Le Toyota Safety Sense ou Toyota et la sécurité avant l'autonomie

Au cours des dernières années, tous les constructeurs automobiles ont dévoilé des systèmes de sécurité, certains poussant la note plus loin que d’autres. Chez Toyota, par exemple, le système s’appelle Toyota Safety Sense (TSS).

Mentionnons tout d’abord que le Toyota Safety Sense améliore la sécurité active (avant un impact) en combinant quatre dispositifs : systèmes de précollision, d’alerte de sortie de voie, d’assistance à la vision nocturne et, dans sa version la plus élaborée, de régulateur de vitesse dynamique à radar. Il travaille de concert avec les autres éléments de sécurité contenus dans le groupe Star, y compris contrôle de la stabilité, régulateur de traction, freins antiblocage, répartiteur de force de freinage, assistance au freinage et système d’arrêt intelligent.

Le Toyota Safety Sense est offert de série avec les Corolla, Prius c, Prius, Avalon, RAV4 et RAV4 Hybrid, et nul doute qu’il se répandra bientôt à travers la gamme. Chez Lexus, le TSS s’appelle… Lexus Safety Sense. Original.

Le TSS pense pour le conducteur, mais il n’est pas un système de conduite autonome. Cependant, tous ses systèmes préviennent ou atténuent les collisions avant, aident les conducteurs à rester dans leur voie et améliorent la sécurité nocturne.

Lors du lancement nord-américain de la Prius Prime la semaine dernière, Toyota nous a brièvement entretenus sur ce système. Voyons-y de plus près…

Photo: Toyota Canada Inc.

Sondage sur les Canadiens et la voiture autonome

Probablement pour se faire pardonner de ne pas offrir de voiture autonome en Amérique, Toyota semble miser beaucoup sur son TSS. D’ailleurs, l’automobiliste canadien (et sans doute mondial!) n’est pas encore prêt à accéder à la voiture autonome qui, pour le moment, lui demande d’être prêt à reprendre les commandes rapidement lorsque la situation l’exige.

Pour prouver son point de vue, Toyota, via la fondation Toyota Canada, a formé un partenariat avec la Fondation de recherches sur les blessures de la route (FRBR) pour sonder les Canadiens sur leur perception envers la voiture autonome. La firme Nielsen a été mandatée pour effectuer le sondage auprès de 2 662 Canadiens, entre avril et mai 2016.

Selon ce sondage, 72% des conducteurs canadiens (2 sur 3) ne se sentiraient pas en sécurité à bord d’une voiture autonome… voiture qui aurait pourtant de bonnes chances d’être plus sécuritaire qu’eux! (NDLR Cette dernière phrase ne vient pas du sondage, mais de l’auteur de cet article.) Aussi, 70% des automobilistes n’utiliseraient pas une voiture autonome (ou semi-autonome) si on leur en offrait une. Dans le même ordre d’idées, 24% des automobilistes conduiraient eux-mêmes une voiture autonome malgré une grande fatigue, alors que seulement 10% dormiraient tout en se laissant guider.

Il reste donc énormément de travail à faire avant que la voiture semi-autonome ou autonome se répande. Toyota l’a compris et offre des systèmes de sécurité actifs qui ne prennent pas, pas encore du moins, la place du conducteur mais qui améliorent grandement sa sécurité et celles des autres usagers de la route.

Maintenant, je serais curieux de voir ce que donnerait un sondage sur la conduite autonome mené par Tesla…

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Premiers contactsToyota Prius Prime 2017 : au-delà du physique…
La semaine dernière, Toyota invitait quelques journalistes canadiens au lancement de sa Prius Prime, une Prius rechargeable dotée d’une batterie lui permettant de parcourir jusqu’à 35 km en mode électrique seulement. Comme nous avons pu le constater, la Prime, c’est bien plus qu’une Prius sur le party ionique. Et aussi …
Commentaires