Le cube Krom 2010 de Nissan: Cute devient Krom

Points forts
  • Grandes dimensions intérieures
  • Confort
  • Niveau élevé de l’équipement de série
  • Fonctionnalité incroyable
Points faibles n.d.
Évaluation complète

On m’a toujours dit de ne pas juger un livre par sa couverture. Mais, en ce qui a trait au cube de Nissan, il est difficile de faire autrement. Vous savez, l’honnêteté est de rigueur... cette chose est tout à fait bizarre. Elle est mince, toute en lignes droites et pourvue de vitres qui font penser aux confiseries fines américaines à la gelée de marque Jelly Belly. Sacre bleu, la chose n’est même pas symétrique, pour parler franchement.

Mais le cube Krom porte le débat à un tout autre niveau. En tant que véhicule de haut niveau de la gamme cube (une certaine ironie ici, puisque, par définition, un cube ne comporte pas un plus haut niveau), le modèle Krom contribue un air agressif de jeunesse au joli minois du cube, remplaçant le fascia du devant par un design à trois barres qui, pour être honnête, me semble davantage avoir été installé par un technicien de Chauffage, Ventilation et Air climatisé plutôt que conçu par un créateur designer. À l’avant, en partie inférieure, le volet d’aération fait saillie là où le devant du cube s’arrondit vers le dessous et ce volet est rempli encore d’autres barres chromées... des barres élégantes, horizontales, de style prison. Bien sûr, l’enduit d’un bleu-noir métallique ne facilite pas mon évaluation de testeur, rendant la partie avant tout simplement trop prédominante.

Heureusement, à l’arrière, le Speciality Vehicles Group (Groupe chargé des véhicules spécialisés) de Nissan a apporté moins de tape-à-l’œil à la silhouette simple du cube. Pendant que la portière et le système de fenêtres arrière de proportions inégales sont encore là pour annoncer le style bizarre du cube, une nouvelle garniture inférieure diminue les chances que le pare-chocs arrière ressemble à l’excroissance émanant d’un extra-terrestre. Les fausses prises d’air aux côtés de la plaque d’immatriculation peuvent paraître enfantines, mais, au moins, elles ne ressemblent pas au plissement des lèvres de E.T., se préparant à un baiser. Il est intéressant de noter que l’aileron monté sur le toit à l’arrière, dispositif typiquement soumis à des pressions d’air extrêmement élevées, pour accroître la poussée vers le bas à haute vitesse, soit accompagné d’un collant d’avertissement qui conseille au propriétaire d’éviter les lave-autos automatiques et à haute pression, pour prévenir que l’aileron arrière ne soit arraché.

Une fois à l’intérieur, heureusement, on oublie les babioles voyantes du cube Kr?me. Ayant testé un cube de base l’an dernier, le niveau élevé de raffinement et la magie technologique trouvés à l’intérieur du Kr?me m’ont impressionné. En premier lieu, il y a l’accès sans clé, élément retrouvé sur des voitures beaucoup plus dispendieuses que celle-ci. Une fois assis, en position bien verticale, dans le confortable siège du capitaine, la Kr?m surprend par l’espace disponible en toutes les dimensions possibles. Bien que d’une hauteur d’un peu plus de 5 pieds (152,4 cm) (fidèle à son nom, cette voiture est aussi d’une largeur légèrement supérieure à 5 pieds), le Kr?m procure une position de conduite semblable à celle d’une voiture avec plein d’espace pour la tête, tandis que les portières relativement minces et une console centrale étroite montée sur le plancher permettent beaucoup de place aux coudes. En repoussant le plancher, le plafond et les panneaux intérieurs des portières le plus loin possible, les ingénieurs de Nissan ont réussi à créer un habitacle intérieur qui est, en toute franchise, étonnant.

Et l’espace disponible n’est pas le seul atout dans la manche du cube. Bien que de telles caractéristiques que le tapis à poils longs et un nombre impressionnant de porte-gobelets peuvent être minimisés par les puristes des véhicules moteurs, un fait demeure : ce sont ces petits détails qui ajoutent à l’aspect confort et à la fonctionnalité du cube. L’été approchant à grands pas ici sur la côte ouest, le tapis moelleux à longs poils du cube invitait à la conduite pieds nus (c’est plus sécuritaire que le port des sandales) pendant que le système d’intégration iPod au design habile maintenait les groupes musicaux de Don Henley, Corb Lund, et Journey en mode répétition aussi longtemps que mes passagers pouvaient les endurer. Grâce à un afficheur à cristaux liquides à 100% anti-reflet et à une interface de contrôle simple, même la navigation sur l’un des plus gros iPod est rendue assez facile. Cependant, j’ai constaté que le bouton de contrôle à fonctionnement rotatif, utilisé pour syntoniser la liste d’écoute, les artistes et les chansons, se situait trop proche du rebord en saillie du tableau de bord, m’empêchant de bien prendre en main le bouton.

De même, comme c’est le cas dans plusieurs voitures, j’aimerais que le socle de la prise USB soit placé de façon moins évidente pour masquer les iPods et les lecteurs MP3 des regards indiscrets. Parmi l’une des nombreuses caractéristiques de série du cube, le système d’intégration du iPod est jumelé à un contrôle automatique de la température qui utilise un ensemble de nombreux boutons de large taille faciles à syntoniser, mais un peu déconcertants à opérer. Bien que le système de contrôle climatique permette l’ajustement de la température en gradations de 1-degré, il semble qu’entre 24 et 28 degrés, tout ajustement soit superflu, alors que la propension du système à procurer de l’air chaud ou froid soit aussi prévisible qu’une femelle blaireau en ménopause. Cependant, après avoir établi la température désirée à une extrémité ou l’autre de cet écart, j’ai eu la récompense d’être gratifié, de façon constante, soit d’air chaud ou froid.

Finalement, la large portière arrière escamotable et l’espace de chargement profond ont rendu la tâche de ranger les divers jouets, les sacs d’emplettes, et les paniers de pique-nique qui accompagnent la fin du printemps, facile et rapide. Un grand choix d’espaces de rangement et des porte-gobelets à l’avant gardaient le tout bien organisé. Si l’on a besoin de plus d’espace de rangement, les sièges arrière (très spacieux d’ailleurs) peuvent être couchés vers l’avant, augmentant ainsi l’espace de chargement à la capacité retrouvée à bord des multisegments ou des fourgonnettes de pleine taille.

En toute franchise, il ne m’a jamais été donné de voir un véhicule tel que le cube. Pendant que j’ai eu à me débattre avec l’idée du cube de base testé il y a quelque temps, le Krom s’avère tenir encore plus de l’anachronisme : il présente un design intérieur stellaire et une grande dimension impressionnante, et en supplément, une dose encore plus grande de style bizarre. À la fin de la semaine de test, j’étais convaincu que le cube Krom était la chose la plus laide sur quatre roues. Bien que cette opinion ne soit pas complètement changée, elle est cependant, 100% subjective. La logique de ce raisonnement, par contre, est irréfutable. À un prix de base d’un peu plus de 23 000 $, ce véhicule offre aux acheteurs une fonctionnalité et un confort  incomparables. L’ayant utilisé pour tout faire à partir de transporter des fusils et des carabines au champ de tir improvisé, à plus de quelques kilomètres sur une route en forêt, jusqu’à accompagner ma dulcinée à Whistler pour un souper romantique, ce véhicule est en mesure d’accomplir à peu n’importe quelle tâche que vous lui confiez.

De plus, bien que son allure extérieure puisse laisser à désirer, l’avancement technologique dont il profite est excellent. De fait, le Krom m’a tellement impressionné que, au moment d’écrire ces lignes, le soir de ma dernière journée en compagnie de ce cube carré à l’allure gauche, je ne peux m’empêcher de ressentir plus qu’un pincement de tristesse à l’idée de m’en départir. Combinant la capacité, le côté pratique et un style unique comparables à aucune voiture sur la route aujourd’hui, il possède ce que tant de voitures aujourd’hui n’ont pas : du caractère. Alors voilà. Encore une preuve de plus qui dit qu’on ne devrait, en aucune circonstance, juger un livre par sa couverture, aussi bizarre ou asymétrique soit-elle. Même si l’on annonce du tapis à longs poils à l’intérieur.

Partager sur Facebook
Commentaires