Fiat 500 - Bientôt électrique?

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2020

En vente chez nous sans grands changements depuis 2011, la Fiat 500 vit dans l’incertitude depuis quelques années quant à son avenir sur le marché nord-américain. En 2018, les ventes de Fiat ont périclité de 72% au Canada et la descente aux enfers se poursuit en 2019. Pour combien de temps encore?

La petite 500 à hayon a su charmer beaucoup de consommateurs à son arrivée, mais la qualité déficiente du produit et les prix augmentant sans cesse ont nettement freiné sa progression au chapitre des ventes. FCA pourra-t-il renverser la vapeur ou fera-t-il mourir la marque au Canada et aux États-Unis? Au moment d’écrire ces lignes, rien n’était décidé.

Une recette bien connue

Pour le millésime 2020, la petite 500 ne subit aucun changement. Elle est toujours équipée de série d’un quatre cylindres turbocompressé de 1,4 litre, produisant 135 chevaux, jumelé à une boîte manuelle ou automatique, au choix de l’acheteur.

Côté performances, la 500 est drôlement plus énergique que ses rivales dans le segment des citadines, qui comprend entre autres la Mitsubishi Mirage, la Chevrolet Spark et la Nissan Micra. Il faut aussi mentionner son court diamètre de braquage, qui la rend extrêmement manœuvrable en circulation urbaine. Et si l’on peut manier une boîte manuelle, la 500 sera passablement plus agréable à conduire, sans compter qu’elle aide à réduire la consommation d’essence. Cependant, même des compactes comme la Honda Civic et la Toyota Corolla sont plus écoénergétiques que la Fiat.

Pour plus de plaisir au volant, on peut choisir la 500 Abarth et son moteur de 160 chevaux. Certains aiment sa sonorité très caractérielle, d’autres la trouvent carrément désagréable. Et les roues surdimensionnées gâchent le diamètre de braquage que l’on vient tout juste de louanger pour la 500 ordinaire. Pour le prix demandé, il existe plusieurs bagnoles sport plus intéressantes, comme la Volkswagen Golf GTI et la Hyundai Veloster Turbo, par exemple.

La 500c est actuellement la décapotable la plus abordable sur le marché maintenant que la Volkswagen Beetle a été envoyée à la retraite, et elle est même disponible en version Abarth. Son toit souple à commande électrique peut être ouvert partiellement, imitant un simple toit ouvrant, mais en l’abaissant complètement, il obstrue la visibilité arrière... De plus, les cadres de porte restent en place, alors on ne profite pas pleinement du toit baissé.

Côté design, la 500 n’a subi que des changements mineurs au fil des ans, voire imperceptibles pour tous sauf pour les puristes de la marque. Un peu de nouveauté ne fait jamais de tort, mais FCA semble hésitant à modifier le style original de la voiture.

Côté pratique limité

Contrairement aux autres citadines sur notre marché, l’absence de portes arrière sur la Fiat la rend évidemment moins pratique. Il y a très peu d’espace pour les jambes à l’arrière, et la courbure de la carrosserie n’aidera pas les occupants à se sentir à l’aise. Bref, ces places ne devront servir qu’à l’occasion, et temporairement. Même histoire en ce qui concerne le volume du coffre, le plus petit parmi les citadines.

La Fiat 500 se distingue toutefois de sa concurrence par son design intérieur chic et coloré, même si certains matériaux sont d’une qualité discutable. La sellerie en cuir disponible en option est particulièrement attrayante, et plus riche que ce que l’on retrouve dans d’autres compactes de marque populaire. Le système multimédia fonctionne bien, tout comme la chaîne Beatsaudio en option, et propose beaucoup de fonctionnalités de série.

On soulève de bons et de mauvais points à propos de la petite 500, mais deux facteurs principaux nuisent particulièrement aux ventes. D’abord, sa réputation de fiabilité a été entachée au fil des ans par des problèmes de moteur, de système de refroidissement, de peinture et de finition. Les gens qui s’en sont procuré une il y a quelques années n’ont probablement pas envie de répéter cette mauvaise expérience, d’autant plus que la voiture n’a presque pas changé. Nous avons quand même connaissance que certains propriétaires sont entièrement satisfaits de leur 500, problèmes ou non.

Le prix qui ne cesse d’augmenter est également un frein aux ventes. Avec un PDSF de base dépassant 22 500 $, on concurrence des berlines compactes sans saveur, certes, mais ô combien plus polyvalentes, moins énergivores et plus fiables. Et la location n’est pas disponible, ce qui limite son attrait aussi.

Au salon de Genève en 2019, Fiat a présenté la Concept Centroventi 100% électrique, soulignant les 120 ans de la marque. Une version de production de cette voiture à hayon, qui pourrait devenir la prochaine génération de la 500, sauvera-t-elle la marque sur le respirateur artificiel en Amérique du Nord? Malheureusement, il est peut-être trop tard.

Feu vert

  • Design chic et unique
  • Version Abarth sportive
  • Maniabilité en ville

Feu rouge

  • Version décapotable peu intéressante
  • Consommation peu reluisante
  • Prix élevés

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires