Kia K900 2016: Le prénom

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2016

Quand on regarde les prénoms attribués aux modèles Kia, on constate assez rapidement que celui de la K900 détonne par rapport à ses sœurs Rio, Forte, Optima et Cadenza. On peut se demander pourquoi la marque sud-coréenne a choisi une désignation alphanumérique pour son vaisseau amiral en Amérique du Nord puisqu'ailleurs dans le monde, la K900 s'appelle Quoris. Un nom qui nous semble plus approprié et somptueux pour une berline de luxe qui tente de se mesurer à de grandes pointures comme les BMW Série 7 et Mercedes-Benz Classe S.

Introduite l'an dernier sur notre marché, la K900 est devenue le véhicule porte-étendard de Kia, mais aussi le plus dispendieux. Pour démontrer que sa K900 n'est pas un pétard mouillé, Kia apporte plusieurs retouches en 2016. Dans le but d'accentuer le caractère de son design, les stylistes ont revu la calandre, les garnitures extérieures, les feux et le pare-chocs arrière.

Pour que son ramage se rapporte à son plumage, l'habitacle regorge de nouveautés comme un système de navigation avec écran tactile et un coffre à commande électrique de série. Les versions Premium et Elite sont encore plus gâtées et incluent de nouveaux sièges en cuir nappa matelassé, un nouvel accoudoir central, des appliques en bois aux places arrière et un meilleur soutien lombaire pour le passager avant.

Par rapport à sa cousine Equus

Même si Kia tente de nous faire accroire que la K900 a dans sa mire les grandes berlines de luxe allemandes, c'est plutôt sa cousine Hyundai Equus qui s'est vue confier ce mandat. Certes, les dimensions de la K900 sont similaires à l'Equus mais la présentation, le choix des motorisations et la gamme des tarifs sont nettement différents.

Tout d'abord, l'Equus n'offre pas de moteur V6 qui demeure l'apanage de la K900. Cette exclusivité permet à la Kia de débuter son échelle de prix sous la barre des 50 000 $ alors que la moins chère des Equus se négocie pour environ 65 000 $ — à cause de son équipement de série plus complet et d'un V8. Peu importe la version, à équipement égal, la somme demandée bonifiera toujours la K900 par rapport à la Hyundai.

Au jeu des comparaisons, il faut admettre que la carrosserie et le mobilier intérieur de l'Equus paraissent plus luxueux et ressemblent davantage à une grande berline allemande. De son côté, le style et l'habitacle de la K900 s'assimilent à une voiture de luxe plus modeste. Elle trouve sur son chemin des modèles comme les Buick LaCrosse, Chrysler 300 et Lincoln MKS — pour ne nommer que ceux-là.

Au niveau mécanique, le V6 de 3,8 litres développe 311 chevaux. Malgré l’injection directe de carburant, ce moteur est plutôt gourmand en essence. À sa défense, il consomme de l'essence ordinaire. Quant au V8 de 5,0 litres qui rugit dans l'Equus, les 420 chevaux s'alimentent à l'essence super. Les deux motorisations sont jumelées à une boîte automatique à huit rapports aux passages doux et rapides.

Pas de transmission intégrale

Qu'on se le dise, tant la K900 que l'Equus n'ont pas été conçues pour les marchés occidentaux. Ces deux modèles ont été élaborés à l'origine pour contrer l'importation des grandes berlines allemandes en Corée du Sud. Or, le rouage intégral ne fait pas partie des mœurs des propriétaires de voitures de luxe résidant au pays du Matin calme. Ce qui explique pourquoi la K900 et sa cousine ne sont pas pourvues d'une transmission à quatre roues motrices. Conscient que l'absence de ce dispositif nuit considérablement à la diffusion de son modèle dans les pays nordiques, Kia a déjà assuré que la descendance de la K900 comptera sur cette aide à la conduite.

Homogène et apaisante, la K900 s'avère une routière agréable. Les suspensions sont douces et extrêmement douées pour lisser les imperfections de la chaussée, et la conduite ressemble à celle d’une voiture américaine. Non, la tenue de route et la direction n'offrent pas la précision d'une berline allemande ni sa finesse.

Qui s'en soucie? On n'achète pas une K900 pour épater la galerie, mais pour épargner des milliers de dollars et se démarquer de ses collègues ou voisins. Mais pas n'importe quelle version! Oubliez la livrée V8 Elite jugée beaucoup trop chère pour un produit portant une étiquette sud-coréenne. Pour en avoir pour votre argent, il est préférable de choisir la version d'entrée de gamme à moteur V6 dont l'équipement de série est passablement relevé. Il est juste dommage qu'il faille se tourner vers la trop dispendieuse version V6 Elite pour obtenir des petites gâteries comme le toit ouvrant panoramique, les garnitures en bois et le volant chauffant. 

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

BlogueKia au Mexique : la globalisation en action
Kia vient d’ouvrir une grosse usine en plein milieu du désert, dans le coin de Monterrey au Mexique. Construite en 14 mois, dont plusieurs perturbés par de fortes pluies, des ouvriers travaillant 24 heures sur 24, voici l’une des usines les plus modernes au monde. À l’intérieur, énormément de robots, …
Commentaires