Nissan Rogue 2015: Vive la famille

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2015

Dans un segment qui a le vent dans les voiles, comme celui des véhicules utilitaires compacts, il est nécessaire pour la santé d’un constructeur d’innover et de renouveler son offre aussi souvent que possible. Nissan ne fait pas exception et a mis son Rogue au goût du jour pas plus tard que l’an dernier. D’ailleurs, il s’agit du meilleur vendeur de la firme nippone, avec plus d’exemplaires écoulés que pour la Versa, la Sentra ou l’Altima.

Qui aurait cru, à l’heure où l'on parle d’environnement et que l’on redoute toute hausse du prix de l’essence, que les véhicules utilitaires demeureraient au sommet des ventes? Il faut croire que Nissan l’avait prédit, car son offre est plus que complète dans le domaine. Celui qui nous intéresse ici est considéré de taille compacte, bien qu’il fasse osciller la balance à quelque 1 600 kilos. N’empêche, il a été possible de réaliser une consommation moyenne de 8 litres aux 100 km durant cet essai, ce qui n’est pas trop mal. Sa frugalité, il la doit à son groupe motopropulseur.

Juste ce qu’il faut

Puisqu’il n’a aucune prétention sportive et qu’on souhaite le vendre à un tarif abordable, le Nissan Rogue retient les services de l’éternel quatre cylindres de 2,5 litres que Nissan utilise à toutes les sauces. Avec raison d’ailleurs, car il jouit d’une belle fiabilité et délivre tout de même 170 chevaux et 175 lb/pi de couple. C’est bien, mais avec la masse imposante du Rogue, c’est juste. D’autant plus que la livrée SV peut se voir dotée d’une troisième rangée de sièges et ainsi accueillir sept âmes et leurs bagages. Heureusement, la boîte CVT sauve la mise. En tirant le plein potentiel du moteur à tous les régimes, on a rarement l’impression de manquer de puissance.

Sur la route, le Nissan Rogue se conduit lentement, mais facilement. Voyez-vous, c’est qu’il n’aime pas être brusqué. Sa suspension axée sur le confort est appréciable sur surface cahoteuse, mais très peu coopérative pour les manœuvres pressées. De toute façon, la direction collabore assez peu et tant qu’à se presser à l’aveuglette, aussi bien adopter une conduite décontractée. Ainsi, on a tout le loisir d’apprécier le paysage et le silence de roulement.

En beauté

Si les diodes électroluminescentes qui ornent les phares en équipement de série n’ont su vous charmer, l’habitacle s’en chargera. Outre un dessin flatteur, le tableau de bord jouit également de la présence de matériaux souples de bonne qualité. Comparativement à la plupart de ses rivaux, le Rogue se démarque notamment grâce à sa présentation intérieure un brin plus huppée donnant l'impression que l’on a affaire à un véhicule plus onéreux. On se croirait presque dans un modèle Infiniti dégarni de cuir. L’équipement y est aussi pour beaucoup et la liste est longue, au gré des versions. Le toit panoramique, qui baigne l’habitacle d’une agréable lumière naturelle, est de série dans la livrée SV, avec la clé intelligente et les sièges chauffants, ce qui en fait un excellent choix.

Si le Rogue est généralement facile à vivre, on note toutefois que le système d’autoverrouillage des portières est quelque peu irritant. C’est qu’il ne déverrouille les portières qu’à la coupure du moteur. Autrement dit, même en plaçant le sélecteur de vitesse en position « P », on se claque les doigts en tirant sur une poignée de porte qui ne s’ouvre pas. Pas pratique pour laisser descendre un passager que l’on reconduit ou simplement pour sortir du véhicule un bref instant pour poster une lettre. En contrepartie, au fil des kilomètres, on se réjouit de la qualité des sièges. Ils offrent un bon support latéral et donnent un peu de répit au dos.

Ami des familles, le Nissan Rogue se montre également pratique. Le coffre est modulable et peut se prêter à 18 configurations différentes. Entre autres, il est possible de transporter des objets longs, comme une échelle, en abaissant le dossier du siège avant droit. Avec deux rangées de sièges en place, on a droit à un impressionnant 1 113 litres d’espace qui est cependant réduit à 266 litres avec des sièges pour sept personnes. Cet espace est tout de même comparable à ce que propose une Infiniti Q50 hybride que l’on souhaiterait mieux apte à recevoir toute la famille. L’accès à l’espace de chargement est facilité par la grande ouverture du hayon, qui peut également être motorisé en option.

Pour les amateurs de véhicules utilitaires et toutes ces familles qui ne veulent plus rouler en berline, le Nissan Rogue est un sérieux prétendant.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéPetits changements pour le Nissan Rogue 2016
Le millésime 2016 apportera quelques petits changements pour le Nissan Rogue . Puisque le multisegment de la marque nipponne connaît un succès retentissant depuis son renouveau, Nissan a judicieusement choisi de ne pas réinventer la roue avec le Rogue 2016. On retrouve par exemple un ensemble d’apparence S, ajoutant des …
Commentaires