2016 BMW 340i: Quand la Série 3 retrouve son charme

Points forts
  • Excellent comportement routier
  • Nouveau moteur doux et puissant
  • Rouage intégral disponible
  • Excellente boîte manuelle
Points faibles
  • Options et ensembles coûteux
  • Difficile à distinguer de la version précédente
  • Offerte seulement avec des pneus à affaissement limité
Évaluation complète

Lorsque la Série 3 de BMW a subi sa refonte en 2013 pour entamer sa sixième génération, la voiture a gagné un peu en dimensions, a reçu de nouvelles technologies et, dans l’intérêt de rehausser son niveau de confort, son roulement s’est adouci. La plupart des conducteurs ont probablement bien accueilli le dorlotement supplémentaire offert par la suspension et la direction dans les modèles de Série 3 n’arborant pas l’écusson M, mais les puristes de BMW ont trouvé que la berline compacte s’était quelque peu embourgeoisée.

Pour 2016, BMW a conféré à la Série 3 de légères révisions de mi-génération, incluant des changements qui « rehaussent la dynamique de conduite ». On pourrait donc dire qu’il s’agit d’une Série 3 de sixième génération, version 2,0.

Petits changements ici et là

Les stylistes ont apporté de légères révisions à la carrosserie, et l’on doit être bien concentré pour les déceler. On note un nouveau pare-chocs à l’avant avec prises d’air surdimensionnées, rapprochant son apparence avec celle de la Série 4, et des phares à DEL équipent de série la 340i. Des phares adaptatifs à DEL sont optionnels. À l’arrière, on retrouve de nouveaux feux à DEL. Cela résume les changements extérieurs.

À l’intérieur, on a droit à des modifications tout aussi subtiles, avec de nouvelles finitions et des surfaces lustrées, ainsi qu’un éclairage d’ambiance dans le tableau de bord et les portes. On propose un plus grand choix d’habillages en cuir, alors que le chaleureux aménagement en cuir brun clair n’est plus réservé à l’ensemble de Luxe, mais désormais répandu à travers la gamme de la Série 3.

Vive la 340i!

Il y en a effectivement, et ils résident sous la carrosserie. Le plus important concerne le nouveau six cylindres en ligne turbocompressé de 3,0 litres. Sa cylindrée est similaire à celle du moteur sortant, mais il fait partie de la nouvelle famille de motorisations EfficientDynamics et partage son architecture de base avec le quatre cylindres de 2,0 litres ainsi que le trois cylindres de 1,5 litre offert en Europe.

Ce 3,0 litres dispose d’un turbocompresseur à double volute et produit 20 chevaux de plus que le moteur précédent pour un total de 320. Le couple est également en hausse, passant 300 à 330 lb-pi. Ce muscle additionnel permet à la 340i xDrive d’accélérer de 0 à 100 km/h en 4,6 secondes – ajoutez deux dixièmes pour la version à propulsion.

Cette 340i vient avec deux boîtes de vitesse, une automatique à huit rapports avec des ratios mieux étagés, et une manuelle à six rapports qui comprend une correspondance de régime en rétrogradation. Il n’y a pas de coût supplémentaire, peu importe le choix de la boîte. La 340i est la seule variation de la Série 3 disponible avec soit un rouage à propulsion, soit une transmission intégrale. Toutes les autres versions de la Série 3, à partir de la 320i, sont équipées du système xDrive.

La suspension a été révisée pour un roulement plus ferme et mieux contrôlé. Trois systèmes de suspension sont proposés, soit les réglages Standard, M Sport plus ferme et M adaptatif à calibrage électronique. Ce dernier fait partie de l’ensemble M Performance de BMW (1 900 $), qui comprend aussi une direction à assistance variable, des freins sport M, des roues de 19 pouces (au lieu des 18 pouces de série) et quelques éléments stylistiques spécifiques aux voitures M.

Charme retrouvé

La suspension et la direction plus fermes sont perceptibles dès que l’on prend le volant. Pour le lancement de la voiture, BMW a choisi la région Copper Canyon au Mexique, entrelacée de routes étonnamment sinueuses.

Si vous êtes parmi ceux qui trouvaient l’actuelle génération de la Série 3 un peu molle, vous serez heureux d’apprendre que les réglages de BMW ont rendu la berline allemande plus plaisante à conduire. On retrouve quatre modes de conduite, soit Eco Pro, Comfort, Sport et Sport Plus, chacun possédant ses propres réglages de la servodirection, de la réactivité de l’accélérateur et des points de changement de rapports de la boîte automatique.

Ma voiture d’essai était équipée d’une suspension adaptative, et en mode Sport, elle est ferme sans l’être trop, avec un roulis de caisse minime et une direction précise. La voiture est rassurante et bien plantée sur la route, que cette dernière soit lisse comme une piste de course ou abîmée et sablonneuse.

Le nouveau moteur 3,0 litres accélère avec une vigueur étonnante, facilitant grandement les dépassements sur les routes sinueuses, mais demeurant doux comme de la soie, peu importe le régime moteur. Il émet également une sonorité à chatouiller les oreilles, ce qui accentue davantage le caractère sportif de la voiture.

La boîte manuelle dispose d’une courte course du levier et d’une grille de sélection étroite, alors on doit faire attention de ne pas choisir le mauvais rapport. Toutefois, après quelques minutes de pratique à passer les rapports, on s’y habitue et le tour est joué. La fonctionnalité de correspondance de régime (l’effet talon-pointe) est merveilleuse, procurant des montées instantanées lors des rétrogradations de rapport.

Quant à la boîte automatique, elle passe ses rapports en toute douceur quand le mode Confort est sélectionné, et devient décidément plus énergique avec le mode Sport, effectuant son travail avec un à-coup satisfaisant à des régimes plus élevés. De plus, elle obéit sans délai lorsqu’on utilise les sélecteurs montés au volant en mode manuel.

Elle tient toujours son bout

La Série 3 est entourée de sérieuses concurrentes. Audi vient d’introduire une A4 plus grosse et plus légère, Mercedes-Benz a récemment rafraîchi sa Classe C et l’ATS de Cadillac a fait ses preuves comme adversaire américaine de taille. La 340i vient de recevoir une dose parfaite de sportivité pour en faire une machine bien équilibrée. Elle devrait satisfaire les conducteurs à la recherche d’une expérience plus dynamique, sans toutefois décevoir ceux qui s’attendent à une berline de luxe raffinée et confortable.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéBMW modernise la Série 3 2015
La plus récente génération de la BMW Série 3 (modèle F30) est vendue depuis la fin de 2011. Puisque 4 ans dans le monde de l’automobile, c’est une éternité, le manufacturier a décidé de moderniser son modèle le plus vendu. Visuellement, il faut chercher loin pour voir des distinctions : …
EssaisBMW M3 2015, le bolide pratique
Il y a de ces voitures qui n’ont pas besoin de présentation et qui attirent inévitablement les regards. La BMW M3 fait partie de ce groupe exclusif, en séduisant par son style, sa sportivité et son aspect pratique. On peut certes trouver plus exotique sur le marché, mais peu de …
Matchs comparatifsBMW M3 et M4 - Pile pour le style, face pour l’espace
Dire que BMW a développé la première M3 en 1985 dans le seul but d’aller aux courses. À sa première année en compétition en 1987, elle a d’ailleurs permis à l’Italien Roberto Ravaglia de décrocher le premier titre de Champion du monde des voitures de tourisme. Et ce n’est pas …
Premiers contactsAudi S4 2018 : la bête docile
FRANCFORT (Allemagne) – On aime les belles voitures, on aime la puissance, on aime le luxe, mais on ne veut pas se faire brasser la cage dans une auto sport peu confortable et peu pratique. Audi nous propose alors sa nouvelle berline sport compacte, la S4 2018. Vous avez bien …
MécaniqueInspection mécanique de la BMW 330e 2017 : allez chez BMW
On connaît bien les marques allemandes. On sait qu’elles sont capricieuses, et que souvent, elles s’arrangent pour que l’entretien mécanique doive être fait dans l’une de leurs concessions. La BMW 330e, une hybride rechargeable, ne fait pas exception à cette règle… En premier lieu, si l’on ouvre le moteur, on …
Commentaires