Toyota Camry 2015: D’en haut, la vue est si belle

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2015

Le sommet, c’est tout petit. Une pointe en fait. C’est pas très confortable et s’y asseoir entraîne immédiatement une chute. Qu’à cela ne tienne, il y a toujours quelqu’un tout près du sommet qui est là pour prendre la place. Aux États-Unis, la Camry est la voiture la plus vendue, un titre qu’elle mérite amplement mais la compétition ne cherche qu’à lui ravir ce poste privilégié. Au lieu de s’asseoir pour prendre un petit répit, Toyota donne à sa Camry les moyens de rester au sommet.

Au Salon de New York, en avril 2014, Toyota dévoilait sa Camry 2015 qui présentait des changements de mi-génération assez importants. Ils touchent la carrosserie et un peu le tableau de bord, la mécanique étant jugée en parfaite position pour continuer encore quelques années sans améliorations.
Tout d’abord, une autre version a été ajoutée en haut de la pyramide, la XSE, qui sera appelée à jouer un peu le rôle de la S pour la Corolla. Cette livrée S, pour un prix bien étudié, a amené dans les salles d'exposition des gens qui, autrement, n’aurait même pas pensé regarder une Corolla. Des jeunes, surtout.
Les dimensions extérieures de la nouvelle Camry n’ont pas changé sauf pour la longueur qui a gagné quelques millimètres dans les porte-à-faux. Tous les panneaux de la carrosserie ont été modifiés, à part la ligne de toit et les vitres. La partie avant est toute nouvelle et reprend les thèmes esthétiques déjà vus sur la Corolla. De même, les feux arrière s’inspirent de ceux de la compacte. Décidément, on a toujours besoin d’un plus petit que soi…

Quand on part d’une bonne base…

Dans l’habitacle, on note quelques changements très mineurs. Tous les éléments sont au même endroit, excepté l’emplacement des boutons pour le chauffage des sièges avant. La bonne nouvelle, c’est que le tableau de bord était déjà un modèle d’ergonomie. Les sièges non plus n’ont pas changé et demeureront donc confortables, même sur de longs trajets. Les plus perspicaces auront tôt fait de remarquer que le volant est nouveau.

En fait, les changements les plus importants ne sont pas visibles. Des points de soudure ont été ajoutés autour des portes pour accroître la rigidité du châssis. Aussi, les caoutchoucs des portes ont été améliorés et on a ajouté 30 % de matériel insonorisant, surtout au niveau du plancher. Est-ce que la Camry 2015 sera 30 % plus silencieuse que l’édition 2014? Nous ne l’avons pas encore essayée, mais ça nous semble difficile à croire tant le modèle antérieur laissait peu filtrer les bruits extérieurs. Le coffre ne gagne pas un litre, cependant, puisqu’il était déjà de bonne dimension, nous ne lui en tiendrons pas rigueur. Tout au plus, les pentures seront désormais recouvertes d’un plastique, ce qui augmente la perception de qualité.

Statu quo
Côté mécanique, Toyota fait appel aux solutions connues et éprouvées. À la base, on retrouve encore le quatre cylindres 2,5 litres de 178 chevaux à 6 000 tr/min et 170 livres-pied de couple à 4 100 tr/min. C’est à mon humble, mais toujours très juste avis, le meilleur moteur offert pour la Camry. Il est suffisamment puissant et consomme avec parcimonie.

L’autre moteur, un V6 de 3,5 litres déballe 268 chevaux à 6 200 tr/min et 248 livres-pied à 4 700 tr/min. Il autorise des performances de jeune sportive à une berline autrement conservatrice, et  apporte aussi une conduite plus feutrée, plus douce. Il consomme environ un litre de plus à tous les 100 km que le quatre cylindres, ce qui n’est pas trop mal.

Enfin, l’hybride est de retour. Son quatre cylindres de 2,5 litres est marié à un moteur électrique pour assurer des performances très relevées et une véritable économie d’essence. Une moyenne sous les 6,5 litres aux 100 km est parfaitement envisageable. Toutefois, l’Hybrid est plus chère, plus lourde d’à peu près 100 kilos et son coffre perd 66 litres et le passage vers l’habitacle quoique les ingénieurs ont réussi à pratiquer une petite ouverture.

La Camry 2015 connait quand même quelques bonifications techniques. Par exemple, pour assurer une meilleure stabilité, les voies avant et arrière ont gagné 10 mm. Toutes les variantes ont droit à une direction revue pour offrir un peu plus de fermeté et à des freins calibrés pour un meilleur « senti » sur la pédale. Les suspensions, de leur côté, seront un tantinet plus sportives, surtout dans la XSE. Je serais par contre très surpris d’avoir affaire à une nouvelle Supra!

Grâce à tous ces petits changements, la Camry 2015 devrait continuer à dominer son marché. Les modifications apportées n’ont rien pour apeurer le client typique et ne devraient pas affecter à la baisse la valeur de revente des modèles actuels. Bref, la Camry vient de donner un coup de pied à ceux qui commençaient à vouloir la détrôner du sommet.

Partager sur Facebook
Commentaires