Mercedes-Benz Classe GLC 2016: Au revoir, GLK !

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2016

Depuis quelques années, Mercedes-Benz accélère le développement de ses nouveaux modèles et jamais sa gamme n’aura été aussi étoffée. Sentant que les acheteurs commençaient à y perdre leur latin et désireux d’éviter encore plus la confusion, le constructeur germanique a décidé de revoir l’appellation de tous ses VUS en la calquant sur celle de ses voitures. 

C’est le cas du GLK. Non seulement Mercedes l’a rebaptisé GLC (« GL » devenant l’appellation générique des VUS et « C » afin de souligner son affiliation à la Classe C de laquelle il est dérivé), mais le constructeur en a aussi profité pour présenter une nouvelle génération, la seconde depuis l’introduction du GLK en 2008. Si les lignes très carrées et classiques du GLK ne nous avaient pas emballées au départ, on avait appris à les apprécier et c’est presque une déception de constater que le style du nouveau GLC est beaucoup plus tendance, plus conformiste. 

Beaucoup plus générique

Quoi qu’il en soit, le nouveau GLC est davantage en rondeur et si ce n’était de l’imposante étoile argentée placée dans la grille avant, on pourrait bien le confondre avec d’autres VUS, notamment avec le Porsche Macan. Le GLC dispose d’une ceinture de caisse très élevée, un toit relativement plat et une fenestration réduite. Les feux étirés à l’arrière ne sont pas sans nous rappeler ceux de la Classe S alors que l’échappement double avec embouts ovales insuffle un peu plus de sportivité à l’ensemble. 

Là où le GLC se démarque, c’est à bord. Au premier regard, on a l’impression d’être au volant d’un modèle beaucoup plus huppé et c’est en grande partie grâce au choix des matériaux et à leur agencement. Les garnitures des portières, du tableau de bord, les grilles métallisées des haut-parleurs et le retro éclairage en soirée rehaussent le sentiment de qualité. On adore aussi le volant et surtout, sa prise en main. Du reste, on retrouve à nouveau l’écran multimédia posé sur le tableau de bord, contrôlé par une molette et un pavé tactile qui ne sont toujours pas des plus simples. Pourquoi ne pas simplement adopter un écran tactile ? 

Avec ses dimensions plus imposantes - 120 mm en longueur et 50 mm en largeur - le GLC offre à ses occupants et à leurs bagages davantage d’espace qu’avant.

Le GLC 300 4Matic pour commencer

Alors que l’Europe a droit à plusieurs mécaniques, au Canada on doit se contenter du GLC 300 4Matic cette année. Sous son capot, on ne retrouve plus le V6 de 3,5 litres du GLK, mais plutôt un quatre cylindres de 2,0 litres turbocompressé, le même que dans la berline C 300 4Matic. Il développe 241 chevaux et 273 lb-pi de couple. Malgré la cylindré réduite du moteur, le sprint du 0-100 km/h se boucle en environ 6,5 secondes ce qui n’est pas si mal. Le poids réduit du modèle y est pour quelque chose, tout comme le couple intéressant du moteur. La transmission à neuf rapports est un charme et malgré sa panoplie de rapports, elle ne semble jamais perdue.

Tous les GLC disposent de l’acronyme 4Matic, ce qui signifie que le rouage intégral est offert de série. D’ailleurs, contrairement au système 4Matic qui équipe le GLA, celui du GLC est à prise constante, envoyant 55% du couple aux roues arrière en condition normale et, vous l’aurez deviné, 45% aux roues avant. 

Une version à moteur diesel va s’ajouter au fil des années, tout comme une autre, plus puissante, afin de consoler ceux qui se désolent de la puissance moindre du quatre cylindres turbo par rapport à l’ancien V6. Un GLC E Hybrid sera aussi commercialisé avec une mécanique hybride enfichable dont l’autonomie en mode purement électrique sera d’environ 34 km. Quant au coupé récemment dévoilé, il devrait aussi rejoindre les rangs sous peu.

Plus confortable que sportive

Fidèle à la philosophie de Mercedes-Benz, le GLC fait le compromis d’une conduite plus confortable que dynamique. Il peut avaler les kilomètres dans un grand confort, mais on peut le pousser un peu plus en sélectionnant le mode Sport Plus. À ce moment, la direction se raffermit et la réponse de l’accélérateur est plus prompte, cependant la suspension pourrait être plus ferme. 

Le GLC fait peau neuve et il ne déçoit pas en termes de qualité, de silence de roulement et surtout, de technologies destinées à assurer votre sécurité. Il est juste dommage qu’il se fonde dans la masse et que sa palette de coloris ne soit pas plus extravertie!

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Premiers contactsMercedes-Benz E 300 2017 : un avant-goût du futur
Certains diront qu’il est coutume pour un manufacturier automobile de réserver ses technologiques les plus avancées pour son véhicule phare, son porte-étendard. Chez Mercedes-Benz, cette voiture, chez les berlines du moins, n’est nul autre que la Classe S, l’élégante berline pleine grandeur qui existe depuis plusieurs dizaines d’années maintenant. Le …
Premiers contactsMercedes-Benz Coupé GLC 2017 : fusion automobile
CALGARY (Alberta) – Les constructeurs allemands sont assez habiles pour créer de nouveaux segments de marché. Ils l’ont fait une fois de plus il y a quelques années avec les coupés VUS. BMW a concocté le X6, et Mercedes-Benz a riposté avec le Coupé GLE. Par la suite, BMW a …
Commentaires