Aston Martin DBS, entre la DB9 et la Vanquish

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2009

Lancée en 2006, la DBS est présentée comme étant la remplaçante de la Vanquish dans la gamme Aston Martin, mais ce n’est pas tout à fait le cas puisque la DBS est élaborée sur la plate-forme de la DB9 et n’est donc pas une toute nouvelle voiture à part entière. Par ailleurs, James Bond aura été l’un des premiers à conduire la DBS dans le film Casino Royale, et voilà qu’il reprend le volant de la nouvelle version cabriolet, appelée DBS Volante, dans le prochain film, Quantum of Solace.

Le concept de la DBS est fort simple : prendre une plateforme de DB9 et l’alléger au maximum pour ensuite y loger une version plus évoluée du moteur V12. Évidemment, la DBS se démarque de la DB9 par plusieurs éléments de carrosserie, notamment les ailes élargies, les prises d’air sur le capot, des bas de caisse profilés et surtout un diffuseur en fibre de carbone à l’arrière servant à améliorer la stabilité de la voiture à haute vitesse.

Un V12 survitaminé

Sous le capot se trouve une version revue et corrigée du V12 de 6,0 litres qui équipe la DB9, puisque le taux de compression est maintenant plus élevé et que les tubulures d’admission ont été élargies. Le résultat, c’est que la cavalerie passe de 450 à 510 chevaux, et que toute cette puissance est livrée à la route par une boîte manuelle à six rapports. Inspirée par la voiture de course DBR9, gagnante de la catégorie GT1 aux 24 heures du Mans en 2007, la DBS adopte également des composantes réalisées en matériaux plus légers afin de réduire le poids par rapport à la DB9. Ainsi, le capot, les ailes avant, les pourtours des portières et le couvercle du coffre sont en fibre de carbone, plutôt qu’en acier ou en aluminium.

Ce souci du détail a également été repris pour d’autres éléments de la voiture avec le résultat que la DBS pèse 1 695 kg, soit 65 de moins que la DB9, ce qui représente tout un exploit sur le plan technique. La concurrence directe de la DBS comprend deux «grosses pointures » au cachet tout aussi exclusif, soit la Maserati Gran Turismo et la Ferrari 599 GTB Fiorano. Si la Maserati doit s’incliner par rapport à l’anglaise pour ce qui est de la puissance et du poids, c’est tout le contraire pour la Ferrari, qui règne sans partage à ce chapitre grâce à son coeur de feu qu’est le V12 de 620 chevaux qui n’a que 1 688 kg à déplacer, la Ferrari étant également la plus légère de ce groupe restreint.

DBS Volante

Lancée au Mondial de l’automobile de Paris à l’automne 2008, la version cabriolet de la DBS fait également son entrée sur le grand écran dans le dernier film de James Bond. La DBS Volante reprend les éléments mécaniques du modèle coupé et reçoit un toit souple à commande électrique. Cela permet à la marque d’ajouter un modèle à la gamme sans avoir à investir des sommes importantes en recherche et en développement, tout en répondant à la demande de ceux qui veulent s’afficher au volant d’un cabriolet qui offre un cachet d’exclusivité indéniable.

Rapide

Aston Martin devrait également commercialiser la Rapide, qui est une berline aux allures de coupé, en tant que modèle 2010. La Rapide marquera donc le retour d’une voiture à quatre portes au sein de la marque, plus de vingt ans après la célèbre Lagonda. Conçue afin de rivaliser directement avec les versions plus performantes de la Mercedes-Benz CLS, de l’éventuelle Porsche Panamera et de l’actuelle Maserati Quattroporte, la Rapide sera assemblée à l’usine Magna Steyr de Graz en Autriche, ce qui en fera la première Aston Martin produite à l’extérieur de la Grande-Bretagne. La Rapide est elle aussi élaborée sur une version de la plate-forme utilisée pour la DB9 qui est allongée de 300 mm et pourra accueillir quatre passagers à son bord. Tout comme la DBS, la Rapide sera également équipée de disques de freins en composite de céramique et sera animée par une version un peu plus performante du V12 de 6,0 litres.

Ce dernier devrait livrer un peu plus de couple afin de composer avec le poids plus élevé de la voiture, qui devrait atteindre les deux tonnes. Au cours de l’été 2008, les ingénieurs d’Aston Martin ont poursuivi le développement de la Rapide sur le circuit du Nurburgring en Allemagne, et les quelques photos prises de la voiture en action ont révélé la présence d’un immense toit vitré panoramique qui s’étend du sommet du pare-brise jusqu’au début du hayon arrière. Aston Martin compte vendre 2 000 exemplaires de la Rapide par année à compter de 2010, afin de satisfaire aux exigences d’acheteurs potentiels qui veulent une voiture plus pratique que la DBS.

FEU VERT

Puissance du V12 Style intemporel
Puissance des freins
Performances assurées

FEU ROUGE

Visibilité arrière
Volume du coffre
Diffusion limitée
Fiabilité problématique

Partager sur Facebook
Commentaires