Kia Soul 2019: Dans les platebandes de tout le monde

Le Soul est un véhicule sympathique pouvant concurrencer à la fois les voitures à hayon, les VUS sous-compacts et les voitures électriques.

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2019

Le petit multisegment Soul s’est avéré un vent de fraîcheur lors de sa commercialisation, en 2010, avec sa bouille sympathique, ses vives couleurs de carrosserie et ses sièges garnis d’un motif de pied-de-poule. Il n’était pas disponible avec une transmission intégrale – et ne l’est toujours pas –, mais sa vocation de petit véhicule urbain lui permettait de se frotter à la fois aux petits VUS et aux voitures compactes à hayon.

Aujourd’hui, le Soul ne sourit plus autant, toutefois, Kia doit réaliser que son petit véhicule a été un précurseur. Il doit désormais composer avec deux concurrents directs, ce qui n’était pas le cas il y a deux ans. Ces adversaires, ce sont le Nissan Kicks et le Toyota C-HR. Malgré son âge, le Soul est-il toujours en mesure de tirer son épingle du jeu? La réponse est oui, et il possède un atout, soit celui d’offrir une version 100% électrique.

Stylisé à l’équerre

Le Kia Soul affiche certainement des rondeurs, cependant, quand on le regarde, on ne peut s’empêcher de penser qu’on s’est inspiré d’une boîte de carton pour élaborer son design, et qu’on a dessiné les premiers croquis à l’aide d’une équerre. Peu importe, le Soul semble encore de bonne humeur, malgré les années et l'arrivée de ses nouveaux rivaux qui cherchent à lui voler des ventes.

On se permet même une touche de sportivité avec la version SX Turbo, dotée de jantes en alliage de 18 pouces, de pare-chocs au style plus agressif, de jupes de bas de caisse et d’une bande décorative rouge.

Le design de l’habitacle est épuré, mais toujours d’actualité. On souligne l’effort de l’équipe de création de Kia pour le détail des buses de ventilation, ornées de haut-parleurs, et les enceintes des portes avant entourées d’une bande lumineuse à DEL qui suivent le rythme de la musique. Pour 2019, on a droit à un écran de cinq pouces dans la déclinaison de base, qui comprend la caméra de recul obligatoire. En revanche, pour profiter de l’intégration Apple CarPlay et Android Auto, il faut opter pour le système multimédia avec l’écran tactile de sept pouces. Au moins, l’interface maison de Kia est facile d’utilisation.

Grâce au toit élevé du Soul, l’espace à bord surprend. Les assises sont élevées, permettant aux occupants de s’installer bien droit dans leur siège. On profite donc d’un bon dégagement pour les jambes, à l’avant comme à l’arrière. Le volume du coffre se compare à celui des VUS sous-compacts, alors que son ouverture carrée rehausse la polyvalence. Dans le Soul, on peut donc y loger des objets qui ne rentreraient tout simplement pas dans une voiture à hayon comme la Honda Civic, la Volkswagen Golf ou la Mazda3 Sport.

Turbo, pas turbo

Le petit quatre cylindres de 1,6 litre figurant comme motorisation de base est capable de faire le travail, par contre, le Soul est plus enjoué avec le moteur de 2,0 litres et ses 161 chevaux. La boîte automatique à six rapports l’épaule bien, et ensemble, ils procurent une bonne économie d’essence, à peine quelques dixièmes de litre de plus qu’avec la mécanique de 1,6 litre. Les voitures à hayon sont légèrement plus écoénergétiques, mais on peut s’en tirer à moins de 9,0 L/100 km à bord du Soul.

Quant au moteur turbo de 201 chevaux, il rend évidemment le petit Kia plus nerveux, mais sa boîte automatique à sept rapports n’aide pas sa cause avec une réactivité lente, et le moteur manque de punch au-delà des 4 500 tr/min.

C’est aussi le prix d’achat du Soul SX Turbo qui nous fait déchanter un peu. On doit s’attendre à 26 000 $ et des poussières, ou à 30 000 $ si l’on choisit l’ensemble Tech qui ajoute un toit panoramique, une chaîne Harman/Kardon à huit haut-parleurs, un système de navigation et des sièges chauffants arrière, entre autres. Si c’est une petite voiture sportive que l’on cherche, une Golf GTI ou une Honda Civic Si sont de meilleurs choix. Nous, on opterait pour un Soul EX+, bien équipé, avec des sièges chauffants et un volant chauffant.

Quant au Soul EV, il s’avère drôlement efficace pour un véhicule 100% électrique. Son espace de chargement n’est pas pénalisé par la présence des batteries, il demeure presque aussi maniable que les autres Soul et son prix est intéressant, d'autant plus qu’on peut profiter d’un rabais substantiel du gouvernement. En revanche, son autonomie maximale de 179 kilomètres n’est plus dans le coup vis-à-vis celle de la Nissan LEAF, et traîne de la patte si on la compare à celle de la Hyundai Ioniq.

Malgré l’arrivée du Kicks et du C-HR, le Soul demeure le plus pratique, le plus puissant et le mieux équipé des trois. Et à moins que l’on doive absolument se prévaloir d’une transmission intégrale, il se justifie encore face aux nouveaux VUS sous-compacts tels que le Nissan Qashqai et le Hyundai Kona.

Feu vert

  • Caractère enjoué
  • Beaucoup de caractéristiques pour le prix
  • Polyvalence surprenante pour sa taille

Feu rouge

  • Moteur de base trop juste
  • Pas de rouage intégral
  • Consommation peu impressionnante

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Pleins feux surKia Soul 2020 : en route vers Toronto pour le conduire
Cette semaine, l’équipe du Guide de l’auto s’envole vers Toronto pour le lancement canadien du tout nouveau Kia Soul 2020 . Au moment d’écrire ces lignes, le Kia Soul de nouvelle génération est déjà arrivé chez les concessionnaires du Québec. Mais bien que notre équipe de journalistes ait déjà mis …
Commentaires