La demande mondiale de pétrole ne fera plus que baisser, selon BP

Les automobilistes partout sur la planète sont loin d’avoir fini de brûler du pétrole, mais selon le géant BP (anciennement British Petroleum), la demande mondiale a déjà atteint son sommet et elle n’ira qu’en diminuant à partir de maintenant.

C’est l’une des principales conclusions de son rapport intitulé « 2020 Energy Outlook ».

Les nombreux confinements du printemps dernier qui ont fait chuter le prix du baril du pétrole à un creux historique – même dans le négatif à un certain point – ont précipité les choses, mais il y a aussi d’autres facteurs comme la popularité grandissante des énergies alternatives (dont les véhicules électriques), l’abandon des plastiques à usage unique et l’augmentation marquée du télétravail dans les années à venir.

Hier, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a réduit de 400 000 barils par jour sa prévision pour la demande mondiale de pétrole en 2020. Aujourd’hui, l’Agence internationale de l’énergie a fait de même dans une proportion de 200 000 barils.

BP entrevoit trois scénarios possibles d’ici 2050, soit en tenant compte d’une transition lente, modérée ou rapide vers les énergies renouvelables. Même dans le premier scenario, où la lutte contre la pollution et les changements climatiques ne s’accélérerait pas, la consommation mondiale de pétrole va plafonner au niveau de 2019 avant de baisser à partir de 2035.

Pourtant, pas plus tard que l’année dernière, BP estimait que la demande allait continuer de croître jusqu’au-delà de l’horizon 2030. La pandémie de COVID-19 a radicalement changé la donne et le monde ne sera plus le même. D’ailleurs, de plus en plus de compagnies pétrolières choisissent d’investir dans d’autres sphères que celle des combustibles fossiles – pas tant par souci écologique, malheureusement, mais plutôt pour continuer à faire de l’argent et assurer la pérennité de leur entreprise.

En vidéo: Essence super ou ordinaire?

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

ActualitéLe prix de l’essence en forte baisse depuis un an
Le prix d’un de l’essence au Canada a connu un recul notable de 14,7% au cours de la dernière année. Il s’agit de la quatrième baisse la plus importante enregistrée parmi tous les pays des Amériques. À titre comparatif, la baisse enregistrée aux États-Unis était de 13,1% durant la même …
BaladoLes jours de gloire du moteur à essence sont-ils comptés?
Depuis l’invention des divers moyens de transport, plusieurs motorisations ont été mises en exercice. Les moteurs à vapeur, à électricité et à essence se sont aléatoirement succédé au fil des décennies. À une époque de plus en plus conscientisée à propos de l’environnement, les spécialistes sont de plus en plus …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires