Audi A4, de retour dans le match

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2010

L’an dernier, Audi a frappé un grand coup avec la refonte complète de sa A4 qui a réintégré le match en redevenant une concurrente sérieuse dans le créneau des berlines sport, tout en offrant plus de confort que le modèle précédent. C’est certainement l’une des plus belles voitures de la catégorie, le style du modèle Avant de type familial est particulièrement ravageur, et la présence du rouage intégral quattro assure une parfaite maîtrise, peu importe les conditions routières.

Côté style, l’A4 s’impose comme une très belle voiture de par ses proportions parfaites et par sa ligne de toit, de même que par les éléments qui contribuent à lui donner cette allure un brin agressive, comme les larges ouvertures pratiquées à l’avant ou encore les légères dérives ajoutées au bouclier avant, sans parler de ses phares de jour de type DEL qui assurent la filiation avec la supervoiture R8.

Pour l’année-modèle 2010, plusieurs changements majeurs ont été apportés à la gamme, notamment l’abandon du moteur V6 de 3,2 litres qui figurait au catalogue l’an dernier. Par conséquent, le 4 cylindres turbo de 2,0 litres devient d’office le seul moteur maintenant disponible pour l’A4. L’abandon du V6 n’est pas une lourde perte, malgré le fait qu’il était plus puissant, car sa présence sous le capot entraînait un certain déséquilibre des masses qui avait pour effet de rendre l’A4 sous-vireuse en conduite sportive.

Pour des raisons d’équilibre, le choix du moteur 4 cylindres turbo était le plus indiqué pour la berline sport d’Audi, et ce moteur a d’ailleurs mérité une place dans la liste des 10 meilleurs moteurs, compilée par le réputé magazine spécialisé Ward’s Auto World. Performant, souple et relativement efficace en consommation, le moteur 4 cylindres turbo n’a qu’un seul léger défaut : il carbure au super, ce qui est également le cas pour la plupart des berlines sport concurrentes. Aussi, il est un peu plus rugueux que les moteurs à six cylindres en ligne de BMW.

Un comportement routier « programmable »

Comme c’est toujours le cas chez Audi, et chez les constructeurs allemands en général, on peut déplorer le fait que de nombreux équipements sont optionnels, ce qui exige une certaine retenue lors du processus de sélection. Je me permets de vous recommander une option qui a pour effet de transformer la voiture et d’adapter son comportement selon votre humeur du moment. Il s’agit du système Audi Drive Select  (2 500 $) qui rehausse l’agrément de conduite en permettant de « personnaliser » les paramètres de performance des suspensions, de la direction, de la boîte automatique et de la réponse à l’accélérateur.

Contrairement à d’autres systèmes du genre qui ne proposent que deux ou trois modes, tels que Normal, Sport ou Confort, le système Audi Drive Select permet également au conducteur de composer sa « recette personnelle » en choisissant lui-même le degré de réponse de chacun des systèmes indépendamment l’un de l’autre.

Par exemple, si vous désirez une réponse rapide de la direction conjuguée à des calibrations plus souples pour les suspensions, il suffit de programmer vous-même ces paramètres en accédant au menu des réglages de la voiture au moyen du système MMI (Multi Media Interface). La beauté du Audi Drive Select réside donc dans le fait que le choix des calibrations les plus sportives (position « Dynamic ») permet d’obtenir une tenue de route phénoménale qui vous fera carrément oublier que vous êtes au volant d’une berline ou d’une familiale, pour ensuite choisir le mode Individual dans lequel se trouve vos réglages personnalisés, ou encore le mode Confort si vous transportez la petite famille. Le système comporte également un mode Automatique qui adopte les réglages appropriés en fonction de la vitesse de la voiture et de votre style de conduite. Bref, le système Audi Drive Select est à ce point efficace et performant que vous aurez vraiment l’impression d’être au volant d’une voiture différente, selon les calibrations retenues. Tout simplement génial.

Six au lieu de huit pour la S4

Dans un effort de rationalisation, Audi délaisse le moteur V8 au profit d’un V6 suralimenté par compresseur pour le modèle 2010 de la S4. Cela se traduit par une perte nette de 7 chevaux par rapport au modèle précédent, le V6 suralimenté développant 333 chevaux sous le capot du nouveau modèle, mais également par un meilleur équilibrage des masses. Côté motorisation, la S4 devient donc identique à la S5 Cabrio décrite ailleurs dans ces pages, alors que le style de la nouvelle version sport de l’A4 est moins typé que précédemment. Le rôle de rivale directe aux BMW M3 et Mercedes-Benz C63 AMG reviendra donc à la future RS4 dont la carrosserie devrait être plus expressive et dont le moteur devrait compter 8 cylindres.

Feu vert

Lignes superbes
Moteur 2,0 litres turbo performant et économe
Qualité des matériaux
Rouage intégral performant

Feu rouge

Coût des options
Prix élevés
Moteurs exigent du carburant super
Modèle à traction avant dénué d’intérêts

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires