Conduire en hiver : 10 bons trucs à adopter sur la route

Conduire en hiver est un plaisir pour certains, mais un vrai cauchemar pour d’autres. Tout dépend bien sûr du véhicule utilisé, des conditions routières et météo, de la préparation qui est faite avant de partir et des techniques adoptées une fois sur la route.

Nous vous avons déjà parlé de l’importance de bien préparer votre voiture pour l’hiver – que l’on parle des pneus, de la batterie, de la trousse d’urgence, etc. – et encouragé à suivre une formation de conduite préventive comme celles données par ICAR à Mirabel. Ici, il est question de trucs et de conseils que vous devriez garder en tête spécifiquement en conduisant.

1. Ralentir, ralentir, ralentir

Avec les véhicules bien isolés et performants d’aujourd’hui, on se surprend souvent à rouler plus vite qu’on le croyait. Gardez toujours un œil sur l’indicateur de vitesse et respectez les limites affichées, mais faites un effort supplémentaire pour ralentir afin de vous donner plus de temps de réaction.

Photo: Adobe Stock

2. Garder de plus longues distances

En hiver, comme la chaussée est froide et souvent glissante, on doit laisser une plus longue distance entre son véhicule et celui qui précède (équivalant jusqu’à cinq secondes ou plus), encore une fois dans l’optique de mieux réagir.

3. Surveiller les alentours

Tenez toujours compte des véhicules qui vous entourent de part et d’autre. Si vous devez changer de voie, sachez l’espace dont vous disposez. En région rurale, surveillez également les abords de la route au cas où un animal viendrait soudainement se placer au travers de votre chemin.

4. Bien voir en tout temps

En hiver, la noirceur tombe plus rapidement. N’attendez pas pour allumer vos feux de position et vos feux de croisement. Si vous constatez que leur éclairage est plus faible qu’à l’habitude, il se peut que les lentilles soient partiellement couvertes de neige ou de gadoue. Prenez le temps de vous arrêter pour aller les dégager. Idem si vos balais essuie-glace laissent plus de traînées sur votre pare-brise qu’ils en enlèvent.

Photo: Adobe Stock

5. Ne pas se fier au rouage intégral

Avoir quatre roues motrices en hiver, c’est l’idéal, mais ça ne doit pas entraîner un faux sentiment de sécurité. À moins d’être parfaitement familier avec le comportement de votre véhicule, adaptez votre conduite. Sachez accélérer, freiner et attaquer les courbes avec douceur et doigté. On n’est jamais si bien servi que par soi-même!

6. Minimiser les distractions

Les autres passagers, la radio, les gadgets dans l’auto, le cellulaire, un lunch sur le pouce… tant de choses qui peuvent nous distraire et nous empêcher de nous concentrer sur ce qui se passe sur la route. Regardez toujours la route devant vous et les voies adjacentes – rien n’est plus important au volant!  

7. Attention aux ponts et viaducs

Une chaussée peut paraître sèche alors qu’elle est en réalité couverte de glace noire. Cette glace invisible se forme habituellement quand la température se maintient près du point de congélation. Les ponts ainsi que le dessus et le dessous des viaducs sont les endroits où vous risquez le plus de rencontrer de sournoises plaques de glace. Méfiez-vous!

Photo: Porsche AG

8. Oublier le régulateur de vitesse

Il peut y avoir de la glace noire ou de la neige non déblayée sur l’autoroute. Ces conditions peuvent entraîner une perte de contrôle du véhicule. Lorsque le régulateur de vitesse fonctionne, on a tendance à être moins vigilant. De plus, le système peut ne pas réagir aussi rapidement qu’on le ferait dans pareille situation.

9. Maîtriser les dérapages

Pour mettre un terme à un dérapage des roues avant (sous-virage), diminuez la pression sur l’accélérateur ou la pédale de frein et braquez en douceur les roues dans la direction de la courbe tout en regardant dans la direction où vous voulez diriger le véhicule. Évitez les gestes brusques! En cas de dérapage arrière (survirage), il suffit de tourner les roues avant dans la direction vers laquelle l’arrière a commencé à déraper. Et surtout, regardez où vous voulez aller. Tout commence par les yeux!

10. Se déprendre efficacement

Lorsque votre auto se retrouve coincée dans la neige, ne paniquez pas. Vous avez du sable ou de la litière à chat dans votre coffre? C’est le moment d’en épandre sous les roues motrices. Des grilles de traction sont encore mieux. Ensuite, alignez bien les roues et accélérez en douceur. Attention de ne pas faire survirer les roues, qui risqueraient de s’enliser davantage. Au besoin, prenez une pelle pour enlever de la neige.

En vidéo: l'importance d'avoir de bons pneus d'hiver

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéConduite en hiver : les Québécois, un modèle pour le reste du pays
Les automobilistes québécois connaissent bien l’importance et l’utilité des pneus d’hiver . Même avant l’entrée en vigueur de la loi qui les rend obligatoires de décembre à mars, environ 90% les utilisaient déjà. Aujourd’hui, un nouveau sondage mené par Léger pour le compte de l’Association canadienne du pneu et du …
BaladoConduite hivernale : les conseils de Gabriel Gélinas
Avec le retour de l’hiver qui est à nos portes, les automobilistes québécois devront réapprendre à composer avec des conditions climatiques plus difficiles. Étrangement, à l’arrivée de la première neige, on a souvent l’impression que bien des conducteurs ont carrément oublié leurs bonnes habitudes des hivers précédents! Histoire d’affronter la …
Dossiers et conseilsConduite hivernale : quoi faire en cas de dérapage?
La chaussée enneigée ou glacée peut rendre la conduite très difficile, et surtout stressante. Le journaliste du Guide de l'auto Germain Goyer vous donne quelques conseils pour adopter de bonnes habitudes. « Si vous perdez le contrôle du véhicule, une chose importante à faire est de fixer du regard la …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires