Mazda3 2018: Dans le collimateur

Points forts
  • Dynamique relevée
  • Moteur 2,5 litres performant
  • Excellentes boîtes de vitesses
  • Qualité de finition
  • Design toujours actuel
Points faibles
  • Insonorisation perfectible
  • Confort sur mauvais revêtement
  • Dégagement limité aux places arrière
  • Absence des systèmes Apple CarPlay et Android Auto
Évaluation complète

La Mazda3 n’est pas la voiture la plus vendue de son créneau, puisqu’elle est devancée par la Honda Civic, la Hyundai Elantra et la Toyota Corolla. Elle ne compte pas autant de variantes que certains modèles concurrents, et elle date déjà de quelques années. Pourtant, elle demeure la référence de la catégorie des voitures compactes, grâce à sa grande homogénéité et à sa dynamique relevée d’un cran par rapport à sa concurrence directe, même si des rivales récentes comme la Civic viennent maintenant se porter à sa hauteur.
Récemment, l’équipe du Guide de l’Auto a fait un match comparatif, qui figure sur notre site web, regroupant plusieurs modèles de la catégorie des compactes à hayon, dont les Chevrolet Cruze, Honda Civic, Mazda3 et Subaru Impreza. Au final, c’est la Mazda3 qui a remporté les honneurs de ce match suivie, dans l’ordre, de la Civic, de l’Impreza et de la Cruze. C’est surtout par son design, son habitacle et sa conduite que la Mazda3 a réussi à devancer ses rivales directes, ce qui est le signe d’une voiture très bien aboutie.

Le plaisir de conduire prime

Mazda est une marque reconnue pour la dynamique de ses modèles, et ses ingénieurs sont toujours à la recherche de nouveaux dispositifs ou de nouvelles techniques pour améliorer le comportement routier de ses véhicules. Le système de vecteur de couple, qui répond à l’appellation G-Vectoring Control et qui a été inauguré l’an dernier, en est un bon exemple. En bref, ce dispositif réduit le couple du moteur en entrée de virages afin de permettre aux pneus avant d’inscrire la voiture sur la trajectoire souhaitée avec plus de précision, un peu comme un pilote professionnel le ferait, pour maximiser l’adhérence du train avant, tout en réduisant le roulis en courbes. Ce bel exemple de la technologie au service du plaisir de conduire témoigne de l’engagement constant de la marque afin de bonifier la dynamique de ses modèles.

Même si la 3 n’est pas une voiture sport, sa direction est un modèle de précision. Sur la plupart des véhicules concurrents, on peut dire que la direction ne fait que tourner les roues avant alors que celle de Mazda permet au conducteur de véritablement sentir la route à travers la voiture. Précisons également que le châssis de la Mazda3 est particulièrement rigide, ce qui a pour effet de bonifier la dynamique. La boîte manuelle mérite aussi des éloges pour l’action rapide et précise du levier de vitesses.

Bref, sans offrir des performances à tout casser, la 3 présente plusieurs caractéristiques ainsi qu’une finesse certaine dans la conduite, des éléments qui sont souvent associés à des sportives. Le comportement routier est très bon, de même que la tenue de route, mais on peut adresser des reproches à la Mazda3 concernant le niveau sonore, qui est perçu dans l’habitacle lors des accélérations franches, et la calibration des suspensions, qui peuvent parfois s’avérer sèches sur mauvais revêtement.

Le moteur 2,0 litres qui anime le modèle de base se montre souple, volontaire, et plutôt économe avec une moyenne observée chiffrée à sept litres aux 100 kilomètres. Le moteur de 2,5 litres que l’on retrouve sous le capot des modèles GT permet à la Mazda3 de relever son jeu d’un degré sans toutefois se montrer pénalisant en ce qui a trait à la consommation de carburant, qui demeure raisonnable. De tous les modèles au catalogue, la Mazda 3 Sport avec moteur 2,5 litres s’avère comme étant le meilleur choix en raison de ses performances et de sa polyvalence.

Un style actuel

Malgré les années, le style de la Mazda3 demeure actuel, et l'on apprécie le design premium de son habitacle, qui rappelle un peu ce que fait Audi dans le créneau des voitures de luxe. La qualité de finition est soignée et le système multimédia, avec écran couleur de sept pouces surplombant la planche de bord et molette de contrôle rotative, est très convivial.

On approuve aussi l’ingénieux dispositif de visualisation tête haute, permettant de consulter certaines données projetées sur un écran qui se déploie au démarrage. Pour ce qui est de la connectivité, on attend toujours l’ajout des systèmes Apple CarPlay et Android Auto chez le constructeur japonais. Les sièges avant offrent un très bon niveau de confort, mais le dégagement pour les jambes des passagers prenant place à l’arrière est compté, et le volume du coffre du modèle berline est inférieur à celui de la Honda Civic.

On s’attend à ce qu’une toute nouvelle génération de la Mazda3 se pointe à l’horizon, peut-être dans deux ans. D’ici là, la compacte de Mazda continue de se démarquer par sa dynamique, son style, et la grande polyvalence de son modèle Sport à cinq portes, ce qui en fait, encore et toujours, l’une des forces vives de son créneau.

« La Mazda3 continue de se démarquer par sa dynamique, son style, et sa polyvalence, ce qui en fait l’une des forces vives de son créneau. »

COTE DU GUIDE

  • Mazda3: 85%
  • Subaru Impreza: 83%
  • Hyundai Elantra: 82%
Partager sur Facebook
Commentaires