Fini les autos à essence en 2035

Par Francis Halin

Sept mois après le Québec, le fédéral annonce qu’il interdira lui aussi la vente de véhicules légers à essence dès 2035, ce qui fait saliver certains concessionnaires qui ont déjà pesé sur l’accélérateur.

« Je n’avais jamais vécu ça en automobile. C’est la première fois que lorsque l’on sort de nouveaux modèles les gens veulent précommander même s’ils n’ont pas le prix encore », explique Alex Jodoin Bisaillon, directeur général des ventes chez Olivier Hyundai, à Saint-Basile-le-Grand.

« Tout le monde veut commander avant d’avoir vu le prix. Il y en a qui annulent après. Il y en a qui le veulent. Mais il y a un engouement », observe-t-il.

Photo: Agence QMI

Objectif devancé

Hier, Ottawa a appuyé sur le champignon en devançant son objectif d’interdire la vente de véhicules légers à essence dès 2035, plutôt qu’en 2040.

Dans moins d’une quinzaine d’années, les seuls véhicules neufs qui pourront être achetés devront être des véhicules à zéro émission. Pour le fédéral, les véhicules hybrides rechargeables entrent dans cette catégorie.

Dans la bonne direction

Chez Hyundai Saint-Basile, les modèles 100% électrique Ioniq et la Kona se vendent comme des petits pains chauds, comme les Nissan Leaf ou les Chevrolet Bolt

Photo: Nissan

À deux pas de là, de futurs acheteurs de voitures croisés hier chez Toyota ou Honda étaient toujours à la recherche de véhicules à essence.

Or, d’ici 2035, ils n’auront plus le choix : les Québécois devront se tourner vers l’électrique pour un véhicule neuf, comme au Royaume-Uni ou au Japon.

En Norvège, le pays scandinave est encore plus ambitieux : il vise 2025.

Pour Daniel Breton, à la tête de Mobilité Électrique Canada (MEC), qui vient de faire paraître Le guide pratique de la voiture électrique, l’annonce d’Ottawa fait avancer le pays dans la bonne direction.

« S’aligner avec les plus audacieux en Amérique du Nord, comme la Californie, c’est la bonne chose à faire. Il y a une quinzaine d’États américains qui vont dans cette direction-là », a-t-il expliqué.

« J’ai été content quand j’ai entendu le ministre dire que l’on passe de mesures volontaires à des mesures réglementaires », a-t-il ajouté.

« On aurait aimé que l’on abaisse à 2030, mais on salue quand même l’horizon de 2035 », a conclu Stéphane Pascalon, président du Club Tesla Québec.

– Avec la collaboration de Raphäel Pirro

En vidéo: les véhicules électriques qu'on attend avec impatience

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

guideauto.tvEn vidéo : les véhicules électriques qu’on attend avec impatience
Au cours des prochains mois, plusieurs nouveaux véhicule électriques feront leur arrivée chez les concessionnaires du Québec. Parmi ceux-ci, on retrouve bien sûr quelques modèles haut de gamme difficilement accessibles, mais aussi certains produits étonnamment abordables qui pourraient connaitre un fort succès. Parmi ceux-ci, mentionnons notamment la Hyundai IONIQ 5 …
ÉlectriqueLe VUS électrique de Honda va s’appeler Prologue
Le futur VUS électrique de Honda , qui doit arriver sur notre marché au début de 2024, s’appellera « Prologue ». Même si ce nom rappelle un concept déjà présenté par Audi, il s’agit bel et bien d’un modèle de production. Honda en a décidé ainsi parce qu'il sera le …
ÉlectriqueGM investira 30% plus dans les véhicules électriques et autonomes
General Motors, le numéro un de l’automobile aux États-Unis, a encore montré mercredi sa confiance dans l’adoption massive des véhicules électriques et autonomes, y augmentant ses investissements de 30 % d’ici 2025, pour les porter à un total de 35 milliards $US (42,5 milliards $CA). GM, qui avait déjà nettement …
BaladoBalado : nouvelle offensive électrique pour BMW
Après les i3 et i8 , BMW lancera une seconde offensive électrique en 2022 avec l’arrivée des modèles i4 et iX. La berline i4 deviendra d’ailleurs la première voiture électrique du constructeur bavarois à recevoir le traitement de la division sportive M. On aura donc droit à une i4 M50 …
ActualitéL'essence au plomb officiellement éradiquée de la planète
L'essence au plomb n’est plus utilisée dans aucun pays du monde, a annoncé lundi le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), saluant une « étape majeure » qui permettra de sauver chaque année plus de 1,2 million de vies et d’économiser plus de 2 400 milliards de dollars. Près …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires