Audi A7 2015: Élégance racée

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2015

On a beau dire que des goûts on ne discute pas, n’empêche que l’’Audi A7 est la plus belle des voitures de type « coupé à quatre portes » que l’on retrouve actuellement sur le marché. Déclinée en modèles à motorisation essence ou diésel , la gamme A7 se complète avec la S7, animée par avec un biturbo livrant des performances très vives, et l’arrivée de la RS7 dont le moteur développe 560 chevaux. Portrait d’une lignée aussi élégante que racée.

Afin de mieux émuler l’A8 qui a été rafraîchie l’an dernier, l’A7 s’offre également un lifting pour l’année-modèle 2015. Ainsi, de subtiles modifications ont été apportées à la calandre Singleframe, aux pare-chocs avant et arrière, de même qu’aux phares et aux feux arrière. De plus, le système télématique Multi Media Interface (MMI) a été modifié et cette nouvelle version, inaugurée en 2104 au Consumer Electronics Show de Las Vegas, est présente à bord des modèles 2015.

Le grand luxe de la vie à bord
Avec son allure de star et son habitacle à la finition irréprochable, l’A7 fait partie de ces voitures à bord desquelles la vie est on ne peut plus agréable. Le dégagement pour la tête aux places arrière est un peu limite pour des adultes mesurant environ six pieds (1M80) en raison de la ligne de toit fuyante vers l’arrière, mais c’est à peu près le seul reproche que l’on peut formuler au sujet de cet habitacle où tout respire le luxe.

L’Audi A7 adopte également la suralimentation pour tous ses moteurs. Le V6 turbodiésel de 3,0 litres, proposé sur ce modèle depuis l’an passé, se démarque par l’abondance de son couple, chiffré à 428 livres-pied, ainsi que par sa consommation frugale, ce qui en fait un excellent choix pour ceux qui doivent faire de longs trajets à vitesse d’autoroute. 

L’an dernier, dans le cadre du Guide de l’auto 2014, nous avons opposé l’Audi S7 à la Tesla Model S lors d’un match comparatif. Nous avons ainsi pu valider ses données de performance avec un chrono de 5,1 secondes pour le sprint de 0 à 100 kilomètres/heure ou encore une distance de freinage de 36,9 mètres à partir de 100 kilomètres/heure, mais surtout nous avons démontré que le comportement routier de cette berline sport de luxe était particulièrement incisif. Avec son moteur biturbo, la S7 est rapide mais, si elle ne l’est pas assez pour vous, Audi a un as dans sa manche…

L’ultime sleeper
Avec la RS7, les ingénieurs de Quattro Gmbh ont créé ce qui est peut-être l’ultime sleeper. Pour les non-initiés, c’est juste une très belle A7. Pour les cognoscenti, c’est une voiture de luxe qui offre des performances dignes d’un supercar avec son V8 biturbo de 4,0 litres qui développe 560 chevaux, soit autant que la Porsche 911 Turbo S… La 911 Turbo S atteint 100 kilomètres/heure en 3,2 secondes alors que la RS7, d’un poids plus élevé, vous y amène en 3,9 secondes.

On ne peut pas choisir un meilleur terrain de jeu que les Alpes autrichiennes pour évaluer le comportement d’une voiture, et c’est précisément à cet endroit que j’ai pris contact avec la Mercedes-Benz S63 AMG et la RS7. Dans les virages, la S63 AMG paraissait beaucoup plus lourde tandis que la RS7 s’est avérée plus agile et plus apte à attaquer les courbes à haute vitesse. Elle demeure une bête à rouage intégral de 1 920 kilos, mais elle le cache bien et son comportement est très équilibré grâce, en partie, à son différentiel arrière vectoriel. Le couple maximal de 516 livres-pied est disponible sur une très large plage, soit de 1 750 à 5 500 tours/minute, ce qui permet d’accélérer vivement, peu importe le rapport sélectionné sur la boîte automatique à huit rapports. Cette transmission est à la fois rapide et réactive, mais elle n’est pas aussi sublime qu’une boîte à double embrayage. En raison du couple très élevé du moteur, la boîte S Tronic ne peut être utilisée ici et c’est l’un des points faibles de cette voiture.

Malgré ce léger impair, la RS7 est absolument délirante parce qu’il est facile de la conduire très vite et tout en souplesse en même temps. Avec le système Audi Drive Select, il suffit de choisir le mode Individual pour sélectionner le calibrage Normal pour la suspension et le Dynamic pour tout le reste afin de rendre la voiture agréable à piloter pour le conducteur et confortable pour les passagers.

Le prix de base de la RS7 est de 115 000 dollars. Si vous avez un tel budget, voici mon conseil : commandez-la en Gris Suzuka, le déflecteur avant sera moins apparent, et demandez à ce qu’elle soit dépourvue des écussons RS7 afin d’obtenir un sleeper qui offrira soit une conduite souple et relaxe ou un comportement beaucoup plus affûté selon votre humeur du moment. De ce côté, il est vraiment difficile de faire mieux que la RS7 qui est une pure merveille…

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Commentaires