Mercedes-Benz Coupé GLC 2017 : fusion automobile

Points forts
  • Attrayant par son unicité
  • Motorisations musclées
  • Tenue de route d’une voiture sport
Points faibles
  • Système multimédia COMAND peu convivial
  • 7 200 $ en options pour la radio SiriusXM — vraiment, Mercedes?
  • Espace aux places arrière et de chargement réduit
Évaluation complète

CALGARY (Alberta) – Les constructeurs allemands sont assez habiles pour créer de nouveaux segments de marché. Ils l’ont fait une fois de plus il y a quelques années avec les coupés VUS. BMW a concocté le X6, et Mercedes-Benz a riposté avec le Coupé GLE. Par la suite, BMW a également introduit le X4, et la réponse de Benz a été le Coupé GLC compact qui, selon la marque, se mesurera aussi au Jaguar F-PACE, au Porsche Macan et au nouvel Alfa Romeo Stelvio.

Considérez-le comme étant l’enfant issu de l’amour entre un VUS GLC et un coupé de Classe C. Sa posture aplatie et plus musclée est rendue possible grâce à 76 millimètres additionnels en longueur et une baisse de la hauteur de caisse de 36 mm, par rapport au GLC ordinaire. Mais qui serait intéressé par un tel véhicule? Par mal de gens, semblerait-il. Mercedes-Benz figure qu’à peu près 20% des ventes totales de sa gamme GLC soient des coupés, ou environ 1 500 unités au Canada cette année.

Deux variantes du Mercedes-Benz Coupé GLC 2017 sont arrivées sur le marché il y a quelques mois. Le Coupé GLC 300 4MATIC est équipé d’un quatre cylindres turbocompressé de 2,0 litres qui développe 241 chevaux et un couple de 273 livres-pied, boulonné à une boîte automatique à neuf rapports.

Cette motorisation peut être douce comme de la soie, ou résolument agressive, en fonction du mode de conduite choisi, et grâce à son couple qui plafonne entre 1 300 et 4 000 tr/min, le Coupé GLC profite de performances relevées. Selon la marque, le Coupé GLC 300 peut accélérer de 0 à 100 km/h en 6,5 secondes, mais sur l’autoroute, il peut consommer aussi peu que 8,5 l/100 km.

Développée par Mercedes-Benz, la boîte à neuf rapports est une impressionnante pièce de machinerie. Malgré le nombre d’engrenages et de composants en mouvement, elle peut mitrailler des changements de rapport en un clin d’œil. En revanche, le passage de ses rapports a été quelquefois accompagné d’à-coups, même lorsque le système DYNAMIC SELECT était réglé en mode Comfort. Les modes Sport et Sport+ augmentent graduellement la réactivité de l’accélérateur, la vivacité de la direction et la sonorité de l’échappement.

Photo: Michel Deslauriers

Le Mercedes-AMG Coupé GLC 43 4MATIC est le véritable bolide des deux, disposant d’un V6 biturbo de 3,0 litres qui produit 362 chevaux et un couple de 384 livres-pied. Il peut accélérer de 0 à 100 km/h en 4,9 secondes. Par rapport au GLC 300, le GLC 43 émet une sonorité plus menaçante, surtout en mode Sport+. Et le constructeur affirme qu’il s’agit de sons réels — pas de rugissements de moteur artificiels comme le veut la tendance dans un nombre grandissant de voitures et de camions. Nos oreilles et notre chair de poule sont d’accord.

Contrairement aux moteurs V8 AMG, construits soigneusement à la main dans l’usine de la division à Affalterbach, le V6 est assemblé aux côtés des autres moteurs dans les usines de la marque. Est-ce grave? Pas vraiment, puisque le reste de l’ensemble est calibré pour être un véritable bolide AMG. Et si ça nous prend absolument un V8, on peut toujours attendre le Coupé GLC 63 S 4MATIC de 503 chevaux, et arrivera plus tard cette année.

Le Mercedes-Benz Coupé GLC 300 4MATIC est équipé d’une suspension conventionnelle, alors que le GLC 43 bénéficie de l’amortissement pneumatique AIR BODY CONTROL. Ce dernier est offert en option sur le GLC 300, mais les gens chez Mercedes-Benz ont précisé que ce ne sera plus le cas dès le millésime 2018. Après avoir conduit le Coupé GLC avec la suspension de série, on peut confirmer qu’elle fait parfaitement son boulot.

Comme leurs noms l’indiquent, le rouage intégral figure de série. Par contre, la répartition du couple à prise constante diffère entre les deux versions de ce VUS. Dans le GLC 300, 45% du couple est acheminé aux roues avant et 55% aux roues arrière. Dans le GLC 43, la répartition est de 31% avant et 69% arrière.

Des jantes en alliage de 19 pouces, au look plutôt ordinaire, équipent de série le GLC 300, et des roues AMG de 20 pouces figurent de série sur le GLC 43, mais font aussi partie de l’ensemble Sport optionnel sur le GLC 300. Une mise à niveau que nous recommandons chaudement, qui ajoute aussi un ensemble stylistique AMG et un échappement de performance. Le GLC 43 peut être chaussé de roues de 21 pouces en option.

Il s’agit peut-être toujours d’un VUS, mais Mercedes a fait un bon travail à rehausser le caractère de voiture sport du Coupé GLC, par rapport au GLC régulier. On s’y attend, vu sa conduite orientée sur les performances, la suspension du coupé est un peu ferme, selon l’état de la route. La tenue de route est surprenante pour un VUS, et c’est un véhicule amusant à conduire. En passant, la capacité de remorquage est évaluée à 1 588 kg.

La finition et l’aménagement de l’habitacle du Mercedes-Benz Coupé GLC 2017 est très similaire à ce qu’il y a dans le GLC ordinaire. Du similicuir — ce que Mercedes appelle ARTICO — garnit de série les sièges, bien que le GLC 43 obtienne des empiècements de similisuède — ce que Mercedes appelle DINAMICA. Des garnissages en véritable cuir sont disponibles, en plusieurs coloris, tout comme le cuir Nappa designo.

On retrouve aussi un choix de six garnitures intérieures, dont quatre en bois, une en fibre de carbone AMG et une en aluminium. Cette dernière inclut des placages noir piano sur la planche de bord centrale, qui ramasse rapidement la poussière. Des boiseries ne faisant pas très bon mélange avec le caractère sportif du véhicule, on opterait plutôt pour l’ensemble en fibre de carbone.

Photo: Michel Deslauriers

Au risque de se répéter, le système multimédia COMAND dans les véhicules Mercedes-Benz est peu convivial. Malgré le grand écran et le pavé tactile sur lequel on peut gribouiller des chiffres et des lettres avec notre doigt, parcourir les menus du système est laborieux. Une révision serait grandement appréciée ici. Et si l’on veut écouter nos postes de SiriusXM favoris, on doit choisir l’ensemble Extra haut de gamme, qui nécessite préalablement de cocher l’ensemble Haut de gamme, pour un investissement de plus de 7 000 $. Ouain…

Une ligne de toit plus basse signifie moins d’espace pour la tête à l’arrière et moins d’espace de chargement. Deux occupants peuvent monter à bord sur la banquette arrière sans problème, mais la troisième ceinture de sécurité devrait être décorative seulement. L’aire de chargement du Coupé GLC est évaluée à 500 litres, ou à peine 50 de moins que celle du GLC ordinaire. Lorsque les dossiers arrière sont rabattus, le volume grimpe à 1 400 litres dans le coupé, soit 200 de moins par rapport au GLC. C’est le compromis à faire pour obtenir cette version plus sportive.

Le Mercedes-Benz Coupé GLC 300 4MATIC 2017 est vendu à partir de 49 900 $ avant les frais de transport et de préparation, alors que le GLC 43 se détaille à partir de 63 200 $. C’est quelques milliers de dollars de plus le GLC ordinaire, et en plein dans la fourchette de prix de ses rivaux. En empilant les multiples options, en groupe ou individuelles, on peut facilement grimper le prix d’un autre 20 000 $. Certaines options sont des incontournables, comme l’ensemble Sport ou le volant chauffant, mais on passerait volontiers notre tour sur les marchepieds en aluminium.

Le Coupé GLC est un véhicule étrange, pas de doute. Il caresse des prétentions de voiture sport, mais peut toujours se ranger du côté des VUS à la mode. Sa polyvalence réduite est compensée par un style que l’on aime ou que l’on déteste. Difficile de ne pas être attiré par la fusion de performances, d’utilité et d’unicité du coupé, mais le GLC ordinaire demeure un choix plus rationnel. À bien y penser, s’acheter un VUS de luxe de plus de 60 000 $, ça n’a rien de rationnel de toute façon.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

2016Mercedes-Benz Classe GLC 2016: Au revoir, GLK !
Depuis quelques années, Mercedes-Benz accélère le développement de ses nouveaux modèles et jamais sa gamme n’aura été aussi étoffée. Sentant que les acheteurs commençaient à y perdre leur latin et désireux d’éviter encore plus la confusion, le constructeur germanique a décidé de revoir l’appellation de tous ses VUS en la …
Premiers contactsMercedes-AMG GLC 63 S 4MATIC+ 2018 : missile familial
STUTTGART (Allemagne) — Vu la popularité grandissante des produits AMG, au Canada en particulier, il n’est pas surprenant de voir Mercedes-Benz concocter des versions à hautes performances de tous ses modèles. Ou presque. Et puisque le marché nord-américain en général s’achète des petits VUS en quantité industrielle, c’était écrit dans …
Commentaires