Toyota Venza 2016: De retour !

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2016

On avait annoncé la disparition de la Venza de notre marché, mais il s’agissait d’une fausse rumeur puisque ce modèle continuera d’être commercialisé en 2016. Et c’est tant mieux, car la Venza n’est pas sans posséder des caractéristiques uniques qui sont en mesure de combler les besoins de bien des gens.

En effet, on peut la qualifier de fourgonnette sans portes coulissantes ou de VUS aux allures de fourgonnette ou encore un véhicule multisegment au style relativement sportif. À vous de décider dans quelle catégorie vous considérez la Venza.

Comme il s’agit certainement d’un modèle en fin de carrière, les dirigeants de Toyota ont fait appel à une vieille astuce, soit de concocter une version spéciale offrant une identification particulière ainsi qu’un niveau d’équipement relevé pour intéresser les acheteurs. En effet, l’édition Bois rouge (ou Redwood), toute nouvelle pour cette année, permet de concilier luxe et exclusivité sur un modèle d’utilisation polyvalente.

L’édition Bois rouge

La Venza de base arrive déjà bien équipée. La XLE, la plus cossue, affiche un niveau d’équipement encore bien plus relevé : contrôle automatique de la température à deux zones, garnitures argentées à motifs ondulés ainsi que les poignées intérieures des portières chromées. Il faut souligner le système d’éclairage d’accueil dans les portières, tandis que des lampes de lecture sont également incorporées. Le système audio comprenant six haut-parleurs, un correcteur automatique de niveau sonore et des commandes audio au volant est associé à un écran tactile de 6,1 pouces. Bien entendu, tous les accessoires électroniques populaires de nos jours font partie de l’équipement de série de cette édition particulière. L’édition spéciale Bois rouge ajoute un intérieur couleur… bois rouge et des sièges en cuir perforé en plus d’emblèmes ici et là permettant de l’identifier. 

Polyvalence assurée

Parfois, lorsqu’on tente de concevoir un véhicule capable de tout faire, cela a pour effet de déstabiliser les acheteurs et les ventes en souffrent. Dans le cas qui nous concerne, la Venza jouit d’une bonne popularité au Canada, mais ses ventes aux États-Unis sont couci-couça. Il semble que les gens optent soit pour la fourgonnette Sienna ou encore pour le VUS Highlander.

C’est dommage, car la Venza a beaucoup à offrir. Au chapitre de l’esthétique, elle a été le premier véhicule Toyota depuis des années à offrir une silhouette dynamique et intéressante. De plus, son habitacle très spacieux permet d’accommoder occupants et bagages de façon harmonieuse.

La position de conduite surélevée est bonne et l’accès aux commandes est sans problème. Toutefois, la visibilité arrière est exécrable et il faut constamment utiliser les rétroviseurs extérieurs pour savoir ce qui se passe derrière. Pas surprenant que depuis l’an dernier, la caméra de recul soit de série sur tous les modèles. 

Deux moteurs sont offerts. Il s’agit du quatre cylindres de 2,7 litres produisant 182 chevaux et du V6 de 3,5 litres d’une puissance de 268 chevaux. Dans les deux cas, une boîte automatique à six rapports avec mode de changement séquentiel est de série, tandis que la transmission intégrale est également disponible. 

Le quatre cylindres de 2,7 litres peine à la tâche lorsque le véhicule est lourdement chargé ou en terrain montagneux. Le rouage intégral ne fait rien pour améliorer les choses. Le moteur est alors sollicité davantage et sa consommation devient presque équivalente à celle du V6. Si vous prévoyez voyager souvent avec plusieurs personnes et leurs bagages, ce dernier moteur est le choix qui s’impose.

Le comportement routier est sans histoire pour autant que vous conduisiez en tenant compte des limites de vitesse affichées. Certains vont trouver que la suspension est trop ferme alors que le débattement semble trop court lorsque la suspension est confrontée à des trous et des bosses. Finalement, la direction n’est pas tellement communicative et on apprécierait un meilleur feed-back de la route, bien que dans l’ensemble et en comparaison avec plusieurs autres véhicules de cette catégorie, la Venza s’en tire pas trop mal à ce chapitre.

La production de la Venza devrait bientôt cesser pour de bon. C’est donc le temps de profiter des nombreuses offres spéciales qui seront présentées tout au long de l’année et qui vous permettront d’acquérir un véhicule fort intéressant à prix compétitif.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisNissan Murano 2018 : le pionnier
Lorsqu’il apparut sur nos routes en 2003, le Nissan Murano était le pionnier d’une nouvelle catégorie de véhicules; celle des multisegments. À l’époque, l’idée de fusionner une voiture avec un utilitaire était audacieuse, voire unique en son genre. Aujourd’hui, cette catégorie domine l’industrie automobile. Le fait d’utiliser la plate-forme d’une …
Commentaires