BMW X5 xDrive50i 2019 : ajouter un peu de sel à une bonne recette

Points forts
  • Performance à la hauteur des attentes
  • Habitacle spacieux et confortable (sans la troisième rangée de sièges)
  • Coffre volumineux
Points faibles
  • Design controversé
  • Absence d’Android Auto
  • Fiabilité à prouver
Évaluation complète

Contrairement à ses berlines, les VUS de BMW n’ont pas la pression de devoir surpasser une panoplie de générations précédentes. Célébrant ses 20 ans d’existence cette année, le BMW X5 n’est pas très vieux, mais il a, jusqu’à présent, bien su jouer son rôle au sein de la gamme.

Ainsi, pour sa quatrième génération, il se présente sous une forme évolutive plutôt que révolutionnaire. Après tout, pourquoi changer une recette gagnante? La dernière mouture était réussie, alors inutile de la réinventer.

Nouvelle structure, allure familière

Comme le reste de la récente gamme BMW, le X5 hérite de la nouvelle plate-forme CLAR du constructeur. En fait, il fut le premier véhicule signé BMW à en profiter.Comme la Z4 et la Série 3 qui reposent elles aussi sur cette structure, le X5 promet davantage de rigidité, un centre de gravité abaissé et une nette amélioration de ses prouesses dynamiques, élément qui a longtemps fait de lui un VUS de choix auprès des consommateurs. Tout ça lui permet également de rivaliser contre le Porsche Cayenne, le Mercedes-Benz GLE et l’Audi Q7.

Photo: Caleb Gingras

Sur le plan esthétique, le véhicule a conservé ses proportions classiques, gardant ainsi un air familier. Impossible de ne pas remarquer l’énorme grille rénale chromée. Faut avouer que ça confère une étrange allure au X5, surtout avec les feux aplatis à l’arrière. Au moins, il ressemble encore à un X5.

Deux moutures sont au menu, soit les xDrive40i et xDrive50i : la première recourant à un moteur six cylindres turbo de 3,0 litres, la deuxième (notre modèle d’essai), à un V8 biturbo de 4,4 litres d’une puissance de 456 chevaux et d’un couple de 479 lb-pi. Toutes les variantes du X5 viennent de série avec le rouage intégral xDrive ainsi qu’avec une boîte automatique à huit rapports fournie par l’équipementier ZF.

Notre modèle d’essai était équipé « au coton », agrémenté des groupes d’option Luxe excellence et M Sport, se détaillant 106 500 $. Pas donné!

Photo: Caleb Gingras

Tout simplement mieux

La meilleure manière de décrire le BMW X5 2019, c’est de mentionner qu’il a été amélioré sur tous les points. Son habitacle est spacieux, ses sièges sont douillets et nous apprécions particulièrement les performances de son puissant moteur V8, faisant de lui un VUS beaucoup plus rapide, émettant une sonorité musclée sans en être exagérée.

Idem pour sa tenue de route, où la plate-forme repensée donne une impression de solidité indéniable sur les surfaces abîmées du Québec, tout en permettant d’attaquer un virage avec enthousiasme. Disons que la suspension adaptative – pouvant s’ajuster selon le mode de conduite choisi -, et les énormes pneus d’une largeur de 315 mm à l’arrière et 275 mm à l’avant y sont pour beaucoup!

Hélas, de telles bottines s’ajouteront à vos coûts d’entretien. De toute manière, le X5 n’a jamais été un véhicule très fiable. Ses propriétaires sont habitués à débourser des sommes phénoménales pour le maintenir en vie…

Du point de vue dynamique, le X5 conserve ses qualités de VUS sportif lui permettant d’être un adversaire de taille contre un Porsche Cayenne, un véhicule nettement plus onéreux. Au chapitre de la sportivité, ce BMW surpasse le Mercedes-Benz GLE et l’Audi Q7. Toutefois, ces véhicules ont chacun une troisième rangée de sièges.

Certes, il est possible d’en faire autant avec le X5, mais celle-ci est tellement petite, qu’elle ne vaut même pas la peine d’être mentionnée.

Photo: Caleb Gingras

Des technologies à n’en plus finir

Afin d’affronter ses rivaux et de demeurer pertinent aux yeux des consommateurs, le X5 reçoit une pléthore de technologies avancées. On retrouve non seulement les bidules d’aide à la conduite semi-autonome, comme le détecteur de changement de voie et le freinage d’urgence en cas de collision, mais le X5 peut aussi s’offrir avec une borne Wi-Fi (sous abonnement), la possibilité d’activer certaines fonctions du véhicule par de simples gestes, un système de navigation capable d’alerter le trafic routier en temps réel, et même une suspension autonivelante qui s’ajuste selon le mode de conduite choisi, ou pour larguer des objets dans le coffre.

Parlant de coffre, celui-ci, une fois sa banquette arrière rabaissée au plancher, figure parmi les plus spacieux du segment (2 047 litres), faisant du X5 un VUS intermédiaire de luxe plus logeable qu’un Mercedes-Benz GLE (2 011 litres) ou qu’un Audi Q7 (2 027 litres). De plus, le hayon multifonction, pouvant s’ouvrir en deux parties, manuellement ou automatiquement, confère au X5 une touche de polyvalence.

Là où le X5 perd des plumes, c’est concernant sa capacité de remorquage. Pouvant tirer jusqu’à 6 601 lb (2 994 kg), il se fait néanmoins dépasser par ses deux concurrents allemands à ce chapitre.

Photo: Caleb Gingras

Ces légers défauts, comme l’absence d’une compatibilité Android Auto, sont pardonnables, car ce que le BMW X5 2019 fait bien, il le fait comme un champion. Il est hyperconfortable, silencieux, et comme le reste de la gamme BMW, ses multiples modes de conduite lui laissent une grande flexibilité dans son caractère. De véhicule relax et frugal, il peut devenir un monstre d’accélération en l’espace de quelques secondes. Encore une fois, nous applaudissons BMW pour son système multimédia iDrive en raison de son ergonomie, sa facilité d’utilisation et sa modernité, permettant à son propriétaire de personnaliser presque tous les éléments de l’habitacle à sa guise.

Bref, comme c’est le cas avec une bonne vieille recette de grand-mère, il était inutile de changer les ingrédients de base du X5. Il suffisait de le saupoudrer d’épices et de couleurs attrayantes afin qu’il demeure alléchant auprès des consommateurs. À nos yeux, c’est mission accomplie.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisBMW 330i xDrive 2019 : à nouveau la référence
Depuis quelques années, la berline compacte de BMW a un peu perdu de son panache. Bien qu’elle soit une bonne bagnole dans son ensemble, de nouveaux concurrents venus de chez Alfa Romeo, Jaguar et même Genesis l’ont battue à son propre jeu, celui de marier confort, raffinement et dynamique de …
EssaisBMW M850i xDrive 2019 : quand on veut plaire à tout le monde
Plus tôt cette année, Le Guide de l’auto effectuait un premier contact de la BMW M850i. Quelques mois plus tard, nous la mettions à l’essai en déclinaison décapotable sur les routes du Portugal. Dans les deux cas, nous avions été éblouis par sa performance électrisante et son confort royal, mais …
Premiers contactsBMW Z4 sDrive30i 2019 : inquiétudes dissipées
PALM SPRINGS (Californie) - Après une pause de trois ans, la décapotable biplace de BMW revient sous une allure complètement différente, assemblée sur une nouvelle plate-forme, et alimentée par de nouveaux moteurs. Ça promet. Mais nous étions inquiets. Inquiets que cette Z4 soit trop grosse, trop lourde et loin de …
EssaisPorsche Cayenne 2019 : machine à tout faire
Lorsque le premier Cayenne est apparu sur nos routes en 2002, les puristes n’ont pas tardé de brandir le poing pour manifester leur mécontentement. Plusieurs craignaient que l’arrivée d’un VUS au sein de la gamme Porsche dilue son identité phare. Pourtant, 17 ans plus tard, le Cayenne est toujours parmi …
Commentaires