Hummer H2, la grosse classe

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2008

Le H2 a été le premier véhicule de grande diffusion de Hummer. La marque s’était tout d’abord fait connaître en 2000 avec un énorme truck d’armée fabriqué par AMG et commercialisé par General Motors sous le nom de H1. C’était il y a très longtemps et, à l’époque, il n’y avait pas de couche d’ozone. Deux années plus tard, GM dévoilait un autre Hummer, le H2, beaucoup plus petit que le premier. De toute façon, il n’aurait pas pu être plus gros que le H1 et le terme « plus petit » s’applique même s’il est très relatif dans le cas présent. Il y a deux ans, un autre Hummer, plus petit (vraiment plus petit), le H3, voyait le jour. Avec le temps, l’intérêt pour le H2 a beaucoup diminué. Pour que les ventes connaissent un regain de vie ou, à tout le moins, qu’elles cessent de dégringoler, Hummer vient de réviser son H2. Cette année donc, le gros VUS présente un nouvel habitacle, des éléments de sécurité accrus et, surtout, un nouveau V8 6,2 litres.

Ce n’est pas que le moteur précédent, un 6,0 litres, n’était pas performant mais le 6,2 litres fait encore mieux. Ses 393 chevaux et 415 livres-pied de couple ne vous laisseront jamais tomber. Les accélérations et les reprises sont enlevantes même si elles ne reflètent pas les temps proclamés par les gens de Hummer. Mais c’est tout de même impressionnant compte tenu du poids de 3017 kilos du mastodonte. Ce moteur s’avère très souple et sa plage d’utilisation est plus que suffisante. Même à bas régime, il a du cœur au ventre. Ce moteur est obligatoirement jumelé à une transmission automatique à six rapports qui fonctionne à merveille. Au moment d’écrire ces lignes, Hummer n’avait pas dévoilé la consommation du H2 mais on peut présumer qu’elle se situera aux alentours de 16,0 litres aux cent kilomètres, ce qui n’est pas mal pour un véhicule de cette taille. Cependant, les ingénieurs de Hummer n’ont pas seulement voulu augmenter les performances brutes de leur brute. Avec ce nouveau moteur et un système de refroidissement amélioré, le H2 peut désormais remorquer 8 000 livres (3 636 kg). Rien de mieux pour transporter vos deux bateaux dans n’importe quelle piste pour 4x4 !

Des roches grosses comme des maisons !

Parlant de piste, mentionnons que le H2, avec son rouage 4x4 débrayable, ne fait pas dans la dentelle. Une virée dans le Rock Garden (Aztek, Nouveau-Mexique) nous a prouvé que le gros Hummer ne s’en laisse pas imposer dans des conditions extrêmes, et ce, dans sa configuration originale. Par contre, un H3 essayé dans le même trajet nous a semblé plus à l’aise en certaines occasions. Le H2 étant plus large, certains arbres portent assurément encore des marques de notre passage. Bien que certains initiés lui préfèrent le Jeep Wrangler, il faut avouer que ses aptitudes dépassent à peu près tout ce que l’acheteur moyen lui fera subir. Pour 2008, le boîtier de transfert (transfer case, en bon français) a été amélioré et la pompe à huile peut effectuer son travail jusqu’à un angle de 60 %, autant en montée qu’en descente. Et même si les angles d’approche et de départ (angle formé par le sol, les roues avant ou arrière et les pare-chocs) sont environ les mêmes, à la fin de la journée, le dessous des pare-chocs du H2 était moins éraflé que celui du H3. Le rayon de braquage, étonnamment court vu les dimensions du monstre, améliore grandement la conduite hors route.

Selon les dirigeants de Hummer, 95 % des propriétaires de H2 ne mettront jamais le pneu hors du bitume (je vous invite à regarder l’excellent film d’animation Les bagnoles de Disney. Le « personnage » du Hummer, à la fin du film vous en donnera une idée !). Donc, attardons-nous à son comportement routier. Les vitesses trop élevées, les courbes trop prononcées et les routes maganées ne sont pas sa tasse de thé. Pourtant, en conduite normale, le H2, malgré ses origines très camions, se révèle aussi facile à conduire qu’une banale berline et, jusqu’à un certain point, raffiné. L’habitacle s’avère silencieux et confortable. Les pneus B.F. Goodrich All Terrain T/A de notre modèle d’essai faisaient preuve de douceur de roulement et de silence, tout en se montrant vigoureux en conduite hors route. Les freins font un excellent travail en stoppant le véhicule sur des distances relativement courtes (pour la catégorie, bien entendu) et si jamais ce n’était pas suffisant, le H2 est bardé d’électronique pour gérer les incompétences de certains conducteurs. Inutile de déblatérer sur son gabarit lorsque vient le temps d’effectuer un stationnement en parallèle sur Ste-Catherine…

Habitacle cossu et muscles disparus

Pour 2008, le H2 présente un nouvel habitacle. Le tableau de bord, surtout, se montre beaucoup plus harmonieux que par le passé. Le niveau de finition et la qualité des matériaux ont grandement progressé chez GM et ça paraît ! Un système de navigation par GPS est offert en option. Lorsqu’il est installé, son écran renvoie les images de la caméra de recul. Et quand le système de navigation brille par son absence, un écran coulisse du rétroviseur intérieur pour nous faire voir ce qui se passe en arrière. Ça semble brillant à première vue, mais ce rétroviseur est tellement gros (même lorsque l’écran n’est pas rétracté) qu’il bloque la visibilité. Au moins, ce système sera perfectionné pour 2009. L’accès à bord n’est pas des plus aisés car le H2 est passablement haut. Et mettre des marchepieds à un 4x4 pur et dur c’est comme demander à cul-de-jatte de taper des mains en giguant… Ça ne se fait pas ! Les deux pourraient se retrouver dans une position plutôt délicate. Dans l’habitacle toujours, on retrouve une troisième rangée de sièges, peu aisé d’accès. Ces sièges se replient pour agrandir l’espace de chargement, mais les enlever demande une bonne dose de courage et plusieurs muscles que tous n’ont pas. Quant à la visibilité arrière, aussi bien ne pas en parler, la médisance est si facile…

Le H2 est aussi offert en version camionnette. Mais la boîte de chargement est tellement petite qu’il est permis de se poser des questions sur son utilité. Au moins, on peut compter sur le système « MidGate » pour améliorer cet espace. Pourtant, ce véhicule est loin d’être laid, ce qui, sans aucun doute, lui assure plusieurs ventes ! Le H2 connaît cette année plusieurs changements qui l’aideront à passer à travers la crise d’identité qu’il vit présentement. Les gens de chez Hummer sont bien conscients de l’image négative de leurs produits et promettent que d’ici quelques années, Hummer sera la marque de 4x4 la plus verte de l’histoire. Souhaitons-le. Ainsi, plusieurs personnes pourront se promener dans ces gros véhicules sans avoir à se morfondre !

Feu vert

Incroyablement efficace en hors-route,
capacités de remorquage accrues, comportement routier raffiné,
style indémodable, habitacle réussi

Feu rouge

Consommation toujours trop élevé, trop gros pour la ville et certaines pistes,
image de marque à rebâtir, accès à bord pénible,
visibilité arrière limitée

Partager sur Facebook
Commentaires