Alfa Romeo Stelvio 2018 : l’utilitaire à l’italienne

Points forts
  • Silhouette aguichante
  • Direction précise
  • Finition soignée
  • Moteur performant
Points faibles
  • Fiabilité à prouver
  • Certains matériaux
  • Système de navigation inefficace
  • Valeur de revente
Évaluation complète

MILAN (Italie) — De nombreuses rumeurs ont circulé le mois dernier concernant la vente possible de certains actifs du groupe FCA. Non fondées, selon nos hôtes de chez FCA. Ce qui est certain, c’est que le membre du grand groupe, Alfa Romeo, a bien l’intention de faire sa place en Amérique du Nord. Nous avions critiqué ce retour par l’introduction de la 4C. Toutefois, voilà que les chiffres parlent d’eux-mêmes.

Plus de 8 000 Alfa ont trouvé preneurs depuis le retour en 2014. Et voilà que les ventes grimpent en flèche avec l’arrivée de la Giulia. La gamme sera étendue sur plusieurs modèles d’ici un an ou deux, et l’introduction du premier utilitaire jamais fabriqué par la firme italienne devrait contribuer à bien installer la marque historique sur le marché nord-américain. L’on annonce déjà plus de cinq nouveaux modèles en addition à la 4C, la Giulia et le Stelvio.

C’est d’ailleurs ce dernier que nous sommes allés essayer dans ces terres. Le nom Stelvio provient de la fameuse route du même nom. Le col du Stelvio est le plus haut col routier des Alpes italiennes, alors que l’on grimpe jusqu’à 2 758 mètres d’altitude sur une route sinueuse. Cette route se classe deuxième derrière le col routier de l’Iseran avec ses 2 764 mètres.

Photo: Alfa Romeo

Le style et le style!

Milan est la ville de la mode et c’est connu. Le style Alfa Romeo en est la plus belle preuve. Je ne sais pas ce que mange la troupe du département design, mais le style des produits de la marque est irrésistible. La 4C et la Giulia sont aguichantes et c’est un peu le même constat pour le Stelvio.

La partie avant avec sa grille en triangle et ses phares effilés s’intègre parfaitement à la silhouette léchée à souhait. Le capot légèrement plongeant s’associe à des passages de roue musclés, et deux plis de carrosserie découpent et allègent la ceinture de caisse. Tous les détails sont importants comme l’insertion du grand logo au-dessus du V de la grille qui s’enveloppe de la partie avant. À l’arrière, les feux sont tout aussi stylisés tandis que les sorties d’échappement se fondent dans la partie inférieure du pare-chocs.

L’habitacle reprend la majorité des éléments de présentation de la Giulia. Comme nos hôtes nous l’expliquaient, pas d’extravagance. J’aime quand même cette intégration de l’écran multimédia dans le tableau de bord. Le bouton de démarrage du moteur se loge également dans le volant. Original! Rien à redire sur l’ensemble. Néanmoins, je me dois de souligner la piètre performance du système de navigation. Il est d’une lenteur désarmante et peu conviviale. Y entrer une nouvelle destination fait appel à la patience. Honnêtement, une bonne mise à jour s’impose.

Photo: Alfa Romeo

Agile et puissant

L’Alfa Romeo Stelvio 2018 porte un choix de deux groupes motopropulseurs. Le premier, celui que nous avions à l’essai dans les Alpes est le quatre cylindres turbo de 2,0 litres à injection directe. Ses 280 chevaux et son couple de 306 lb-pi permettent d’obtenir des accélérations franches. Ses chiffres le poussent au sommet de sa catégorie face aux Audi Q5, Porsche Macan, Jaguar F-PACE, Mercedes-Benz GLC 300 et BMW X3 xDrive28i.

Il s’équipe également du rouage intégral appelé Q4 chez Alfa Romeo. La distribution se porte à 50-50 en mode quatre roues, mais peut transporter toute la puissance aux roues arrière au besoin. Cet élément souligne le caractère sportif de l’utilitaire. L’ensemble se complète par une boîte de vitesses à huit rapports. Après quelques virages bien sentis, la direction est d’une précision remarquable. Particulièrement en mode Dynamic, l’un des trois modes de conduite offerts. La suspension bien adaptée colle le Stelvio au sol malgré l’agressivité de votre conduite. Et ai-je besoin de vous dire que ces éléments ont été largement sollicités sur les routes alpines ?

En début d’année, la version Quadrifoglio s’ajoutera avec le moteur V6 biturbo de 2,9 litres pour 505 chevaux et un couple de 443 lb-pi. Vous aurez le bonheur d’atteindre 100 km/h en moins de 3,9 secondes.

Joueur sérieux

Le nouveau Stelvio devrait obtenir un succès mérité. Il est joli et aguichant, logeable et surtout intéressant à conduire, une caractéristique plutôt rare dans la catégorie. La fiabilité demeure le plus grand défi de la marque. Si ce pas est franchi, il gagnera sa place.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Pleins feux surAlfa Romeo Stelvio 2018 : à l'essai cette semaine!
La guerre des utilitaires est lancée depuis quelques années. Les formats sont nombreux, mais le plus gros pourcentage des ventes provient du segment des utilitaires intermédiaires. Si l’on peut les appeler ainsi. De plus, le véhicule de luxe a la cote. Quand l’on pense que même des constructeurs classiques comme …
Événements spéciauxLe temps de célébrer pour Jeep
VIMY (France) — Il y a 100 ans, la bataille de Vimy a marqué l’histoire pendant la Première Guerre mondiale. Plus de 11 350 Canadiens sont morts pendant cette bataille. La marque Jeep, de son côté, célèbre 75 ans d’histoire après ses premiers tours de roue pendant la Deuxième Guerre …
EssaisAlfa Romeo Giulia Quadrifoglio 2017 : coup de foudre
Le retour d’Alfa Romeo sur le marché nord-américain était timide, mais au cours de la dernière année, on a augmenté considérablement la cadence. La berline compacte Giulia est en vente depuis quelques mois déjà, et le VUS compact Stelvio vient tout juste de débarquer. Puisqu’ils partagent la même plate-forme et …
Commentaires