Lexus RX - Mise à jour technologique

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2020

Introduit vers la fin des années 90, le Lexus RX allait devenir l’un des précurseurs, avec le Mercedes-Benz Classe M arrivé un an plus tôt, d’un segment qui allait devenir ultra populaire, celui des VUS de luxe. Alors que la génération actuelle date de quelques années, le modèle subit quelques retouches cette année, histoire de le maintenir au sommet de son art. Du moins, au sommet des ventes chez la marque de luxe de Toyota.

C’est à l’intérieur que les changements sont les plus notables. On a revu le tableau de bord afin de rapprocher l’écran multimédia du conducteur. Pourquoi? Cédant finalement à la pression, on passe à un écran tactile qui permet de contrôler un peu tout du bout des doigts sans avoir recours au pavé tactile Remote Touch, maintes fois décrié pour son manque d’efficacité. On l’a tout de même conservé afin de ne pas décevoir ses disciples, mais il y a fort à parier qu’il disparaitra bientôt.

En plus d’adopter le nouvel écran tactile, on se détache du système propriétaire Enform pour se tourner vers l’intégration Apple CarPlay et, pour la première fois chez Lexus, Android Auto. On se retrouve ainsi dans un environnement technologique beaucoup plus familier, d'autant plus que plusieurs applications connues pourront être utilisées, dont Waze, Skype et Spotify, le tout à travers un écran de 8,0 pouces inclus de série, 12,3 pouces en option. Finies les chicanes pour brancher vos appareils, car six ports USB sont répartis à bord du RX.

À l’extérieur, le Lexus RX profite de quelques changements esthétiques. Il arbore toujours l’immense grille en forme de sablier qui ne manque pas d’audace. Difficile de ne pas vous recommander l’ensemble F SPORT, qui ajoute un peu plus de caractère au modèle avec plusieurs éléments intéressants, dont une calandre distincte, des jantes de 20 pouces et quelques accessoires décoratifs à l’intérieur.

Une version sept places dispendieuse

Dans le but de rivaliser avec les modèles à vocation plus familiale, Lexus a décliné le RX en version « L » il y a deux ans. On a étiré son châssis afin de lui ajouter une troisième banquette, ce qui lui permet d’accommoder jusqu’à sept passagers. Le hic? Il n’est pas donné. On en a fait une version très haut de gamme et son prix de base est de loin supérieur à celui de ces rivaux. Pas étonnant qu’il représente chez nous un faible pourcentage des ventes du RX.

Malgré ses 110 mm supplémentaires, Le RXL n’est pas aussi spacieux que ses principaux concurrents, et ce, dans toutes les mesures. C’est surtout le faible espace à la troisième rangée qui le pénalise, là où ça compte chez les acheteurs. On obtient 597 mm de dégagement pour les jambes, comparativement à 714 mm, 782 mm et 810 mm dans le cas du Acura MDX, du Infiniti QX60 et du Volvo XC90. Même constat quant au volume de chargement lorsque sept passagers se trouvent à bord.

Hybride bientôt rechargeable?

Le Lexus RX compte sur les deux mêmes choix de motorisation, essence ou hybride. De série, équipé du V6 de 3,5 litres, il développe 295 chevaux et un couple de 268 lb-pi, alors que le RXL mise sur 290 chevaux. La bonne nouvelle : le moteur demeure assez économe en carburant et il s’abreuve de carburant ordinaire. Ce V6 livre une bonne puissance et les accélérations sont plus linéaires que dans le cas des moteurs turbo, une avance sur la concurrence pour ce qui est du comportement.

Sur la route, le format du RXL l’avantage face à ses concurrents. Allégé, on le sent moins badaud que l’Infiniti QX60, tout en étant plus agile en zone urbaine. En fait, il se conduit comme le RX à empattement régulier et c’est ce qui plaît normalement à la clientèle type. On peut moduler sa personnalité grâce à un sélecteur de modes (Normal, Eco et Sport S) selon son humeur et les conditions de la route, par contre il faut avouer que le RX ne donne pas envie de s’élancer sur un circuit de Formule 1, même si les palonniers permettant de changer manuellement les rapports de la boîte de vitesses sont maintenant inclus de série.

Le RX 450h hybride est certes beaucoup plus dispendieux, notamment en raison d’un niveau d’équipement supérieur, mais il s’avère aussi le plus intéressant à conduire. Le combo V6 à essence et moteurs électriques lui procure un dynamisme surprenant, surtout grâce au couple apporté par le moteur électrique. Dès que l’on titille l’accélérateur, le RX est nettement plus prompt à s’élancer et cet effet de puissance procure un sentiment de sécurité en manœuvre de dépassement, ou d’insertion dans une file. Malheureusement, le RX 450h n’est toujours pas rechargeable, néanmoins on nous promet que tous les hybrides populaires de Lexus/Toyota le seront d’ici peu et comme le RX s’avère le meilleur vendeur chez Lexus, on vous laisse deviner la suite.

Feu vert

  • Version hybride agréable à conduire
  • Finition soignée
  • Excellente fiabilité
  • Nouvel écran tactile

Feu rouge

  • Version hybride non rechargeable
  • Version RXL dispendieuse
  • Moins spacieux que ses rivaux (RXL)
  • Choix de couleurs peu éclatées

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires