Infiniti QX60 - Entouré par la concurrence

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2020

Le segment des VUS de luxe à trois rangées de sièges prend du galon cette année avec l’arrivée du Cadillac XT6 et du Lincoln Aviator, et chez les marques populaires, on retrouve de nouveaux produits chics provenant de la Corée, les Hyundai Palisade et Kia Telluride, pour ne pas les nommer.

Cela laisse le vieillissant Infiniti QX60 dans une position somme toute inconfortable, car des utilitaires de ce gabarit, il y en a déjà beaucoup à affronter, et il prend du retard sur le plan technologique. Heureusement, il y a toujours l’avantage du prix alléchant qui joue en sa faveur, ainsi que quelques autres qualités indéniables.

Peu changé depuis le millésime 2013, alors qu’il s’appelait le JX35, ce VUS devenu le QX60 est encore le modèle le plus populaire au sein de la gamme Infiniti. Ça en dit long sur les déboires de cette marque qui offrait pourtant d’excellents véhicules et concurrençait relativement bien les constructeurs allemands.

Puissance intéressante

Le V6 de 3,5 litres du QX60 produit 295 chevaux, bien exploités par la boîte automatique à variation continue qui achemine le tout vers le rouage intégral monté de série. Avec un chrono 0-100 km/h de 8,4 secondes, ce moteur aide le VUS à se déplacer avec vigueur et sa sonorité est tout aussi agréable. Sans compter qu’il a fait ses preuves au chapitre de la fiabilité.

Sa consommation est raisonnable, considérant son poids et son gabarit. Notre moyenne enregistrée de 10,6 L/100 km lors d’un voyage aux États-Unis avec la famille à bord, en plein hiver, a démontré que cette motorisation s’avère efficace sur l’autoroute. En ville, c’est un peu moins reluisant. Puisque la marque Infiniti a annoncé l’électrification de ses motorisations à partir de 2021, peut-on s’attendre à une version hybride rechargeable dans la prochaine génération du QX60? C’est possible, surtout que le nouveau Lincoln Aviator en propose une.

Le QX60 se débrouille fort bien au chapitre du comportement routier, avec un aplomb en virage et une direction bien dosée, même s’il ne peut cacher son poids. La qualité de roulement est acceptable, bien que certains concurrents aient une suspension réglable en fermeté, pour ceux qui préfèrent plus de confort sur les routes abîmées. Le système de conduite de l’Infiniti – qui comprend les modes Normal, Sport, Éco et Neige – modifie la réactivité de l’accélérateur et de la boîte de vitesses, mais pas la suspension.

« J’ai froid! »

Notre dernier essai hivernal du QX60 nous a rappelé que le système de climatisation automatique chez Nissan et Infiniti n’est toujours pas au point, et ce, depuis plusieurs années maintenant. Il crache de l’air froid lorsque réglé à 18 degrés, et de l’air chaud à partir de 18,5 degrés, alors garder une température constante est difficile, même avec la fonction automatique activée.

Les bouches d’aération sur la planche de bord suffisent à la tâche, par contre, celles pour les pieds des passagers avant sont trop petites, créant un déséquilibre agaçant, surtout pour les gens plus frileux.

Si l’espace n’est pas précieux dans le QX60, les assises de la deuxième rangée sont basses, alors on s’assoit avec les genoux surélevés, ce qui n’est pas très confortable pour des adultes ou des adolescents. Évidemment, le dégagement pour les jambes à la troisième rangée n’est pas très généreux, mais la deuxième rangée est coulissante pour aider à ce que tout le monde soit à l’aise. L’espace de chargement figure dans la moyenne du segment, toutefois l’Acura MDX, le Buick Enclave et le Cadillac XT6 sont plus volumineux.

Le système multimédia avec écran tactile de huit pouces fait le travail, même s’il n’est pas des plus modernes. L’intégration Apple CarPlay et Android Auto n’est malheureusement pas disponible, en revanche, la chaîne audio ambiophonique Bose à 15 haut-parleurs émet une belle sonorité. Un système de divertissement intégré pour les occupants arrière avec deux écrans de huit pouces, un lecteur DVD et des casques d’écoute sans fil est également disponible, si les enfants préfèrent écouter des films au lieu de jouer sur leurs tablettes numériques.

Le plus bel argument de vente de ce VUS Infiniti, c’est son prix de base se situant sous la barre des 50 000 $. Même tout équipé avec un toit panoramique, un volant chauffant et quelques caractéristiques de sécurité avancées, on obtient un véhicule familial luxueux et polyvalent pour à peine plus de 60 000 $ – plus ou moins le prix de base du XT6.

Le QX60 n’est plus vraiment dans le coup, et devrait normalement être redessiné d’ici un an ou deux. En attendant, il se présente comme un VUS solide et accessible, mais qui doit composer avec autant de défauts que de qualités, surtout quand on le compare à sa concurrence plus moderne.

Feu vert

  • Prix intéressant
  • Moteur V6 puissant et vocal
  • Bonne polyvalence

Feu rouge

  • Confort des sièges arrière discutable
  • Système de climatisation à revoir
  • Système multimédia vieillot

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéInfiniti : un nouveau VUS sera dévoilé cet automne
L’Infiniti QX55, un tout nouveau VUS compact de luxe de type coupé, sera finalement dévoilé cet automne, plus précisément le 11 novembre. Annoncé dans le cadre du Concours d’élégance de Pebble Beach qui s’est tenu en août 2019, ce modèle basé sur le QX50 de nouvelle génération devait arriver sur …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires