Ford Escape 2018: Toujours dans le coup

Si l'on met de côté l'ego du porte-clefs, l'Escape Titanium représente une alternative fort louable aux Audi Q5, BMW X3 et Mercedes GLC.

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2018

À ses débuts en 2001, l'Escape était perçu comme étant un VUS pur et dur à cause de sa silhouette carrée qui s'apparentait à celle de ses grands frères, Explorer et Expedition. Lors de sa refonte, en 2013, l'Escape a délaissé son look « camion » pour adopter des lignes fluides, inspirées de la Focus à hayon – une voiture compacte. On s'est amusé à l'époque, avec respect, bien entendu, à décrire l'Escape comme étant une grosse Focus allongée et surélevée avec la traction intégrale en prime.

La décision de Ford d'adoucir les traits de l'Escape avait pour but d'attirer des acheteurs qui hésitaient à troquer leur voiture au profit d'un multisegment. Or, Ford a visé juste puisque l'Escape a continué, depuis cette transformation, à se classer dans le top 3 des ventes de VUS compacts aux États-Unis. Au Québec, l'Escape connaît également du succès et il figure dans le top 5. Qu'à cela ne tienne, il est le deuxième véhicule Ford le plus vendu après la Série F.

Pour conserver ses parts de marché face à des rivaux qui ne cessent de se renouveler, l'Escape a abandonné, l'an dernier, sa calandre de « voiture compacte » pour adopter un faciès plus viril, calqué sur son frère Edge.

Choix de moteurs

L'une des principales caractéristiques des deux premières générations de l'Escape (2001-2007 et 2008-2012) était la possibilité d'opter pour un V6. Toutefois, à part le Mitsubishi Outlander et le Jeep Cherokee, qui l’offrent encore, ce type de moteur a été supprimé des catalogues de tous les constructeurs, incluant Ford, afin de réduire la consommation des VUS compacts.

En contrepartie, l'Escape propose une vaste gamme de moteurs à quatre cylindres, lesquels sont tous arrimés à une boîte automatique à six rapports. D'entrée de jeu, le moteur de base est le vénérable Duratec de 2,5 litres, qui produit 168 chevaux et un couple de 170 livres-pied. Même si cette motorisation suffit amplement à la tâche, elle représente moins de 5% des ventes.

Pour économiser des sous à la pompe tout en rendant service à la planète, le quatre cylindres turbo Ecoboost de 1,5 litre consomme moins d'essence que le 2,5 litres. Toutefois, qui dit protection de l'environnement, dit également hausse des tarifs. À cet égard, il n'est pas surprenant de constater que le moteur turbo de 1,5 litre s'avère plus onéreux à l'achat que le 2,5 litres à cause, notamment, de l'équipement de série qui accompagne chacun des moteurs – le 1,5 litre turbo ne venant, par exemple, qu’avec la transmission intégrale dans la version de base S.

En somme, on s'explique mal que l'acheteur désirant réduire sa consommation d'essence doive opter pour la version intermédiaire SE puisque c'est la seule livrée qui allie le moteur turbo de 1,5 litre à la traction. Cela dit, ce moteur développe 179 chevaux et un couple de 177 livres-pied. Si vous devez tracter une remorque, le 2,5 litres peut tirer une charge de 680 kg (1 500 livres) tandis que le 1,5 litre turbo est capable de traîner un poids de 907 kg (2 000 livres).

La puissance a un prix

Pour des performances accrues en matière d'accélération, de reprises et de capacité de remorquage, le moteur turbo EcoBoost de 2,0 litres est tout désigné, avec ses 245 chevaux et 275 livres-pied. Qui plus est, il est assez fort pour tracter une remorque pesant jusqu'à 1 587 kg (3 500 livres), soit la charge la plus élevée des VUS compacts à moteur quatre cylindres qui se trouve sur le marché. C'est bien beau tout ça, dites-vous, mais il y a un prix à payer pour acquérir ce moteur qui est proposé dans la SE ainsi que dans la dispendieuse version de luxe Titanium. À sa défense, l'Escape Titanium est moins cher que les Honda CR-V Touring et Toyota RAV4 Limited, lesquels ne sont toutefois pas animés par un moteur aussi performant que le 2,0 litres EcoBoost.

Malgré la refonte de l'an dernier, l'Escape ne peut cacher son âge ni son poids. Si l'on compare la tenue de route à des concurrents plus jeunes, il n'a pas l'agilité souhaitée. Le diamètre de braquage est trop long et la direction manque de précision. Néanmoins, le comportement routier est équilibré et l’on pourrait dire que l'Escape est bon dans tout, mais n'excelle en rien. Une chose est sûre, la boîte automatique exécute un boulot remarquable et contribue à l'agrément de conduite.

À l'instar des véhicules Ford, les sièges avant sont confortables et conviennent à tous les gabarits. À l'arrière, la banquette manque de rembourrage, mais la minceur des dossiers permet de rabattre complètement ces derniers pour obtenir un plancher plat dans le coffre à bagages. En terminant, le conducteur d'une Focus qui passe à un Escape se sentira en pays de connaissance puisque les volants, les tableaux de bord et les commandes se ressemblent.

Feu vert

  • Comportement routier
  • Choix de moteurs
  • Puissance du 2,0 litres
  • Arrêt/redémarrage automatique (1,5 l et 2,0 l)
  • Systèmes d'aide à la conduite

Feu rouge

  • Poids élevé
  • Puissance un peu juste (1,5 litre)
  • Certaines options à revoir (1,5 litre)
  • Prix corsé (2,0 litres)
  • Absence banquette 40/20/40

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Commentaires