Hyundai Accent, comme au dollorama !

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2005

Le Québec, société distincte, est fervent amateur de « beau, bon, pas cher », et ce, dans toutes les sphères économiques. L'automobile n'y échappe pas et des véhicules peu dispendieux comme l'Accent de Hyundai se retrouvent régulièrement parmi les voitures les plus populaires. Pour l'entreprise coréenne, l'Accent représente d'ailleurs, au Québec, 45 % des ventes. C'est ce qui arrive quand

on offre une voiture honnête, sans prétention et économique !

L'Accent est arrivée sur le marché en 1995 en remplacement de l'hilarante Excel (hilarante pour ceux qui n'en possédaient pas une, s'entend...) Sérieusement revue en 2000, elle nous revient inchangée cette année, dans l'attente d'une refonte complète l'an prochain. Lors d'un match comparaif en 2004, elle avait fait fort belle figure, terminant en deuxième position. La première avait échoué à la très douée Toyota Echo tandis que la Kia Rio et la Smart avaient terminé respectivement troisième et quatrième.

PETITE ÉCURIE

Sur le plan mécanique, Hyundai fait toujours appel au quatre cylindres de 1,6 litre qui développent 105 chevaux. Ces quelques équidés se montrent malgré tout suffisants pour assurer à cette sous-compacte des performances correctes à défaut d'être sportives. Ce moteur, à la sonorité infiniment peu agréable, est accouplé à une transmission manuelle à cinq rapports au maniement imprécis ou à une automatique à quatre rapports qui travaille à la même vitesse qu'une équipe de voirie. Par contre, plusieurs lui préfèrent la manuelle, cette dernière se révélant bien étagée et autorisant de meilleures reprises tout en économisant davantage d'essence.

Les suspensions indépendantes assurent une tenue de route saine mais dépourvue de tout agrément. D'ailleurs, avec des pneus de 13 po (l'Accent est l'une des dernières, sinon la dernière, à utiliser cette dimension), il ne faut pas s'étonner que la voiture, si elle est poussée le moindrement en courbe, prenne du roulis et sous-vire. Malgré tout, ce n'est pas dramatique si la personne qui conduit adopte un comportement sécuritaire. La berline et le modèle à hayon GSi reçoivent des pneus de 14 po qui offrent des sensations légèrement (le mot est sciemment choisi) plus affûtées. La mécanique, par contre, demeure inchangée. Tous les modèles de la gamme sont ralentis par un duo de freins à disque et à tambour, relativement efficace. Malheureusement, il n'y a aucun ABS offert, même en option. Sur une route bosselée, les suspensions maintiennent un bon niveau de confort mais n'assurent pas un contact adéquat des pneus avec la chaussée. Une suggestion dans une telle situation : ralentir. Au moins, le rayon de braquage est court et l'Accent se stationne en moins de deux dans un espace restreint. Parfait pour le centre-ville !

UN CLIMATISEUR ? PAS BESOIN DE çA, MOI...

On retrouve toujours au catalogue la berline et le "hatchback". Ce dernier s'offre en deux niveaux de présentation : GS et GSi, cette dernière livrée se voulant la « sportive » de la gamme. Un seul modèle à quatre portières, le GL, est disponible. Bien entendu, si vous désirez un véhicule en deçà de 13 000 $, la GS s'impose, mais il faudra vous passer de quelques accessoires anodins tels que climatiseur, vitres électriques, radio (!), transmission automatique et direction assistée. Chacun de ces éléments peut être obtenu en option mais le prix de base ne tiendra plus... Ce qui fait dire à plusieurs que l'aubaine n'est pas si aubaine que ça. Dans un sens, ils ont raison. N'empêche que Hyundai est un des seuls manufacturiers (avec Kia et sa Rio) à offrir une voiture sous les 13 000 $... avant taxes, bien entendu.

À l'intérieur, l'esthétique n'est pas nécessairement tordante mais elle se veut tout de même respectable et dans la norme des voitures de cette catégorie. Les plastiques, et Dieu sait qu'il y en a beaucoup, ne font pas trop bas de gamme tandis que le tissu des sièges, pas très beau, affiche une rugosité qui laisse présager une bonne résistance. On trouve rapidement une bonne position de conduite et tous les accessoires (il y en a si peu...) sont placés de façon ergonomique. La radio possède de gros boutons faciles à manipuler mais la sonorité des haut-parleurs est franchement pauvre. On ne peut passer sous silence l'absence d'un coussin gonflable pour le passager avant. Vite, la prochaine génération de l'Accent ! Quiconque désirant s'installer à l'arrière du "hatchback" doit posséder des talents de contorsionniste. Une fois assis sur une banquette ma foi plutôt confortable, les claustrophobes remarquent aussitôt que les vitres arrière ne s'ouvrent pas. Même si on y retrouve trois ceintures de sécurité, deux personnes seulement peuvent y loger. Trois passagers ? À moins de vouloir jouer un bon tour à trois de vos pires ennemis, je ne vois pas l'intérêt... Naturellement, la version trois portes avec son hayon et la banquette rabattable 60/40 peut engloutir d'assez gros objets. Rien par contre pour donner des sueurs froides au clan Panneton.

Si la Hyundai Accent est une voiture populaire, ce n'est pas le fruit du hasard. De plus en plus fiable, de mieux en mieux finie, offerte à des prix alléchants et pas laide du tout , elle a su faire sa niche sur le marché. Et pour le prix, on est prêt à lui pardonner bien des petites choses !

Partager sur Facebook
Commentaires