La fin de la vente de véhicules à essence au Québec en 2035 ne fait pas l’unanimité

- Par Vincent Larin
La décision de Québec d’interdire la vente de véhicules à essence neufs en 2035 divise. D’un côté, les constructeurs et les concessionnaires plaident qu’il s’agit d’une échéance déjà très serrée et craignent des pénuries de véhicules. De l’autre, des groupes environnementaux soutiennent qu’il faut le faire cinq ans plus tôt pour le bien de la planète.
Tous ne s’entendent pas sur l’échéancier, mais ils pressent Québec de mettre en place dès maintenant des mesures afin d’adoucir la transition vers les véhicules électriques ou hybrides. C’est qu’avec à peine plus de 117 549 véhicules électriques sur les quelque 6,1 millions qui circulent sur les routes de la province, la marche est haute.
Chez les Constructeurs mondiaux d’automobiles du Canada, une association qui représente Hyundai, Honda, Kia, Nissan, Toyota et Mazda, notamment, on fait valoir qu’il s’agit d’un échéancier « déjà très ambitieux ».
« Les constructeurs automobiles font face à des défis l’approvisionnement pour les matériaux critiques pour la production des véhicules sans émissions », indique leur porte-parole, Andrew McKinnon.
En vidéo : ce qu’il faut retenir du Salon du véhicule électrique
Il ajoute que même si, selon plusieurs rapports, le prix des véhicules électriques sera comparable à celui des véhicules à essence quelque part entre 2025 et 2035, cela dépendra de l’approvisionnement de ces pièces. Si elles sont difficiles à se procurer, leur coût de production pourrait grimper en flèche.
« Totalement faux »
Or, selon l’Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ), il est « totalement faux » d’affirmer qu’une pénurie plane à l’horizon.
« C’est seulement parce qu’on essaie de préserver une industrie, un peu comme lorsque Kodak essayait de préserver le film en disant que les appareils photo digitaux ne fonctionneraient pas », ironise le directeur de l’organisme, Simon-Pierre Rioux.
Photo: Toyota
Il donne en exemple la Norvège où d’ici la fin de l’année, 90% des véhicules neufs vendus dans le pays seront électriques. Malgré une pénurie de puces électroniques à l’échelle mondiale, la vente de véhicules électriques continue d’augmenter, fait-il aussi valoir.
L’échéance de 2035 fixée par le gouvernement permet toutefois de « calmer le jeu », concède M. Rioux en ajoutant être persuadé qu’elle sera éventuellement devancée lorsqu’on sera rassuré sur la capacité des producteurs à fournir assez de véhicules.
Investissements importants
Des investissements importants devront être faits dans le secteur privé, notamment chez les concessionnaires, qui auront à travailler avec ces nouveaux véhicules plus complexes à réparer et à entretenir.
« Le petit garage, à Matane, bien il est obligé lui aussi d’avoir tout cet équipement, même s’il n’en vend pas beaucoup de véhicules électriques », s’exclame le PDG de la Corporation des concessionnaires automobiles du Québec, Robert Poëti.
Photo: Marcel Tremblay, Agence QMI
« Conditions idéales »
Mais si l’annonce de l’interdiction de la vente de véhicules à essence « envoie un message très très fort à l’industrie », la fixer en 2035 plutôt qu’en 2030 « repousse l’électrification à son tour », estime l’analyste en mobilité d’Équiterre, Andréanne Brazeau.
« On a les conditions idéales ici pour le faire et ce n’est pas comme si on partait de très très loin, nous sommes déjà des leaders dans le domaine », ajoute-t-elle.
Qui plus est, le groupe de travail sur l’électrification formé par le gouvernement en vue de l’élaboration de son Plan pour une économie verte (PEV) avait recommandé la date de 2030, rappelle Andréanne Brazeau.
Comment assurer une transition en douceur ?
La transformation du parc automobile de la province nécessitera des changements majeurs d’ici quelques années. En voici quelques-uns.
  • Obliger l’installation de bornes

Qui dit véhicule électrique dit borne de recharge. Or, selon le Code du bâtiment révisé par la Régie du bâtiment du Québec en 2018, seuls les immeubles neufs comptant quatre logements ou moins doivent être munis des installations électriques nécessaires pour y poser des bornes. Mais ce n’est pas assez, insiste Robert Poëti, selon qui la Régie devra encore une fois revoir ses règles. « D’installer des bornes dans des condos, ça peut être un défi impossible », soupire-t-il.

Photo: Suncor Energy Inc
  • Multiplier les modèles
Les constructeurs automobiles au Canada prévoient que d’ici 2025, quelque 125 modèles de voitures sans émissions seront produits par leurs membres. Mais la demande pour des véhicules sans émissions suivra l’offre, fait valoir l’organisme. « Un camion électrique ne sera peut-être pas le véhicule le plus approprié pour transporter des biens dans le nord et les véhicules à hydrogène ne pourront peut-être pas être utilisés comme taxis puisqu’il faut pouvoir les recharger rapidement », explique Andrew McKinnon. Aussi, « si le gouvernement veut décarboniser le monde des transports, il doit continuer d’examiner d’autres options technologiques comme les véhicules hybrides branchables, l’hydrogène et les carburants non polluants », ajoute-t-il.
  • Des voies réservées pour les VE

Le gouvernement doit dès maintenant songer à permettre aux véhicules à « plaques vertes » de pouvoir circuler sur certaines voies réservées aux autobus et aux taxis. Ainsi, Québec encouragerait l’achat de ces véhicules à énergie renouvelable, estime Robert Poëti. « Sur le pont Champlain, le matin, si les gens pouvaient prendre une voie réservée parce qu’ils ont un véhicule électrique, moi je peux vous dire qu’il y en a pas mal plus qui vont s’en acheter un ! », s’exclame-t-il.

  • Réduire le nombre de voitures
Oui, la transition vers les véhicules électriques permettra à la province d’améliorer son bilan carbone, mais il faudra aussi inévitablement réduire le nombre de voitures sur les routes, fait valoir Équiterre. Pour cela, le gouvernement doit entreprendre dès maintenant des campagnes de publicité en ce sens dans le contexte où les VUS ont la cote, estime l’analyste en mobilité du groupe, Andréanne Brazeau. « Entre maintenant et 2035, si on continue à maintenir un niveau d’achat élevé de ces véhicules-là, on ne s’en va pas du tout dans la bonne direction pour atteindre l’électrification », dit-elle.
Le top cinq des modèles électriques les plus populaires*
Part de marché. Source : Association des véhicules électriques du Québec et le Guide de l’auto
1. Tesla Model 3 (12%) : 54 610 $ – 73 610 $ (2021)
Photo: Tesla
2. Chevrolet Volt (11%) : 40 195 – 45 195 $ (2019)
Photo: Chevrolet
3. Chevrolet Bolt (9,7%) : 44 998 $ – 50 298 $ (2021)
Photo: General Motors
4. Toyota Prius Prime 2021 (9,6%) : 28 850 $ – 36 350 $ (2021)
Photo: Julien Amado
5. Nissan Leaf 2021 (8,7%) : 44 298 $ – 52 898 $ (2021)
Photo: Nissan Canada Inc.
Nouveaux véhicules électriques apparus sur nos routes par année
  • 2011 : 195
  • 2012 : 1006
  • 2013 : 972
  • 2014 : 2 981
  • 2015 : 3 214
  • 2016 : 5 086
  • 2017 : 8 476
  • 2018 : 17 461
  • 2019 : 27 248
  • 2020 : 25 869
◆ Au total : 117 549 en date du 31 août 2021* incluant les véhicules entièrement électriques et les hybrides rechargeables.
Source : Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ)
Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéDemers et Lion dévoilent leur ambulance électrique
- Par Francis Halin Demers Ambulances et La Compagnie Électrique Lion ont dévoilé en grande pompe leur ambulance électrique baptisée «Demers eFX», lundi, à Beloeil. «Je tiens à saluer le leadership et le génie de l’équipe de Lion et à remercier le gouvernement du Québec et du PARI CNRC de …
ÉlectriqueLa Nissan LEAF sera remplacée par un petit VUS électrique
Avant même que le tout nouveau VUS électrique Nissan Ariya arrive sur le marché, le constructeur japonais a laissé entendre qu’un modèle plus petit allait suivre. Maintenant, on a la confirmation que celui-ci viendra remplacer la LEAF . C’est le grand patron de la branche européenne de Nissan , Guillaume …
ÉlectriqueSalon du véhicule électrique de Québec : une 2e édition plus populaire
Deux semaines après celui de Montréal , le Salon du véhicule électrique de Québec s’est déroulé le weekend dernier et, malgré les mesures sanitaires rendues nécessaires à cause de la pandémie, près de 9 200 personnes ont franchi les portes d’ExpoCité. Ce nombre dépasse l’achalandage de l’édition 2019, fait remarquer …
ÉlectriqueVéhicules électriques : Toyota demeure prudent
Toyota , spécialiste de la technologie hybride, continue ses sorties pour dénoncer la transition directe vers les véhicules 100% électriques que prônent de plus en plus de gouvernements à travers le monde en annonçant vouloir bannir les véhicules à essence dans la prochaine décennie. Nous vous avons déjà rapporté les …
ActualitéTesla : une commande de 100 000 voitures du loueur Hertz
Tesla , dopé à Wall Street par une mégacommande de 100 000 véhicules électriques du loueur Hertz, a pour la première fois lundi atteint une capitalisation de plus de 1 000 milliards de dollars. Les investisseurs ont fait peu de cas d’une nouvelle alerte émise par le bureau américain responsable …
ActualitéCOP26 : des engagements pour éliminer les voitures à essence
Une trentaine de pays, des régions et une dizaine de constructeurs automobiles se sont engagés cette semaine à « travailler » pour faire en sorte que d’ici 2040 toutes les voitures neuves vendues soient zéro émission, selon un communiqué de la présidence britannique de la COP26. « Ensemble, nous travaillerons …
ActualitéToyota, Mazda et Subaru veulent sauver le moteur à combustion
Comme l’a démontré la récente Conférence de Glasgow sur les changements climatiques (COP26), pas tous les pays ni toutes les compagnies sont prêtes à s’engager pleinement dans la voie de l’électrification des transports. Les réticences de Toyota sont bien connues, mais le géant nippon n’est pas le seul à vouloir …
ActualitéConsommation d'essence : Honda au top, Stellantis bon dernier
L’Agence de protection de l’environnement (EPA) des États-Unis a récemment publié son dernier rapport annuel sur les tendances de l’industrie automobile. Même si les gros modèles comme les camionnettes et les VUS sont plus nombreux que jamais, le document nous apprend que les véhicules en 2020 ont été collectivement plus …
ActualitéNissan accélère le tempo dans l’électrification de ses véhicules
Le constructeur automobile japonais Nissan , allié du français Renault et ancien pionnier de l’électrique, a dit lundi viser une part de 50% pour ses véhicules électrifiés (électriques et hybrides) dans ses ventes mondiales à l’horizon 2030, contre environ 10% en 2020. Nissan compte pour ce faire introduire 23 nouveaux …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires