Dodge Grand Caravan/Chrysler Town & Country/ Volkswagen Routan, si géniale, et pourtant…

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2010

Le marché de la fourgonnette est en chute libre, le saviez-vous? En effet, il se vend deux fois moins de fourgonnettes en Amérique du Nord qu’il y a cinq ans, ce qui explique l’abandon de cette catégorie par Ford, GM, Mazda et Hyundai. Et tôt ou tard, d’autres suivront. Même Toyota pense à ne pas renouveler la Sienna, ce qui n’est toutefois pas chose faite. Pourquoi Chrysler a-t-il donc choisi de lancer en 2008 une nouvelle génération de celle qu’on appelait jadis l’Autobeaucoup? Parce qu’on l’a inventée, et parce que malgré tout, on en vend encore beaucoup.

En fait, la Grand Caravan se vend encore bien, quoique plusieurs unités soient confinées aux parcs de véhicules de location à court terme. Ce n’est pas très bon pour l’image et la dépréciation du produit, mais hélas, tous les moyens sont bons pour en écouler. Et comme plusieurs abandonnent le marché, on récupère cette clientèle toujours désireuse de profiter des avantages d’une fourgonnette. Et on l'attire avec des prix sans concurrence.

Depuis le début, Chrysler est chef de file dans le domaine de la fourgonnette. La qualité et la fiabilité n’ont pas toujours été au rendez-vous, mais on peut certainement affirmer que la plupart des innovations se retrouvant aujourd’hui sur les modèles rivaux ont d’abord pris naissance chez Chrysler. Plus de 25 ans après son introduction, la Grand Caravan atteint des sommets en matière de polyvalence. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il est difficile de comprendre pourquoi tant de gens délaissent ce genre de véhicule, pour se tourner vers des utilitaires ou multisegments certes plus à la mode, mais diablement moins pratiques.  Et vous l'aurez remarqué, il n'y a plus de version à empattement régulier depuis lea refonte de 2008.

Fonctionnelle d’abord

On ne peut pas dire que cette dernière génération de la Grand Caravan ait été la plus jolie. Ses lignes sont peut-être homogènes, mais on est ici loin de l’audace esthétique qu’on avait par exemple présenté avec le modèle 1996. En revanche, l’habitacle est plus joli et fonctionnel que jamais. L’harmonie des couleurs est intéressante, tout comme l’instrumentation sur fond blanc, et on ne cesse à bord de découvrir de nouvelles astuces en matière de modularité et de rangement. Et contrairement à plusieurs autres produits de la marque, la qualité d’assemblage et de finition est tout à fait honnête.

Installé derrière le volant, le conducteur ne peut qu’apprécier les sièges et la position de conduite de ce véhicule. L’ergonomie est également optimale, et ce, qu’importe où vous êtes à bord. Évidemment, la Grand Caravan SE propose moins de fonctionnalités qu’une Town & Country Limited, mais l’équipement de base demeure néanmoins généreux. Côté fonctionnalités, la fourgonnette Chrysler est la seule à offrir le fameux système Stow’n Go permettant de rabattre à plat les deux rangées de sièges, ce qui permet ainsi d’obtenir la meilleure capacité de chargement de la catégorie.

On propose également le système Swivel’n Go, qui consiste à pouvoir retourner vers l’arrière les baquets de la rangée centrale, pour ainsi transformer l’habitacle en petit salon. Il est même possible de placer au centre une petite table à café.

Exception faite de la Grand Caravan SE, toutes les versions peuvent bénéficier du V6 de 4,0 litres, dont le rendement se compare à ce qui se fait de mieux chez la concurrence. Jumelé à une boîte automatique à six rapports, il propose de bonnes performances et une belle souplesse, mais au prix d’une consommation qui oscille facilement entre 13 et 14 litres aux 100 km. L’autre option mécanique est toutefois moins impressionnante, puisqu’on nous sert toujours ce vétuste V6 de 3,3 litres jumelé à une boîte à quatre rapports. Ici, les performances sont modestes et le rendement, décevant.

Sur route, cette fourgonnette propose un confort de première classe. Les baquets individuels sont évidemment plus confortables que les banquettes, mais la suspension bien calibrée permet d’apprécier les déplacements jour après jour. Le véhicule présente sur route un bel équilibre et une étonnante maniabilité. Le roulis en virage est prononcé et le freinage manque parfois de mordant, mais on adopte tout de même rapidement le comportement très prévisible du véhicule.

La Routan, pour qui et pourquoi?

Il serait évidemment long d’expliquer le processus qui a mené chez Volkswagen à la décision de produire une fourgonnette, alors que le marché dégringole. Toutefois, tous sont unanimes pour dire que l’idée n’était pas très louable. Les concessionnaires la considèrent comme un boulet et hésitent à en commander. Car après tout, hormis de jolies retouches esthétiques et une direction et des suspensions offrant une conduite un peu plus ferme, il ne s’agit de rien d’autre qu’une Dodge Grand Caravan. Pourquoi l’acheteur irait-il donc chez Volkswagen quand Chrysler se spécialise dans la distribution de ce produit depuis ses débuts? Poser la question, c’est y répondre. Sachez cependant que Volkswagen demeure dynamique dans ce segment grâce à des taux de financement souvent plus avantageux que chez Chrysler. Et comme l’acheteur d’une fourgonnette doit considérer la Grand Caravan comme une incontournable, il serait aussi plausible de le faire avec la Volkswagen. Reste à savoir pour combien de temps elle sera encore sur le marché, car dès sa première année, Volkswagen a dû momentanément cesser la production, faute d’acheteurs.

Feu vert

Côté pratique évident
Bon confort de roulement
Habitacle très bien conçu
Moteur 4,0 litres agréable
Prix compétitifs

Feu rouge

V6 de 3,3 litres archaïque
Dépréciation importante
Design qui manque d’audace
Consommation considérable
Fiabilité parfois inégale

Partager sur Facebook

À lire aussi

Et encore plus

Commentaires