Nissan Sentra 2019: Tout sauf excitante

La seule option valide à nos yeux, dans la gamme Sentra, c’est la SR Turbo. Sinon, la concurrence fait mieux.

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2019

Dans un segment où les modèles ne manquent pas, la Nissan Sentra poursuit son bout de chemin après une refonte mi-parcours, en 2016. Nissan a alors procédé à quelques retouches sur sa berline compacte, modifiant la carrosserie, ajoutant des éléments à l’habitacle et jouant avec la configuration de la suspension afin de la rendre un peu plus rigide. L’objectif, à l’époque, était de s’assurer que la Sentra demeure au goût du jour face à des concurrentes qui se renouvelaient à un rythme soutenu.

La personnalité de la Sentra n’a par contre jamais été menacée d’être touchée et on se retrouve encore aujourd’hui avec une voiture qui n’a pas de défauts flagrants, c'est vrai, malgré l’agrément de conduite à peu près nul. Si nous cherchons moindrement à nous amuser au volant de notre auto, en route vers le boulot, la Sentra est à éviter. Cependant, bien des consommateurs ne cherchent qu’à se rendre du point A au point B, dans une voiture qui fait ce qu’elle a à faire; elle est confortable et relativement économique en carburant. Dans cette optique, la Sentra a de quoi plaire à son propriétaire.

L’économie de carburant a priorité

La Nissan Sentra propose de série un moteur à quatre cylindres de 1,8 litre, développant 124 chevaux et un couple de 125 lb-pi. Il est impossible de trouver un moteur moins puissant dans ce segment, mais au moins, il se reprend pour ce qui est de l’économie de carburant. Avec une consommation moyenne mixte ville/route de 7,3 L/100 km quand on opte pour la boîte automatique à variation continue (CVT), la Sentra s’avère l’une des berlines compactes les plus frugales en vente aujourd’hui.

Le problème est que pour la rendre si efficace, Nissan a choisi de réduire le nombre de chevaux de 130 à 124 l’an dernier. Or, plusieurs rivales de la Sentra offrent une consommation d’essence aussi raisonnable sans avoir eu à faire le même sacrifice. La Honda Civic, par exemple, est encore plus économique que la Sentra même si son moteur offre 34 chevaux supplémentaires.

Ce manque de puissance se fait sentir à profusion sur la route et quand on compare avec des compactes de 150 chevaux ou plus, la Sentra semble tout simplement lente. La boîte CVT n’aide pas vraiment avec son comportement élastique et son fonctionnement bruyant en accélération. Cette dernière a en outre été conçue pour réduire la consommation d’essence avant tout.

À défaut d’être rapide à réagir quand on veut accélérer ou dépasser, la Nissan Sentra demeure très confortable et particulièrement spacieuse. Le silence à bord est apaisant, à condition qu’on n’écrase pas la pédale droite, et l’ergonomie de la console centrale assez simpliste évite bien des frustrations au quotidien. Toutes les fonctions que nous utilisons régulièrement sont faciles à trouver et à utiliser, ce qui n’est pas toujours le cas avec d’autres compactes. Côté espace, la Sentra accorde un vaste dégagement pour la tête tandis que son coffre est l’un des plus volumineux du créneau.

La Nismo et la SR Turbo à la rescousse?

Si la Sentra et son moteur d’entrée de gamme n’ont rien de dynamique, peut-être que la solution se situe du côté des versions NISMO ou SR Turbo? Sur papier, ces deux déclinaisons plus pimentées offrent l’espace et le confort de les Sentra plus basiques tout en corrigeant le problème de puissance grâce à un moteur turbo de 188 chevaux.

Certes, la NISMO et la SR Turbo sont beaucoup plus amusantes à conduire. La boîte de vitesses manuelle gagne en précision et les 64 chevaux supplémentaires font toute une différence dans le comportement routier de la Sentra.

La plus intéressante des deux est certainement la SR Turbo. Offerte à environ 23 000 $, elle s’avère une aubaine compte tenu de sa puissance. La version NISMO ajoute des roues et des pneus Michelin Pilot Sport de 18 pouces, quelques artifices visuels, un habitacle où l’on retrouve de l’alcantara et de la fausse fibre de carbone, et finalement, des amortisseurs et une direction assistée qui mettent l’emphase sur la conduite sportive.

Tout cela a un prix, un prix qui n’est pas loin de celui d’une Civic Si et supérieur à celui d’une Mazda3 GT, dont la puissance est similaire. Il est vrai que la NISMO affiche un comportement beaucoup plus engagé et sportif, mais la SR Turbo aussi et on économise près de 4 000 $ de surcroît. Elle passe plus inaperçue également, ce qui peut être une qualité ou un défaut selon nos préférences, mais surtout, elle permet de profiter des qualités de la Sentra, tout en ayant plus de punch sous le pied droit sans vider ses économies.

La Nissan Sentra a encore bien des qualités, néanmoins, une nouvelle génération est de mise. Si cette dernière s’inspire de la Sentra SR Turbo actuelle, elle pourra espérer s’approcher des meneuses du segment en ce qui a trait aux ventes.

Feu vert

  • Habitacle et coffre spacieux
  • Confort sans reproche
  • Économie d’essence appréciable
  • Version SR Turbo amusante et abordable

Feu rouge

  • Conduite peu inspirante (versions S et SV)
  • Moteur de base pas assez puissant
  • Boîte CVT bruyante et hésitante
  • Design qui passe inaperçu

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

BloguePas facile de vendre une minoune en 2019
Dans les dernières semaines, j’ai mis ma minoune à vendre. Une vieille Nissan Sentra 2005 toute déglinguée qui se faisait peu à peu dévorer par la rouille. Moi qui pensais que ce serait facile. Erreur! Quand on demande quelques pinottes en échange d’une voiture, on pourrait s’attendre à trouver preneur …
Commentaires