Ford Fusion - Toujours branchée, pour l’instant

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2020

Dans le Guide de l’auto 2019, nous avions souligné le départ de la Fusion, au même titre que plusieurs autres voitures passant au couperet dans la gamme nord-américaine de Ford. Comme nous le savons tous, elles seront remplacées sur le plancher des concessionnaires par une multitude de nouveaux véhicules utilitaires au cours des prochaines années.

Voilà que la Fusion est toujours disponible pour l’année-modèle 2020, au Canada. Le rabais fédéral à l’achat d’un véhicule électrifié, en vigueur depuis le printemps 2019, a-t-il convaincu Ford de prolonger la carrière de la Fusion? Non, selon le constructeur. Ce sont les médias qui ont bêtement assumé que cette berline intermédiaire serait abandonnée après le millésime 2019. En effet, le constructeur avait annoncé qu’il n’y aurait pas de prochaine génération, sans toutefois dévoiler une date de péremption officielle.

Néanmoins, on finira tôt ou tard par la débrancher de son respirateur artificiel, mais en attendant, la version rechargeable représente tout de même un achat intéressant, compte tenu des bonifications proposées par les deux paliers de gouvernement.

Et ils n’étaient plus que trois

L’an dernier, Ford a trimé dans le choix de motorisations de la Fusion, éliminant le quatre cylindres atmosphérique de base, le 2,0 litres turbo et le V6 biturbo de 2,7 litres. On a aussi tiré une croix sur le rouage intégral disponible en option.

La seule déclinaison non hybride mise sur le quatre cylindres turbo de 1,5 litre produisant 181 chevaux, assorti d’une boîte automatique à six rapports. Un moteur qui fait bien son travail, mais qui consomme pas mal. En fait, parmi toutes les motorisations de base dans le segment des berlines intermédiaires, il s’agit de la pire à ce chapitre – et la seule qui atteint les 10,0 L/100 km en conduite urbaine.

La Fusion hybride consomme significativement moins, avec une cote mixte ville/route de 5,6 L/100 km. Cependant, les versions hybrides de certaines rivales – Chevrolet Malibu, Honda Accord et Toyota Camry, pour ne pas les nommer – gravitent autour de la barre des 5,0 L/100 km en pareille situation.

Puisque les consommateurs québécois profitent d’une remise combinée de 6 500 $ (après le calcul des taxes) en se procurant une Fusion Energi, la déclinaison hybride rechargeable s’avère celle à privilégier. D’autant plus que le constructeur appliquera probablement lui-même un rabais, ce qui rend la Fusion Energi drôlement intéressante. Les autres berlines intermédiaires dotées du même type de motorisation, les Honda Clarity, Hyundai Sonata et Kia Optima, coûtent plusieurs milliers de dollars de plus.

Bon, ce n’est pas une motorisation qui enflammera la passion des automobilistes, avec sa sonorité peu agréable lors des accélérations soutenues, son manque de couple à bas régime et sa boîte automatique à variation continue. En revanche, son fonctionnement est doux, en conduite normale, et en branchant la voiture avec assiduité, on peut rouler sans devoir ajouter trop d’essence. Son autonomie maximale, en mode 100% électrique, estimée à 42 kilomètres n’est pas mauvaise du tout. Et puisqu’il faut compter environ sept heures pour recharger la batterie sur une prise de courant domestique, il n’est pas essentiel d’installer une borne de recharge à la maison. Avec une borne de 240 volts, la recharge complète s’effectue en moins de trois heures.

Confort et convivialité

Les Fusion SE et SEL proposent des sièges en tissu, alors que les éditions Titanium obtiennent une sellerie de cuir. L’équipement, assez complet dans la SEL Energi, comprend des sièges avant chauffants, un climatiseur automatique bizone, un régulateur de vitesse adaptatif et un système multimédia SYNC 3 facile à utiliser. Bref, à moins de préférer une voiture mieux garnie, celle-ci représente le meilleur achat de la gamme.

Le spacieux habitacle de la Fusion, tant à l’avant qu’à l’arrière, n’a rien à envier à ses rivales qui sont toutes plus modernes. Le bémol, et il est important, c’est son coffre ridiculement petit, coupé en deux par la présence de la batterie. Avec un volume de 232 litres, seuls le câble de recharge et quelques sacs peuvent y loger, donc la version rechargeable perd beaucoup de points en polyvalence. Les Sonata et Optima ne sont guère mieux avec un coffre de 280 litres, alors que la Clarity les bat à plate couture avec une capacité de 439 litres.

Pour sa dernière année sur le marché, à moins qu’elle soit reconduite en 2021, la Fusion n’a plus grand-chose à offrir puisqu’elle est déclassée par sa concurrence. Toutefois, la version Energi est à considérer sur le plan financier. Pour le prix demandé, on peut la comparer avantageusement aux compactes hybrides rechargeables comme la Hyundai IONIQ et la Toyota Prius Prime, la Ford étant beaucoup plus logeable pour une famille. Ce n’est qu’une question de temps avant que la vieillissante Fusion passe le flambeau – ou le pistolet de recharge – au Ford Escape PHEV.

Feu vert

  • Habitacle confortable
  • Douceur de roulement
  • Système SYNC 3 convivial

Feu rouge

  • Petit coffre (hybride et Energi)
  • Consommation perfectible
  • Motorisation hybride ennuyante

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Questions des lecteursQuoi surveiller sur la Ford Fusion 2016?
Je cherche présentement à acquérir une Ford Fusion 2016 , mais mes amis n’arrêtent pas de me dire que c’est un mauvais achat parce que la voiture n’est pas fiable. Est-ce que c’est vrai? --------------- Bonjour Marc, Généralement, les gens ont tendance à mettre tous les produits américains dans le …

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires