Audi R8 - Un V10 atmosphérique d'anthologie

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2022

L’Audi R8 et la Lamborghini Huracàn partagent plusieurs composantes, et sont aujourd’hui les deux seules voitures encore animées par un V10 atmosphérique. Avec ce moteur d’anthologie capable de révolutionner à 8 700 tr/min et d’exprimer sa rage par un échappement sport, la R8 est un bolide avec lequel on fait le plein de sensations à la vitesse grand V. À l’heure où la tendance est à la suralimentation et à l’hybridation, la R8 fait figure de résistante en conservant son moteur atmosphérique.

Aujourd’hui, la gamme R8 est composée de coupés et de roadsters, lesquels sont dotés de la traction intégrale quattro ou d’un rouage de type propulsion entraînant les seules roues arrière. Toutes les versions sont animées par le V10 atmosphérique qui offre trois niveaux de puissance et de couple, selon la variante choisie. La puissance est donc de 532 chevaux pour les modèles propulsion, de 562 dans le cas des variantes à quatre roues motrices, et de 602 pour les R8 V10 Performance à rouage intégral, les valeurs de couple maximal étant respectivement de 398, 406 et 413 lb-pi.

26 mètres seconde

À 8 700 tr/min, le mouvement de chacun des dix pistons du moteur couvre une distance équivalente à plus de 26 mètres à chaque seconde, ce qui est absolument exceptionnel, et le son de ce V10 à haut régime provoque des sensations viscérales.

Avec des montées en régime fluides et sonores accompagnées d’un feulement affirmé culminant en un véritable crescendo, c’est le nirvana, rien de moins… L’essai d’un Coupé V10 Performance sur ses terres d’origine en Allemagne, où certains tronçons d’autoroute sont sans limites de vitesse, a permis d’apprécier la puissance et la souplesse de ce moteur, mais aussi la stabilité conférée par le rouage intégral et la tenue de cap impériale de la direction. Le tout à des vitesses dépassant largement 275 km/h. Ce contexte particulier a mis en lumière l’efficacité aérodynamique de la R8, ainsi que la qualité du retour d’informations livré par le châssis, de même que l’ahurissante puissance des freins en composite de céramique qui autorisent des décélérations massives lorsque la situation l’exige.

L’essai d’un Coupé à rouage propulsion sur circuit a permis de constater que cette mouture est plus incisive lors de l’entrée en virage, puisqu’elle est dépourvue du rouage intégral. Les calibrations des liaisons au sol ont été revues, ce qui rend la conduite un peu plus directe et donne un caractère plus joueur à cette variante. Toutefois, la puissance et le couple du moteur sont en retrait par rapport aux R8 équipées du rouage intégral, mais le V10 s’exprime tout aussi férocement.

Peu importe la déclinaison, la R8 abrite un habitacle de type cockpit avec un volant comportant une base horizontale et regroupant une kyrielle de commandes, notamment le bouton de démarrage en rouge et le sélecteur des modes de conduite. On y retrouve également d’autres touches servant à commander la téléphonie et la chaîne audio, ainsi que les paliers permettant de passer les rapports. La R8 étant dépourvue d’un écran central, toutes les informations sont présentées au conducteur via l’écran en couleurs paramétrable du Cockpit virtuel, qui remplace le traditionnel bloc d’instruments. La sélection du mode Dynamic permet d’y afficher les forces G en temps réel à gauche, le tachymètre en plein centre ainsi que les indicateurs de puissance et de couple sur le côté droit. On peut cependant exprimer un bémol dans la mesure où les rangements sont comptés dans cet habitacle, et que la R8 exige que l’on voyage léger puisque le volume de son coffre avant est plutôt limité.

Et la suite?

Le modèle actuel de la R8 est celui de deuxième génération, mais qu’en sera-t-il pour la suite des choses? Si Audi décide de produire une R8 de troisième génération, il est clair qu’elle devra se conformer aux normes environnementales toujours plus strictes à l’échelle internationale, et que l’atteinte de ces normes sera peut-être impossible pour le V10 atmosphérique qui anime la R8 actuelle. Audi pourrait donc choisir d’électrifier la prochaine R8. Une motorisation hybride composée d’un moteur électrique et d’un moteur thermique, lequel pourrait être le V8 biturbo qui  niche sous le capot des RS 6 Avant, RS 7 Sportback et RS Q8.

En fin de compte, une chose est certaine. Si vous avez envie de posséder et de conduire une auto sport de haut calibre dont le moteur V10 atmosphérique émet une sonorité exceptionnelle, mieux vaut saisir l’occasion rapidement parce que la carrière de la R8, dans sa forme actuelle, touchera bientôt à sa fin.

Feu vert

  • Moteur fabuleux
  • Gamme étendue
  • Tenue de route exceptionnelle

Feu rouge

  • Prix élevé
  • Tarif des options
  • Volume du coffre

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéAudi R8 V10 GT : un adieu au moteur V10
Comme elle l’a déjà fait il y a une douzaine d’années, la division Audi Sport GmbH de la marque aux quatre anneaux présente une édition limitée GT de son bolide de performance R8 . Seulement 333 exemplaires – tous numérotés sur la console – seront produits pour l’ensemble de la …
Premiers contactsAudi R8 GT 2023 : le dernier cri de guerre
On le sait, Audi est résolument engagée sur la voie de l’électrification et les jours des moteurs thermiques sont comptés au sein de la marque aux quatre anneaux. Pourtant, cela n’empêche pas les ingénieurs de la division Audi Sport de peaufiner la sportive R8 en créant la nouvelle variante GT …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires