Dodge Viper 2015: Toujours extrêmement masculine

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2015

La Dodge Viper a toujours été une voiture destinée aux hommes au tempérament très masculin. Que ce soit à cause de son gargantuesque V10 de 8,0 (puis de 8,4) litres, de ses pneus énormes ou de son système d’échappement latéral capable de vous griller les mollets en moins de deux, la Viper n’a jamais été conçue pour les mauviettes... 

C’est pourquoi le lancement d’un modèle redessiné – qu’on disait plus civilisé (et baptisé SRT au lieu de Dodge mais redevenu Dodge!) – a soulevé une certaine controverse l’an dernier. On l’a accusé d’être trop... européen.

Pour moi – et pour bien des lecteurs, je suppose –, le fait de qualifier d’européenne une voiture sport américaine constitue un grand compliment. Mais il semble que certains ont eu peur que leur machine préférée ait été émasculée. Sans doute que pour eux, le manque de confort faisait partie intégrante du concept.

La testostérone est sauve!
Mais n’ayez crainte, hommes ultra masculins : Sous ses nouvelles courbes sensuelles, la Viper est toujours une des voitures sport les plus musclées et gonflées aux stéroïdes sur le marché. Elle affiche toujours une puissance excessive, les enfants se retournent toujours sur son passage et le grondement de son V10 fait toujours trembler les fenêtres. Son moteur produit 640 chevaux (un gain de 40 ch) et un couple de 600 lb-pi (le plus élevé de l’industrie pour un moulin à alimentation atmosphérique selon Chrysler). Et, question de maintenir les exigences de conduite à un niveau supérieur, ce gain de puissance est principalement disponible à régimes élevés. Effectivement, dans la première moitié de la bande de puissance du gros V10, on remarque peu de différence par rapport à l’ancien modèle. C’est quand on passe le cap des 5 000 tr/min qu’on réalise que la bête est encore plus féroce qu’avant.

Bon, d’accord, certains trouveront que l’ajout d’un système antipatinage et la présence de freins antiblocage rendent la Viper moins masculine. Mais pour le commun des mortels, ces garde-fous électroniques seront bienvenus pour amadouer la machine. Sur la version haut de gamme GTS (119 995 $), on obtient un système antipatinage sophistiqué à cinq positions; le modèle de base (99 995 $) est muni d’un système plus simple à deux positions.

Côté tenue de route, la nouvelle Viper a été transformée pour le mieux, notamment grâce à une hausse de 50 % de la rigidité du châssis. Sa conduite inspire maintenant confiance comme les meilleures sportives et les pneus Pirelli P Zero collent solidement à la route. L’excellente répartition des masses (49,6 % à l’avant, 50,4 % à l’arrière) contribue sans doute également à maintenir le niveau de sportivité à un niveau décent.

Cela dit, il est clair que la Viper n’a pas entièrement perdu son âme d’homme des cavernes. Elle se manifeste encore principalement au niveau de la suspension, qu’on ne peut absolument pas qualifier de souple. Avec les versions GTS, on obtient des amortisseurs Bilstein DampTronic qui permettent de choisir entre deux modes : Route ou Course. Mais on aurait dû les appeler Extra dur et Extra-extra dur tellement l’amortissement en compression est ferme! Même sur les routes de canyon les plus rapides de Californie, cette fermeté était nettement excessive. Étonnamment, l’ensemble optionnel pour la piste pourrait s’avérer plus conciliant pour votre colonne vertébrale. En effet, les jantes en alliage Sidewinder et les pneus Pirelli Corsa réduisent remarquablement le poids non suspendu (2,5 kg de moins par roue), ce qui améliore à la fois la tenue de route et le roulement.

Et fonctionnelle en plus!
La nouvelle Viper a eu droit à d’importantes améliorations en matière de comportement, mais les changements sont encore plus marqués à l’intérieur. On y trouve des recouvrements en cuir de haute qualité, les sièges (du même fabricant que ceux de Ferrari) sont confortables, et le tableau de bord est très réussi. Le système d’infodivertissement Uconnect, avec écran ACL de 8,4 pouces et applications spécifiques SRT Performance, est le meilleur de sa catégorie. Le système de climatisation climatise efficacement, le bloc de pédaliers est réglable électriquement et, croyez-le ou non, la plus récente Viper est dotée de l’espace de chargement le plus fonctionnel de tout l’univers des supercars.

Ceux qui considéraient que les défauts des anciennes Viper faisaient partie d’un rite de passage obligé n’apprécieront peut-être pas la nouvelle mouture. Mais une chose est sûre : la Viper 2014 est de loin le meilleur muscle car jamais produit par Chrysler.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Nouveaux modèlesViper ACR 2016 : le retour du serpent de course
Lorsque la Viper ACR originelle avait été lancée en 2008, elle avait été conçue dans un seul but : livrer un maximum de performance sans compromettre la légalité de la Viper (une version ACR-X fut aussi offerte, mais celle-ci était suffisamment modifiée pour ne plus pouvoir avoir le droit de …
ActualitéLa vipère s'en va...
C’était écrit dans le ciel. FCA ne l’a pas encore annoncé officiellement, mais la production de la Dodge Viper a été condamnée dans un récent accord entre l’UAW (United Auto Workers, syndicat américain des travailleurs de l’automobile) et FCA. L’entente de principe devrait être ratifiée la semaine prochaine. La dernière …
ActualitéUne Viper suralimentée? Oui… mais pas chez Dodge!
Présentement, les bolides les plus puissants chez Dodge sont les Charger et Challenger SRT Hellcat. Avec 707 chevaux, ces grosses bagnoles sont suffisamment rapides pour embarrasser plus d’une supervoiture. Cependant, cela laisse la Viper dans une triste position : le gros coupé entre dans sa dernière année de production, mais …
Commentaires