Mitsubishi Outlander 2015: Nouvelle chirurgie plastique

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2015

Lors de l’arrivée de Mitsubishi au Canada en 2002, plusieurs étaient heureux de voir débarquer en sol canadien l'Eclipse, une sportive précédée d’une belle réputation. D’autres modèles beaucoup moins intéressants ont aussi franchi la frontière, la Galant et le Montero pour ne nommer que ces deux-là. C’est surtout l'Outlander qui était la grande nouveauté du moment. Depuis ce temps, il tire bien son épingle du jeu puisqu'il représente le troisième modèle d’importance pour Mitsubishi, juste derrière la Lancer et le RVR.

L’Outlander a la tâche colossale de rivaliser dans un segment très compétitif, celui des VUS compacts. Le choix est impressionnant et les constructeurs investissent massivement, histoire de conserver leur avance car c’est la nouveauté qui attire les clients. Pas facile de faire face aux Mazda CX-5, Honda CR-V et Toyota RAV4 sans compter les modèles coréens. Mitsubishi n’a malheureusement pas les capacités pour se battre aussi férocement et surtout pour renouveler ses modèles à la même cadence.

Une retouche rapide pour corriger le tir
En 2010, l’Outlander avait été sérieusement redessiné et son devant plus agressif imitant le design de la Lancer avait fait couler beaucoup d’encre à l’époque. C’était très osé, mais le pari avait été payant. Mitsubishi a relancé le débat l’an passé en présentant un modèle retouché qui, cette fois, marquait un retour en arrière avec des lignes plus classiques. Comme si nous étions revenus avant 2010! 

Preuve que cette nouvelle bouille ne faisait pas l’unanimité, le constructeur japonais a apporté quelques coups de crayon pour 2015 histoire de corriger le tir. La partie avant a été passablement modifiée et marque un retour vers le design qui avait tant amélioré l’Outlander en 2010.

À bord, la dernière génération nous a apporté un modèle mieux ficelé. Les matériaux sont d'apparence plus riche et les détails sont soignés. On a droit de série à bien des équipements incluant une chaine audio de bonne qualité et un port USB afin d’y relier nos appareils mobiles. L’espace demeure généreux et tous les passagers sont à l'aise. L’un des avantages de l'Outlander face à plusieurs de ses rivaux, c’est sa capacité d'accueillir jusqu’à sept personnes. Depuis l’an passé, la banquette de troisième rangée – auparavant pratiquement en carton! – fait place à des sièges confortables, alors que la livrée la plus cossue dispose d’un hayon à commande électrique.

Des choix limités
Côté mécanique, la livrée de base ES est la seule qui peut être équipée du moteur quatre cylindres de 2,4 litres qui produit 166 chevaux et un couple de 162 lb-pi. Il est marié à une transmission à variation continue CVT dont on a revu la programmation afin de rehausser son comportement. Vous avez tout de même le choix entre la traction ou le rouage intégral mais puisqu’il s’agit d’un VUS, il est difficile de vous conseiller de vous en passer.

Alors que plusieurs constructeurs ont mis de côté leurs six cylindres, Mitsubishi mise toujours ce type de moteur pour le reste de sa gamme. L'Outlander SE dispose donc d’un V6 de 3,0 litres qui développe 227 chevaux pour un couple 215 lb-pi. Le rouage intégral est de série, tout comme la transmission automatique à six rapports. L’Outlander GT hérite de la même mécanique, à part son rouage intégral. Il profite du système Super All-Wheel Control (S-AWC), dérivé de la Lancer EVO, qui s’active automatiquement sur pavé glissant. Il comprend quatre modes de conduite maximisant les prestances du véhicule en fonction des conditions de la route. Le mode Eco permet notamment de réduire la consommation du V6 en forçant une conduite en mode deux roues motrices lorsque les conditions s’y prêtent.

Sur la route, les deux moteurs tirent bien leur épingle du jeu. Le quatre cylindres est nerveux alors que sa boîte CTV, sans être des plus agréables, tire bien profit de la puissance disponible. On apprécie également son économie de carburant supérieure.

Le V6 a davantage de souffle et sa puissance plus élevée permet de boucler le 0-100 km/h en un peu plus de huit secondes. La présence de palonniers derrière le volant permet de passer les rapports manuellement si jamais l’envie de conduire un peu plus dynamiquement vous prenait. Le seul désavantage de ce moulin c'est qu’on recommande l’utilisation d’essence super et au prix actuel du carburant, ce n’est pas une bonne nouvelle...

Le Mitsubishi Outlander représente toujours un modèle intéressant. Il fait toutefois face à une concurrence bien ficelée, ce qui lui fait de l’ombre. Il se distingue tout de même par son excellente garantie.

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéQuelques nouveautés pour l’Outlander 2016, 200$ de moins
Mitsubishi ne lâche pas le morceau. Si l’Outlander 2015 est encore d’actualité, la marque japonaise annonce des changements pour 2016. Au total, c’est plus de 100 « détails » qui ont été modifiés. Premièrement, certains éléments extérieurs ont été revus et corrigés. Tous les Outlander seront livrés avec des roues …
Commentaires