Kia Spectra 5, perdue et retrouvée

Pour l’une des rares fois dans l’histoire du Guide de l’auto, une voiture faisant l’objet d’un essai à long terme est traitée dans deux éditions différentes. Et c’est le cas de la Spectra 5 en raison de circonstances pour le moins rocambolesques qui nous ont permis de prolonger notre essai de quelques mois.

Règle générale, les essais à long terme des véhicules ne durent que six mois, douze mois au maximum. Mais pour des raisons trop complexes à expliquer, la compagnie Kia Canada a perdu ce véhicule de vue et notre Spectra 5 a de beaucoup dépassé les limites de nos essais habituels. Avec pour résultat qu’elle a été remisée dans le stationnement pendant quelques mois en attendant un mot du manufacturier qui nous disait à répétition qu’il allait nous contacter à ce sujet ! Message répété au fil des mois, mais sans qu’aucune action ne soit accomplie. Celui-ci s’est finalement manifesté et nous avons mis un point final; à cette épopée après 18 mois.

Notre véhicule d’essai a été commercialisé en 2005 et c'est à l'automne de cette année qu’il s’est joint à notre flotte d’essai. Lors de notre premier contact, tous ont souligné que la Spectra 5 était réussie sur le plan esthétique. La silhouette est moins générique que celle de la berline qui ressemble trop à d’autres modèles similaires de la catégorie. Toutefois, peu importe qu’il s’agisse de la berline ou du hatchback, l’habitacle est identique et le tableau de bord est plus pratique qu’autre chose. C’est vraiment basique en fait de design alors que les éléments sont à la bonne place et faciles d’accès, mais sans plus d’inspiration. Heureusement que le volant à quatre branches de type sport vient donner un peu plus de pep à l’ensemble. Et si les sièges sont confortables et offrent un support latéral correct, les tissus utilisés ont tendance à retenir la poussière et les éléments de tout genre... Enfin, certains les trouvent trop fermes, mais c’est une simple question de goût. Il faut ajouter que si la texture de certains plastiques laisse à désirer, la qualité de la finition et de l’assemblage est excellente. La configuration de la Spectra 5 permet de transporter des objets plus encombrants, et une fois les dossiers du siège arrière abaissés, la capacité de chargement est de beaucoup supérieure avec 1 494 litres.

De bonnes notes

En général, plus on conduit une auto, plus il est facile de trouver à redire. Pourtant, au fil de cette épopée, le carnet de bord contenait plus d’éléments positifs que de critiques. La majorité des personnes qui ont pris le volant de notre Kia à très long terme ont été impressionnées par le confort, le comportement général de la voiture de même que la qualité de la finition. Il est certain qu’ils ne la comparaient pas à une Mercedes ou à une Volvo, mais leur impression d’ensemble était positive. Le moteur quatre cylindres de 2,0 litres produisant 138 chevaux a été jugé rugueux et bruyant lorsque trop fortement sollicité. Malgré tout, il se débrouille assez bien autant en fait d’accélérations et de reprises tandis que sa consommation de carburant est correcte avec une moyenne observée de 8,6 litres aux 100 km. La boîte de vitesses manuelle à cinq rapports est bien étagée, bien que la précision du levier de sélection puisse être un peu meilleure. Il suffirait d’accroître quelque peu la friction de la course du levier pour remédier au problème et cet état de fait a souvent été mentionné par les essayeurs qui se sont succédé à son volant.

Sur la route, les accélérations sont dans la bonne moyenne alors qu’il faut un peu plus de dix secondes pour boucler le 0-100 km/h. Le comportement routier est satisfaisant et la stabilité sur la grand-route est bonne pour une voiture de cette taille. Il faut ajouter que la présence d’un essieu arrière indépendant augmente le niveau de confort sur mauvaises routes. Par contre, la voiture est passablement sous-vireuse lorsqu’elle est poussée et l’agrément de conduite en souffre. La Spectra est à son meilleur quandon roule avec souplesse. D’autant plus que la monte pneumatique ne se prête pas à une conduite agressive et les pneus quatre saisons se sont avérés être des trois saisons. D’ailleurs, la personne qui a roulé une partie de l’hiver avec cette monte pneumatique en avait long à dire...

Et après ces mois d’essai et de remisage, seul le moteur des essuie-glaces a rendu l’âme; victime d’un conducteur trop paresseux pour nettoyer le pare-brise suite à une chute de verglas. Avec pour résultat qu’il a fallu remplacer ledit moteur. Enfin, le panneau de la trappe à essence n’a pas résisté à la main virile d'une personne qui ne connaissait pas les limites de sa force. Soit dit en passant, le coût de remplacement de cette pièce dépasse les deux cents dollars ! C’est assez cher pour une petite plaque en plastique. Pour le reste, tout s’est déroulé sans anicroche.

Bref, le bilan général de la Spectra 5 est positif dans l’ensemble.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

EssaisKIA Spectra 5, la fin d'un essai très prolongé
Règle générale, les essais à long terme des véhicules ne durent que six mois, douze mois au maximum. Mais il existe des exceptions et notre essai de la Spectra 5 s’est déroulé plus longtemps que prévu tout simplement parce que la compagnie Kia Canada a perdu ce véhicule de vue …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires