Suzuki XL-7, toujours en quète de respect

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2005

Vous connaissez sans doute le comique américain Rodney Dangerfield dont la marque de commerce est de ne jamais être respecté de son entourage. Et bien son équivalent dans le monde de l'automobile est certainement la Suzuki XL-7. Le constructeur a beau nous vanter les mérites de son moteur V6 plus puissant depuis l'an dernier, de la troisième banquette en exclusivité pour la catégorie, il n'y a rien à faire. Elle est généralement l'oubliée de sa classe. Modernisée en 2004, cette petite japonaise possède des caractéristiques qui peuvent répondre aux besoins de certaines personnes.

Mais la XL-7 est une solution de compromis et cela apporte des désavantages qui risquent de ne pas plaire à plusieurs. Il faut savoir que la direction de Suzuki a été quelque peu prise au dépourvu par l'engouement des consommateurs américains pour les VUS sept places. Plusieurs personnes dont les besoins les auraient obligés à rouler en fourgonnettes ignoraient cette solution logique pour acheter de gros VUS sept places. Pour ne pas rater la parade, les ingénieurs se sont rapidement mis au boulot pour trouver une solution. Puisque le temps était compté, ils ont été obligés d'utiliser les moyens du jour. Ils ont donc transformé la Grand Vitara en version sept places en allongeant l'empattement et la caisse. En un rien de temps, cette marque était capable de contrer la concurrence. D'ailleurs, vous l'aurez deviné, les lettres XL sont pour « Xtra Long » et le chiffre 7 indique qu'il s'agit d'un véhicule sept places.

Toutefois, s'il est facile d'allonger un châssis autonome, il est plus délicat de l'élargir et par conséquent la carrosserie qui repose dessus. C'est pourquoi la XL-7 est de même largeur que la Grand Vitara, ce qui lui donne une allure assez particulière. Heureusement que des retouches à la présentation avant et arrière lui confèrent un air plus moderne avec sa calandre de couleur coordonnée à la carrosserie et ses feux arrière cristallins. De plus, de nouvelles roues en alliage sont d'un dessin plus moderne et contribuent à lui donner des airs de VUS plus « cool ». Malgré tout, cette carrosserie allongée vient rompre les règles de l'équilibre visuel.

Jadis le talon d'Achille de ce Suzuki, le tableau de bord est dorénavant un élément positif. La planche de bord nous réconcilie avec les stylistes de Suzuki qui nous offrent une présentation classique et bien exécutée. Et pour nous faire sentir que ce véhicule est le plus huppé des VUS à arborer la lettre S sur sa calandre, des commandes audio sont placées sur le pourtour du moyeu du volant. Il y a bien ces petits tissus si chers aux véhicules nippons qui ne sont pas nécessairement au goût du jour.

Mais les matériaux sont de qualité bien que l'assemblage soit perfectible.

La position de conduite est classique pour ce genre de véhicule alors que le siège est assez haut afin d'assurer une vue plus élevée de la route. De plus, il est confortable. Du moins, jusqu'à la première courbe alors qu'on découvre une absence presque totale de support latéral. Ce qui est agaçant compte tenu de l'étroitesse de cette Suzuki. On glisse toujours sur son voisin et plusieurs romances ont sans doute débuté dans des XL-7. Mais pas question d'aller roucouler sur la troisième banquette qui est non seulement difficile d'accès, mais drôlement inconfortable. De plus, lorsque celle-ci est déployée, la soute à bagages ne conviendra pas aux sept occupants. D'ailleurs, pour faciliter l'accès aux places arrière, les sièges avant peuvent pratiquement être avancés de façon à toucher le tableau de bord !

V6 et 4X4

Il est certain qu'un moteur V6 devait être chargé de propulser le plus gros véhicule fabriqué par Suzuki. La tâche a été dévolue au moteur V6 2,7 litres dont la puissance est de 185 chevaux. Ce qui est pas mal. Surtout lorsqu'on compare le XL-7 aux Honda CR-V et Rav 4. Par contre, ces deux modèles sont plus légers et leur moteur quatre cylindres consomme moins. Le Suzuki est quelque peu piégé par ce moteur dont les prestations ne sont pas particulièrement étincelantes. Plusieurs vont lui reprocher de ne pas offrir 200 chevaux comme les nouvelles Ford Escape et Mazda Tribute. Par contre, une boîte automatique à cinq rapports permet de mieux répartir cette puissance et de réduire les factures de carburant. En outre, le moteur V6 est moins bruyant qu'un quatre cylindres, ce qui est apprécié en conduite en ville.

En raison de l'utilisation d'un châssis autonome et d'un rouage 4X4 à temps partiel, il est aisé de conclure que ce Suzuki doit se faufiler dans la forêt comme un chevreuil dans son ravage. Pourtant, la longueur élevée de ce véhicule et son étroitesse rendent le passage de certains obstacles plutôt difficile alors que le véhicule a tendance à toucher au centre. Par contre, en ville, cet empattement allongé met plus de distance entre les roues avant et arrière lors d'une rencontre avec un nid-de-poule. Ce qui atténue le choc. De plus, ce moteur est doté d'un couple assez important à bas régime et vous permet ainsi de vous dégager de la glu du trafic. Mais ne cherchez pas à éblouir les autres conducteurs par des manoeuvres audacieuses. La suspension de ce 4X4 est souple et calibrée en fonction du confort. Le roulis en virage est important et l'adhérence du train arrière pourrait être meilleure.

Avec un prix tout de même compétitif et le plus petit VUS à proposer un habitacle sept occupants, ce Suzuki n'est pas sans arguments. De plus, lorsqu'on le conduit dans la circulation de tous les jours et qu'on se limite à respecter les limites de vitesse affichées, c'est correct. Mais ne vous avisez pas de faire le matamore en forêt et de jouer au kamikaze dans la circulation urbaine.

Partager sur Facebook
Commentaires