Des milliers d’employés en arrêt de travail chez GM

Avec la collaboration de Frédéric Mercier

En raison d’une grève chez General Motors (GM) aux États-Unis, l’assemblage des véhicules à l’usine d’Oshawa, en Ontario, a été suspendu jusqu’à nouvel ordre.

Cela force ainsi environ 2600 travailleurs ontariens à rester à la maison. Les employés affectés à la fabrication des camionnettes Chevrolet Silverado étaient déjà en arrêt forcé depuis quelques jours, mais voilà que l’assemblage du Chevrolet Equinox est également impliqué.

Même si les usines américaines de GM étaient toujours à l’arrêt vendredi matin, il y avait des « progrès» dans les négociations salariales avec le syndicat UAW, à l’origine de cette grève inédite, a-t-on appris de source syndicale.

À l’exception de travaux de maintenance sur certains sites, la production est complètement arrêtée, selon l’organisation syndicale UAW.

« La majorité des employés assignés dans la maintenance respectent toutefois nos piquets de grève », écrit Terry Dittes, le responsable de l’UAW chez GM, dans un courrier interne obtenu par l’AFP.

« Nous faisons des progrès» dans les discussions », a indiqué à l’AFP Brian Rothenberg, le porte-parole de l’UAW, près d’une semaine après le début de ce mouvement social qui risque de coûter jusqu’à 100 millions de dollars par jour à GM, d’après des experts. Interrogé sur la possibilité que les deux parties trouvent un accord d’ici la semaine prochaine, M. Rothenberg a déclaré que c’était « difficile à prédire ».

Contacté par l’AFP, GM n’a pas répondu dans l’immédiat.

Près de 50 000 salariés américains de General Motors, Chevrolet, GMC, Buick et Cadillac, sont en grève depuis lundi, un mouvement social d’une ampleur exceptionnelle.

Le syndicat réclame des hausses de salaire, de meilleurs avantages sociaux et une amélioration de la situation des salariés embauchés après le sauvetage historique de GM de la faillite en 2009 par l’administration Obama.

L’organisation voudrait aussi que le géant de Détroit réactive quatre usines mises à l’arrêt en novembre, dont une qui se trouve à Lordstown dans l’Ohio, un des États industriels, avec le Michigan, déterminants pour l’issue de la présidentielle de 2020.

GM affirme avoir offert plus de 7 milliards de dollars de nouveaux investissements dans des usines américaines, proposé de créer 5400 emplois supplémentaires et d’augmenter les salaires.

Cette grève est suivie de près par la classe politique américaine, le président Donald Trump, au nom de «l’Amérique d’abord», ayant promis de maintenir voire d’augmenter les emplois industriels dans ces États particulièrement affectés par les délocalisations et une main-d’oeuvre moins chère au Mexique.

Le mouvement social, le premier de cette ampleur chez GM depuis 2007, survient à un moment délicat aussi bien pour le groupe automobile que pour l’UAW.

GM est, comme l’ensemble de ses rivaux, confronté à un ralentissement des ventes de voitures aux États-Unis et en Chine, les deux premiers marchés automobiles mondiaux, et à de lourds investissements dans les véhicules électriques et autonomes.

L’UAW fait face, lui, à une érosion de ses membres et est secoué par un scandale de pots-de-vin.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéLes employés américains de GM sont en grève, une première depuis 2007
NEW YORK | Les dizaines de milliers de salariés américains de General Motors (GM) étaient en grève lundi, en raison de l’impasse dans laquelle se trouvent des négociations salariales avec le groupe automobile, a-t-on appris de sources concordantes. La production de voitures du géant de Detroit était complètement interrompue aux …
ActualitéOshawa : GM investit 170 M$ pour sauver 300 emplois
General Motors Canada et le syndicat Unifor ont annoncé aujourd’hui une « entente de transformation » qui verra l’usine d’Oshawa fabriquer des pièces et effectuer des essais avancés sur des véhicules à partir de maintenant. Grâce à un investissement de plus de 170 M$, ce sont 300 emplois qui seront …
ActualitéGM fermerait ses portes à Oshawa
GM annoncerait lundi qu’elle ferme ses portes à Oshawa en Ontario, où elle emploie 2 300 personnes, ont rapporté plusieurs médias, dimanche soir. Cette usine fabrique la Cadillac XTS et la Chevrolet Impala selon Global News. Dans une déclaration publiée dimanche, le syndicat Unifor a mentionné que l’entreprise américaine l’a …
BlogueChevrolet Impala : la fin d’une époque à Oshawa
En annonçant la fin imminente de la production de l’Impala dans le cadre de sa radicale restructuration, General Motors s’apprête à envoyer l’un de ses modèles les plus iconiques au cimetière. Il faut retourner 60 ans en arrière pour retracer les débuts de l’Impala. En 1958, son nom fut adopté …
ActualitéFin de grève en vue chez General Motors aux États-Unis
Washington | Après presque cinq semaines de grève aux États-Unis, le syndicat UAW a annoncé mercredi un accord préliminaire avec la direction du groupe automobile General Motors qui pourrait mettre fin au mouvement sans précédent depuis plus d’une décennie. Le texte doit encore être approuvé par le Conseil national du …
ActualitéGeneral Motors : la grève est finie!
Les adhérents du syndicat américain UAW ont approuvé vendredi un accord salarial, valable pendant 4 ans et négocié au forceps avec General Motors (GM), qui met fin à la plus longue grève chez le constructeur automobile depuis 50 ans. « Avec la ratification de ce contrat, la grève des membres …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires