COP26 : des engagements pour éliminer les voitures à essence

Une trentaine de pays, des régions et une dizaine de constructeurs automobiles se sont engagés cette semaine à « travailler » pour faire en sorte que d’ici 2040 toutes les voitures neuves vendues soient zéro émission, selon un communiqué de la présidence britannique de la COP26.

« Ensemble, nous travaillerons pour faire en sorte que toutes les nouvelles voitures et camionnettes soient zéro émission au niveau mondial d’ici 2040, et au plus tard d’ici 2035 dans les principaux marchés », dit cette déclaration qui insiste sur le fait que l’engagement n’est pas contraignant.

Parmi les signataires figurent quelques pays développés, dont le Royaume-Uni, l’Irlande, la Suède et Israël, qui s’étaient déjà engagés à la fin des ventes des voitures à moteur thermique d’ici 2030, la Norvège qui a pris cet engagement pour 2025.

Photo: La Presse Canadienne

En revanche, la Chine, les États-Unis, le Japon, la France ou l’Allemagne, parmi les plus importants pays constructeurs, n’ont pas signé.

« Sur 2035 nous sommes d’accord sur le principe de la fin de la vente des véhicules non électrifiés », a commenté la ministre française de la Transition écologique Barbara Pompili, soulignant toutefois qu’un débat était en cours au sein de l’UE sur le fait d’inclure ou non les hybrides dans cette catégorie.

« L’Allemagne ne signera pas cette déclaration », a quant à lui confirmé à la COP26 le secrétaire d’État à l’Environnement, Jochen Flasbarth, car le document exclut le rôle des carburants de synthèse reposant sur des énergies renouvelables.

Le ministre a regretté que la présidence britannique de la COP, à l’origine de cette initiative, ait ainsi « créé une difficulté qui n’était pas nécessaire ». Et « nous l’avons dit aux Britanniques ».

L’objectif des États-Unis de 50 % de véhicules zéro émission vendus en 2030 intègre lui aussi non seulement les véhicules entièrement électriques ou à hydrogène, mais aussi des hybrides rechargeables ayant donc toujours un moteur à explosion.

Parmi les constructeurs, Toyota, Volkswagen et Renault-Nissan-Mitsubishi ne sont pas non plus signataires de la déclaration. Ford, Mercedes-Benz, General Motors et Volvo, qui avaient déjà des objectifs de sortie des moteurs thermiques, ont en revanche rejoint l’initiative.

Dans ces conditions, l’annonce a été accueillie avec scepticisme par les ONG du climat, alors que le transport est l’un des principaux secteurs d’émission de gaz à effet de serre.

« Pour arrêter les énergies fossiles, nous devons mettre un terme à notre dépendance. Cela veut dire passer des moteurs à combustion aux véhicules électriques et créer des réseaux de transports publics propres sans délai », a commenté dans un communiqué Martin Kaiser, de Greenpeace Allemagne.

« Ce qui est très inquiétant est que des économies majeures comme les États-Unis, l’Allemagne, la Chine, le Japon, et des constructeurs comme VW, Toyota et Hyundai n’ont même pas voulu signer une déclaration sur les véhicules électriques qui promet moins que ce qui serait nécessaire pour conserver une certaine sécurité climatique », a-t-il ajouté.

Dans sa feuille de route pour parvenir à la neutralité carbone à 2050 et ainsi limiter le réchauffement à +1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle, l’Agence internationale de l’Énergie (AIE) plaide pour la fin des ventes de voitures thermiques neuves dès 2035.

En vidéo : fini les véhicules à essence dès 2035 au Québec

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéFin des moteurs à essence : les engagements des constructeurs automobiles
En promettant de supprimer les moteurs à combustion de leur gamme d’ici 2030, ou de réduire progressivement leur part dans leur production, de nombreux constructeurs automobiles se sont engagés radicalement dans le virage électrique. Voici leurs calendriers. Daimler Le groupe allemand Daimler va investir 40 milliards d’euros dans l’électrification de …
BaladoLes jours de gloire du moteur à essence sont-ils comptés?
Depuis l’invention des divers moyens de transport, plusieurs motorisations ont été mises en exercice. Les moteurs à vapeur, à électricité et à essence se sont aléatoirement succédé au fil des décennies. À une époque de plus en plus conscientisée à propos de l’environnement, les spécialistes sont de plus en plus …
ActualitéFini les autos à essence en 2035
Par Francis Halin Sept mois après le Québec, le fédéral annonce qu’il interdira lui aussi la vente de véhicules légers à essence dès 2035, ce qui fait saliver certains concessionnaires qui ont déjà pesé sur l’accélérateur. « Je n’avais jamais vécu ça en automobile. C’est la première fois que lorsque …
ActualitéToyota, Mazda et Subaru veulent sauver le moteur à combustion
Comme l’a démontré la récente Conférence de Glasgow sur les changements climatiques (COP26), pas tous les pays ni toutes les compagnies sont prêtes à s’engager pleinement dans la voie de l’électrification des transports. Les réticences de Toyota sont bien connues, mais le géant nippon n’est pas le seul à vouloir …
ActualitéPrix de l’essence : des stations-service encore trop gourmandes
Par Jean-Michel Genois Gagnon La récente diminution du prix de l’essence à travers le Québec est « loin d’être suffisante », selon CAA-Québec, qui déplore le fait que les stations-service bougent beaucoup plus rapidement lorsqu’il est question d’effectuer des hausses à la pompe. Ces derniers jours, le prix de l’essence …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires