Tesla Roadster - Ground Control to Major Tom

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2020

Space Oddity, la populaire chanson du regretté David Bowie, joue en boucle sur la chaîne audio de la Tesla Roadster. Sur la planche de bord, on remarque l’inscription Don’t Panic, en référence à la célèbre comédie de science-fiction The Hitchhiker’s Guide to the Galaxy, et la voiture embarque aussi à son bord la trilogie Foundation de l’illustre écrivain russo-américain Isaac Asimov. Quant au conducteur, un mannequin répondant au nom de Starman (une autre chanson de Bowie), il se contente d’observer distraitement le merveilleux paysage cosmique qui s’offre à lui, alors que la Tesla Roadster, placée sur une orbite elliptique autour du Soleil, frôle la planète Mars avant de se rediriger vers la Terre à une vitesse de 55 906 milles à l’heure, ou 89 972 km/h si vous préférez…

Donnons-le à l’entrepreneur d’origine sud-africaine naturalisé américain, Elon Musk sait comment attirer l’attention! Dans le cas présent, on peut parler d’un lancement dans le sens propre du terme alors qu’une Tesla Roadster a littéralement été lancée en orbite pour tester la fusée Falcon Heavy développée par SpaceX, compagnie également contrôlée par Elon Musk. Précisons toutefois qu’il s’agit d’une Tesla Roadster 2008 couleur Midnight Cherry, soit le tout premier modèle élaboré sur la base d’une Lotus Elise commercialisé par Tesla, que Musk conduisait lui-même avant de l’expédier dans l’espace où elle est devenue la seule et unique voiture en orbite, et non pas le nouveau Roadster attendu en cours d’année 2020.

Un potentiel de performance absolument délirant

Annoncée au mois de novembre 2017, la Tesla Roadster devrait logiquement devenir un modèle de production en cours d’année 2020, mais la date de son arrivée n’a pas été précisée. Ce que l’on sait, c’est que Tesla fait état d’un potentiel de performance absolument délirant pour la nouvelle Roadster, Elon Musk voulant faire la démonstration qu’une voiture électrique peut être aussi performante qu’un supercar animé par un moteur thermique. Les données avancées par Tesla font état d’un 0-100 km/h en 2 secondes, d’un 0-160 km/h en 4,2 secondes et d’une vitesse de pointe supérieure à 400 km/h. Si la Tesla Roadster est effectivement capable de telles performances, cela lui permettrait de se pointer dans le peloton des Bugatti et Koenigsegg, rien de moins…

Mais il n’y a pas que les performances qui impressionnent… Sur le plan technique, la Tesla Roadster est élaborée sur une toute nouvelle plate-forme, et ses trois moteurs électriques sont animés par un ensemble de batteries dont la capacité serait de 200 kWh, soit assez pour que la voiture soit dotée d’une autonomie de 1 000 kilomètres. Si l’on considère que les Model S et Model X peuvent accueillir une batterie de 100 kWh pour les variantes les plus chères, on se demande comment Tesla va faire pour loger une batterie d’une capacité doublée dans un véhicule plus compact. Comme la marque demeure très discrète au sujet des spécifications techniques de sa Roadster, toutes ces données devront être validées lorsque la voiture sera officiellement lancée sur le marché.

Des propulseurs développés par SpaceX en option

On sait cependant que la voiture ne sera pas un roadster selon la définition stricte, puisqu’elle sera décapotable non pas au moyen d’une toile souple ou d’un toit rigide rétractable, mais plutôt par le retrait d’un panneau de carrosserie. De plus, deux très petites places, « à la Porsche 911 Carrera », sont prévues à la seconde rangée. Pour en rajouter une couche, Musk a annoncé que ces places arrière seront retirées sur les variantes équipées en option d’un ensemble de propulseurs à jet d’air froid développés par SpaceX. Ces propulseurs seront alimentés par de l’air comprimé sous haute pression contenu dans un cylindre rigidifié par de la fibre de carbone qui sera fixé derrière les places avant.

Au cours d’une rencontre avec les investisseurs survenue au printemps 2019, certains invités ont pu ouvrir la portière et filmer l’habitacle de la Roadster. On a donc pu constater que la voiture présentée à cette occasion n’était pas dotée d’un volant conventionnel, le conducteur saisissant plutôt ce qui ressemble aux commandes d’un avion. Aussi, la planche de bord semble regrouper plusieurs témoins lumineux dans une bande se prolongeant d’un côté à l’autre, alors qu’une console centrale flottante intègre l’interface composée d’un écran disposé à la verticale.

La Tesla Roadster est attendue en cours d’année 2020 à un prix de départ fixé à 257 000 $, tandis qu’une série limitée de modèles appelés Founder’s Edition sera proposée à 322 000 $. Elon Musk et Tesla livreront-ils la marchandise? Chose certaine, si les performances annoncées se concrétisent et que l’échelle de prix demeure la même, Tesla aura accompli un exploit aussi extraordinaire que celui d’envoyer une voiture dans l’espace…

Feu vert

  • Données insuffisantes

Feu rouge

  • Données insuffisantes

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires