentaires