Chevrolet Silverado 2020 : des modèles pour tous les goûts

Points forts
  • Habitacle spacieux et bien équipé
  • Insonorisation réussie
  • Moteur Duramax impressionnant
  • Marches encastrées du pare-chocs arrière
Points faibles
  • Accès difficile à l’intérieur
  • Train arrière sautillant
  • Consommation...
Évaluation complète

Des Chevrolet Silverado, il y en a pour tous les goûts... et toutes les bourses! Pour bien servir la clientèle très diversifiée qui achète ce genre de véhicule, GM propose une panoplie impressionnante de motorisations et d’accessoires.

Les camionnettes ont atteint un stade de popularité sans précédent au Canada. L’an dernier, un véhicule neuf sur cinq vendu par les concessionnaires était une camionnette. De plus, presque 90 % d’entre elles étaient des modèles de grand format, la majorité arborant l’écusson de l’une ou l’autre des quatre marques étatsuniennes : (dans l’ordre) des Ford Série F, Ram, GMC Sierra et Chevrolet Silverado.

Les deux camionnettes japonaises comparables se sont classées loin derrière au palmarès des ventes : le   occupait le sixième rang derrière le  , une camionnette plus petite du même constructeur, alors que le   vivotait à la dernière place de ce créneau qui réunit tout de même 13 modèles différents.

Cette très grande popularité explique la multiplication des versions proposées par les constructeurs étatsuniens. Chez Chevrolet, par exemple, la gamme des camionnettes Silverado 1500 (les modèles de 1/2 tonne) compte huit déclinaison dont deux conçues pour les acheteurs de modèles de luxe : les Silverado LTZ et High Country. Il s’agit d’ailleurs d’un type de véhicule de plus en plus demandé, et ce, malgré des prix très élevés. Le Silverado  High Country dont nous avons fait l’essai, est offert à partir de 67 098 $, mais il suffit de quelques clics pour le garnir d’une foule d’options qui haussent ce prix au-delà de 80 000 $... avant taxes!

Un nom bien connu

L’appellation Silverado n’est plus nouvelle dans le vocabulaire de GM. Elle est apparue en 1975 pour désigner la version la plus cossue des camionnettes Chevrolet d’alors. Puis, en 1999 elle a remplacé avec élégance des appellations alphanumériques débutant par la lettre C ou K utilisées depuis 1960. Les Silverado actuels, quant à eux, ont inauguré la quatrième génération des grandes camionnettes Chevrolet lorsqu’elles sont arrivées chez les concessionnaires, en 2019.

Outre une allure remodelée les rendant encore plus imposants, ces nouveaux Silverado ont bénéficié de diverses améliorations techniques destinées à les rendre plus performants et moins gourmands en carburant, à commencer par une nouvelle boîte de vitesses automatique à 10 rapports. Jumelée au moteur V8 de 5,3 L, elle fait partie de la dotation de série du Silverado LT Trail Boss et les options du High Country, l’actuelle version la plus cossue.

Ce sont deux des huit moutures qui figurent au catalogue des Silverado 2020. Certaines autres sont destinées principalement aux travailleurs, comme la WT (Work Truck) de base et la Custom. Les Custom Trail Boss et LT Trail Boss pour leur part, sont plutôt axé sur un usage hors route. Enfin, les quatre dernières — LT, RST, LTZ et High Country — se retrouveront la plupart du temps devant une résidence unifamiliale et non devant l’édifice d’une entreprise. Puis, il y a certaines variantes spéciales, comme les Silverado LT Trail Boss Minuit et RST Rallye, que le constructeur prend soin de changer régulièrement pour tenir l’acheteur en haleine.

Pour bien répondre aux attentes d’une clientèle bigarrée, GM propose des cabines à deux et quatre portes, dont l’extra longue et étonnamment spacieuse Multiplace, de même que des caisses de 5,8, 6,6 et 8,2 pi. Presque toutes les versions sont livrables avec deux ou quatre roues motrices, sauf les deux Trail Boss et la High Country qui ont quatre roues motrices de série. À cela s’ajoutent six groupes motopropulseurs différents : un V6 et des V8 à essence, plus un turbodiesel; des moteurs jumelés à des boîtes de vitesses automatiques à 6, 8 ou 10 rapports. Chaque motorisation a ses propres cotes de remorquage et de charge utile maximale. Si bien, qu’avant d’acheter une camionnette, il faut vraiment définir ses besoins.

Photo: Frédéric Mercier

Duramax, un trésor caché

Parmi cette panoplie d’options, le 6 cylindres en ligne turbodiesel Duramax ressemble à un trésor caché. Peu gourmand, il procure autant de couple (460 lb-pi) que le V8 à essence le plus puissant : le Duramax de 6,2 L. Il offre aussi une capacité de remorquage importante (jusqu’à 4 218 kg). Pour certains conducteurs, ce sera suffisant. Pour les autres, qui ont besoin de davantage, il y a le V8 de 5,3 L (4 990 à 5 262 kg) et celui de 6,2 L (6 078 kg); des moteurs que l’on choisira en sachant qu’ils ont une consommation moyenne beaucoup plus élevée : 12,2 à 15,2 L/100 km comparativement à 8,9 à 9,4 L/100 km pour les Silverado munies du Duramax.

L’essai de notre Silverado High Country équipé d’un moteur Duramax nous a démontré combien ce genre de véhicule massif s’est raffiné. Premier constat : l’insonorisation est si efficace que l’on se croirait à bord d’une Cadillac CT6. On en oublie la présence du turbodiesel sous le capot, même à l’effort. C’est étonnant.

De plus, malgré des dimensions imposantes (presque 5,9 m de long avec la caisse courte et 6,1 m avec la caisse longue), le High Country se conduit sans effort grâce à une servodirection précise et bien calibrée. Sur un beau revêtement, le roulement est princier. Par contre, au premier cahot, le train arrière qui sautille et déporte la caisse latéralement rappelle que l’architecture de ces véhicules comporte une quantité substantielle d’ADN ouvrière. Il en va de même au moment de « grimper » à bord. Pour un citadin qui ne quitte jamais le bitume, un marchepied constitue un équipement essentiel, même s’il y a de grosses poignées pratiques fixées aux piliers du toit à l’intérieur, devant comme derrière, pour faciliter l’embarquement.

Dans le même esprit, nous accordons une note favorable aux marches encastrées dans les extrémités du pare-chocs arrière. Elles facilitent l’accès à la caisse, tout en étant très robustes. Le hayon EZ-Lift des versions LT, RST et LTZ est également très pratique puisqu’il simplifie la manipulation de manière étonnante de cette grosse pièce. Le nouveau hayon à ouverture et fermeture électrique réservé à au Silverado High Country, en option pour la version LTZ, va dans le même sens.

Le raffinement de ces grandes camionnettes s’étend aux nombreux dispositifs d’aide à la conduite offerts. L’ensemble optionnel Technologie, entre autres, est étonnant. Le système de caméras multiples qu’il possède comporte jusqu’à 15 modes d’affichages périmétriques différents dont le plus impressionnant, celui de la « remorque transparente », permet de voir à la fois derrière le hayon et derrière la remorque. Ce système transforme littéralement la manière de conduire un véhicule ayant une remorque. Pour paraphraser le constructeur : il faut le voir pour le croire!

En vidéo: lumière sur les camionnettes pleine grandeur

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéGM présente un Tahoe et un Silverado de police
Bien que le Chevrolet Tahoe 2021 se fasse légèrement attendre en raison de la COVID-19, on a tout le même eu droit à un avant-gout de la version « police » de celui-ci! Oui, les corps policiers du monde commencent de plus en plus à suivre la tendance du marché …
EssaisChevrolet Silverado diesel 2020 : celui qu'on attendait
General Motors a été sévèrement critiqué à la suite du lancement de sa nouvelle camionnette Silverado . La presse prétextait avec raison son habitacle trop conservateur, son manque d’innovations techniques, ainsi que la trop timide évolution des mécaniques initialement introduites. Qu’à cela ne tienne, GM connaît néanmoins un immense succès …
Questions des lecteursQue pensez-vous du Chevrolet Silverado Hybrid? Peu importe l'année...
J’aimerais connaître votre opinion sur le Chevrolet Silverado Hybrid. Est-il plus intéressant qu'un modèle ordinaire à moteur V8 de 5,3 litres? Bonjour Jean-Claude, La technologie du Silverado Hybrid est passablement complexe et n’a été offerte qu’au compte-gouttes, entre 2009 et 2013. Une technologie coûteuse puisqu’il fallait débourser environ 10 000 …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires