Honda Civic, Et vlan pour la concurrence !

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

Le marché des berlines compactes est probablement l’un des plus dynamiques ces temps-ci. Étant donné que ce créneau est appelé à devenir encore plus populaire d’ici quelques années, l’équipe du Guide de l’auto a réalisé, en première partie, un des plus importants match comparatif de son histoire, opposant treize de ces compactes. Aussi bien vous le dire tout de suite, la Honda Civic a terminé en deuxième position, à quelques centièmes de points de la première !

Il faut dire que la refonte de 2006 lui a été grandement bénéfique mais que Honda a joué gros. Contrairement à Toyota qui peaufine sa Corolla sans la changer dramatiquement, les stylistes de Honda y ont été avec le manche de la cuillère, pas avec le dos ! Au début, les lignes ont certes choqué mais, avec le temps, on s’est habi tué. Même l’habitacle est différent. Le tableau de bord mérite au moins un coup d’oeil. L’information est donnée sur deux niveaux, ce à quoi certains automobilistes n’ont jamais pu se faire. Mais qui en enchante plusieurs !

La Civic se décline en versions berline et coupé. La berline, somme toute assez sage, peut, depuis l’année passée, se transformer en petit bolide grâce à la livrée Si, auparavant offerte uniquement sur le coupé. À l’autre bout du spectre de la berline, on retrouve, encore cette année, la Hybrid, de plus en plus populaire. Quant au coupé, il propose toujours les modèles réguliers et la Si.

Les versions coupé et berline régulières sont mues par un quatre cylindres 1,8 litre de 140 chevaux et 128 livres-pied de couple. Ce moteur n’est pas le plus puissant sur papier mais, dans les faits, il se montre drôlement en forme ! La transmission automatique à cinq rapports, une rareté dans ce créneau, fonctionne généralement très bien. La manuelle à cinq rapports demeure très « Honda » ; c’est-à-dire que l’embrayage offre peu de résistance et que la course du levier est un peu longue malgré sa précision. Le châssis est rigide, les suspensions proposent un bon compromis entre la tenue de route et le confort. D’ailleurs, il faut souligner que l’habitacle est plus silencieux que dans l’ancienne génération améliorant ainsi la douceur de roulement.

Ici la SI

Les plus sportives Si, elles, ont droit à un très moderne quatre cylindres de 2,0 litres. Certes puissant, 197 chevaux, son couple n’est pas très élevé, soit 139 livres-pied seulement. En plus, ce couple est disponible à haut régime (6 100 tours/minute). C’est donc dire qu’il faut passablement jouer du levier pour bénéficier de bonnes performances puisque la puissance à bas régime fait défaut. La manuelle a beau être fort plaisante à manipuler, il arrive qu’on se fatigue un peu de travailler pour avoir du plaisir. C’est fou comme on a perdu l’art du travail depuis que tout est facile ! Quoi qu’il en soit, la transmission manuelle à six rapports, la seule offerte, s’avère beaucoup plus plaisante à manipuler que celle reliée au 1,8 litre. Pour améliorer la tenue de route, il a fallu rigidifier les suspensions et revoir les rapports de démultiplication de la direction. Contrairement à certaines sportives à traction (roues avant motrices), on ne retrouve que très peu d’effet de couple dans le volant. On a alors droit à une voiture très nerveuse, très agréable à piloter et malgré tout très économique. Heureusement, car cette version sportive dédaigne l’essence régulière !

Vers l’hybride

Quant à la version hybride, ses prestations sont très correctes, étant donné qu’il s’agit d’un… hybride ! Comme sur la plupart des hybrides, une fonction auto-stop permet au moteur de complètement arrêter lorsque le véhicule n’avance pas et ainsi économiser de l’essence. Aussi, la chaleur générée par les freins est récupérée et cette énergie sert à recharger les batteries. Même si c’est moins marqué qu’auparavant, la pédale de frein est un peu plus dure que celle des Civic standards. Lors de notre essai, nous avons obtenu une moyenne de 5,9 litres aux cent kilomètres (75 % route, 25 % ville), ce qui est moins élevé, mais plus réaliste, que les 4,7 litres de Transport Canada. Que c’est beau la technologie quand elle sert à améliorer l’environnement ! Mais il faut avoir les reins solides puisqu’un prêt de Honda sur location augmente de 2 % (3,9 pour les modèles ordinaires, 5,9 pour la Hybrid au moment d’écrire ces lignes) et de 5,4 % sur le financement (1,9 contre 7,3).

Déjà que la Hybrid est passablement dispendieuse… Qui dit Honda Civic dit qualité de fabrication. Certes, depuis quelques années, on sent une légère baisse à ce niveau, et ce, chez tous les constructeurs japonais mais, malgré quelques plastiques piqués dans des bacs de recyclage, l’habitacle de la Civic respire la qualité. La surface vitrée est importante, gracieuseté d’un immense pare-brise très incliné et la visibilité s’avère très bonne dans la berline mais un peu plus pénible dans le coupé, en raison du pilier C. Le coffre est assez grand mais son seuil est un peu élevé. Les dossiers des sièges s’abaissent en tout ou en partie pour agrandir le coffre, sauf sur la version hybride où, à cause de la batterie, ils sont fixes. La Honda Civic demeure l’une des voitures les plus intéressantes actuellement sur le marché. La qualité de sa finition, sa, économique et fiable, son comportement routier à l’avenant et sa valeur de revente déjà élevée mais qui est appelée à encore augmenter sont autant d’incitatifs pour la choisir. Faut juste aimer ses lignes.  

FEU VERT

Fiabilité reconnue
Valeur de revente élevée
Plusieurs espaces de rangement
Moteurs économiques
Plaisir de conduite évident (Si)

FEU ROUGE

Lignes ne font pas l’unanimité
Certains plastiques tristes
Version hybride dispendieuse
Insonorisation encore pauvre
Suspensions dures (Si)

Partager sur Facebook
Commentaires