Match comparatif, Rouler vert ! Solutions variées, mais laquelle choisir ?

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2010

Si nous nous fions aux questions qui nous sont posées par les auditeurs et les lecteurs, plusieurs personnes s’interrogent quant à la pertinence de l’achat d’une voiture hybride. Plusieurs automobilistes sont désireux de réduire leur consommation de carburant et les émissions de gaz à effets de serre, mais ils ne veulent pas non plus payer plus cher pour se retrouver avec un véhicule peu agréable à conduire, techniquement complexe et plus cher à l’achat. Nous avons tenté de répondre à leurs questions.

Mais pour ce faire, c’est presque l’équivalent de vouloir résoudre la quadrature du cercle ! Il y a les véhicules hybrides certes, mais il y a également les petites sous-compactes dont la consommation de carburant est très basse et qui coûtent moins cher à l’achat... Et il ne faut pas oublier les voitures à moteur diesel réputées pour la durabilité de leur moteur et leur faible consommation ! Ce qui explique pour quoi nous avons réuni un groupe de voitures relativement disparates. Les autos à moteur à essence seulement sont représentées par la Honda Fit qui sera nécessairement comparée à sa quasi-jumelle hybride, l’Insight. Chez les diesels, nous avons choisi la 'Voiture verte de l’année', toutes catégories confondues, la Volkswagen Jetta TDI. Enfin, un trio de véhicules hybrides que sont la Ford Fusion, la Toyota Camry et finalement la Prius reconnue comme étant le symbole des voitures écolos.

Mais encore fallait-il trouver un mode de comparaison qui soit représentatif d’une utilisation quotidienne. Voici comment on s’y est pris.

Route-ville-autoroute

La solution la plus facile aurait été de partir sur l’autoroute et de maintenir une vitesse constante pendant 100 kilomètres. Cela aurait avantagé la Jetta par exemple. Si on avait roulé exclusivement en ville, les hybrides auraient sans doute bénéficié de ces conditions tandis que la voiture à essence aurait été pénalisée.

Pour tenter de trouver des conditions équitables, le choix s’est porté sur un circuit comportant environ un tiers de chacune des conditions de route. Et dans chaque section, les essayeurs étaient tenus de respecter les limites de vitesse affichées : 70 km/h sur la route secondaire, 30 km/h dans la circulation de quartier et 100 km/h sur l’autoroute 20. Chaque voiture a donc franchi ce parcours à six reprises avec six pilotes différents afin d’obtenir une consommation de carburant assez représentative de la réalité.

Cela a également permis à nos essayeurs de pouvoir mieux comparer les autres critères d’évaluation d’une automobile que sont le design, le confort de l’habitacle, le rendement de la mécanique, la tenue de route et l’agrément de conduite, entre autres. Car même si vous possédez la voiture la plus écologique qui soit, si elle ne convient pas à vos goûts et vos besoins, elle représente un mauvais choix.
Voyons donc comment nos six candidates se sont débrouillées.

1-    Ford Fusion Hybrid
Elle impressionne

Notre lauréate de ce match est la Fusion qui a bénéficié d’une révision en profondeur du modèle conventionnel tout en  proposant aussi une version à moteur hybride. Et même si son architecture mécanique est similaire à celle de la Toyota Camry Hybrid par exemple, Ford affirme avec véhémence que son système a été développé par ses ingénieurs et possède plusieurs exclusivités qui sont même brevetées par Ford. Ce moteur a devancé celui de tous les autres modèles hybrides et il a impressionné par son rendement, sa douceur de roulement et le passage imperceptible d’un mode à l’autre. De plus, sa transmission CVT a été jugée la meilleure du genre.

Mais cette Ford à moteur hybride est plus qu’une voiture consommant peu. En effet, elle a mérité d’excellentes notes pour sa finition, le confort de ses sièges, la direction et elle a même remporté la palme au niveau de la tenue de route, devançant de peu la Jetta qui n’est pas mauvaise elle non plus à ce chapitre. Nous sommes loin des grosses barges à la tenue de route inexistante qui provenaient de Dearborn il n’y a pas si longtemps. D’ailleurs, ce constructeur nord-américain cavale présentement dans le peloton de tête dans les classements de qualité initiale et notre voiture d’essai reflétait cette situation.

De plus, les essayeurs, à une exception près, ont apprécié ce tableau de bord à affichage multicolore qui égaie et informe en même temps. Pour les points négatifs, il faut souligner un coffre un peu moins grand en raison de la présence des batteries. On aurait pu faire mieux à ce chapitre. Par exemple, la Prius et l’Insight ont réussi à escamoter les piles quelque part sans qu’elles empiètent dans le coffre.
Notre lauréate se classe au troisième rang au chapitre de la consommation avec une moyenne de 5,7 litres, ce qui est excellent compte tenu de la grosseur de ce véhicule. Toutefois, elle glisse au cinquième rang au niveau des émissions de CO2.

Ils ont dit :

« Le confort est excellent et le tableau de bord amusant, intéressant et pratique. La consommation est impressionnante pour la taille du véhicule. » (Sébastien Gallant)

2-    Volkswagen Jetta TDI
Toute une voiture !

Curieusement, l’auto qui se classe au second rang est celle qui a la consommation de carburant la plus élevée et celle qui produit le plus de CO2. Mais les différences sont tout de même minimes, et la Jetta TDI est plus économe en carburant que la plupart des véhicules de sa catégorie et la même chose pour la production des gaz à effet de serre. Il est également certain que la consommation aurait été moindre si on s’était contenté de faire uniquement de l’autoroute. Si elle perd des points en consommant davantage, elle se reprend de belle façon avec son moteur dont le puissant couple a séduit tous les essayeurs qui l’ont classé au premier rang. Il en a été de même pour la direction. Cette voiture permet d’économiser grâce à son moteur diesel qui est maintenant silencieux et sans fumée bleue provenant de l’échappement. De plus, il est possible de combiner une transmission automatique avec un moteur diesel sans être pénalisé au chapitre de l’agrément de conduite et des performances.

En fait, c’est la voiture au complet qui a été appréciée par nos essayeurs ! Qu’il s'agisse de la silhouette, du design de l’habitacle, de la qualité de la finition, cette allemande marque des points partout. Et même si plusieurs personnes trouvent les sièges avant durs, notre panel les a classés au premier rang. Par contre, ils ont été moins généreux pour les places arrière qui sont relativement petites.

Bref, la Volkswagen Jetta TDI n’a pas usurpé son titre de « Voiture verte de l’année » décerné à l’automne 2008, soit avant l’arrivée de la Fusion Hybrid. Donc si vous aimez le caractère des voitures allemandes et ne voulez pas d’une voiture hybride, cette Jetta devrait vous intéresser. De plus, il s’agit d’une compacte tandis que la Ford Fusion est une intermédiaire. Comme cette dernière dans sa version hybride, cette Jetta écologique vous fait payer plus cher pour son moteur.

Ils ont dit :

« Cette voiture est confortable et sécuritaire, tandis que le couple de son moteur est prodigieux. Mais je m’inquiète toujours de sa fiabilité. » (André Lalanne)

3-    Honda Fit
La surprise

Tiens ! Une autre voiture non hybride qui se classe en avant des pures et dures de l’écologie. Elle devance même la Honda Insight qui lui emprunte plusieurs de ses éléments mécaniques. Compte tenu de la différence de prix, on serait porté à croire que les essayeurs ont seulement penché en faveur de la voiture la moins chère. Ce facteur a joué, mais il y a plus. En effet, les gens ont davantage apprécié sa silhouette, le caractère plus pratique de l’habitacle de même que l’agrément de conduite. Il faut toutefois souligner que cette Fit était la seule à posséder une boîte manuelle, ce qui l’a certainement privilégiée au chapitre de la conduite par rapport aux boîtes CVT de quatre des six concurrentes. Elle n’a pas été avantagée par contre par sa consommation, car la transmission automatique à cinq rapports consomme légèrement moins que la manuelle.

S’il est vrai que le manque d’insonorisation et la sécheresse de la suspension lui ont été reprochés, c’est surtout la vivacité de son moteur et son agrément de conduite qui ont été prisés. Et le fait qu’elle ait été la moins chère à l’achat ne vient pas lui nuire non plus.

Cette confrontation avec l’Insight vient également mettre un terme au débat à savoir laquelle des deux choisir. Si vous tenez à consommer moins, l’Insight a un avantage. Mais la différence de prix entre les deux fera pencher les réalistes du côté de la Fit, vendue plusieurs milliers de dollars de moins, en plus d’être avantagée au niveau du plaisir de la conduite.

Ils ont dit :

« Cette voiture est nerveuse et maniable, on a l’impression de pouvoir se faufiler partout. Elle est idéale comme seconde voiture. Par contre, son intérieur est un peu bon marché. » (Marc Girardin)

4-    Toyota Camry
À la recherche d’émotions

Avant d’organiser ce match, j’étais convaincu que la Camry et la Fusion se livreraient une bataille serrée. Comme la Ford la surclasse de 16 points, la Toyota s’incline, non sans s’être hissée près du sommet dans plusieurs catégories en plus de dépasser toutes les concurrentes sur le plan de la finition intérieure, après tout, c’est une Toyota !

En fait, c’est le manque de vivacité du moteur, la lourdeur de l’ensemble, le caractère assez générique du tableau de bord et une conduite sans âme qui lui ont fait perdre le plus de points. Sa direction engourdie et une transmission CVT relativement paresseuse n’ont pas aidé...
La Camry, hybride ou pas, est une excellente voiture, mais elle manque de passion et de caractère. Et étant donné que les concurrentes qui l’on devancée ont un petit quelque chose de plus en fait d’agrément de conduite, elle s’est retrouvée en quatrième place. C’est également l’une de plus vieilles voitures du groupe et de nos jours, ça ne pardonne pas. Malgré sa technologie hybride, sa consommation de carburant pour effectuer notre circuit d’essai n’a pas tellement impressionné. Plusieurs ont souligné que c’était payer cher pour s’ennuyer et économiser peu.

Bref, comme pour toute autre Toyota, le choix des gens se base généralement sur la qualité de fabrication et la fiabilité. Et à ce chapitre, la Camry Hybrid ne les décevra pas. Nos essayeurs avaient des critères différents puisqu’ils préfèrent une voiture plus intéressante et agréable à conduire. À ce propos, les Jetta et Fusion ont davantage d’arguments plaidant en leur faveur.

Ils ont dit :

« J’ai trouvé le moteur silencieux et souple, tandis que l’habitabilité est supérieure à la moyenne. De plus, la finition est impeccable. Par contre, l’agrément de conduite pourrait être meilleur. » (Robert Gariepy)

5-    Honda Insight
La Fit lui porte ombrage

Chez Honda, on a cru bien faire en dotant l’Insight d’une silhouette se rapprochant de celle de la Prius, la voiture hybride la plus reconnue. Mais puisque ces deux modèles n’ont pas tellement recueilli de points pour leur style, il faut s’interroger sur la pertinence de cette décision.

Quoi qu’il en soit, cette Honda Hybride ne se classe pas à l’avant-dernière place uniquement en raison de sa silhouette. Elle est surtout trahie par un moteur bruyant, assez anémique et couplé à une boîte CVT qui a pour effet d’augmenter le niveau sonore dans l’habitacle. Ajoutez à cela une suspension sautillante, une direction trop déconnectée, une finition jugée plutôt ordinaire et vous obtenez des notes assez faibles.

Sur une note plus optimiste, sa consommation de carburant est identique à celle de la Prius avec une moyenne de 4,9 litres aux 100 km, ce qui en fait les deux plus économiques en carburant de notre essai. Curieusement, ce sont les deux lanternes rouges du match. J’aurais cru que le tableau de bord avec ses cadrans indicateurs interactifs allait inciter notre jury à se monter généreux, mais ces gadgets visuels ne semblent avoir impressionné personne. Plusieurs trouvaient même que cela constituait une distraction qui pourrait éventuellement causer un accident.

Honda a travaillé fort pour nous offrir la voiture hybride la moins chère sur le marché et il a réussi. Par contre, la consommation observée qui est pourtant bonne ne semble pas faire la différence. Pour arriver à leur fin et respecter des budgets très serrés, les ingénieurs ont été obligés de faire tellement de compromis que la voiture a perdu des plumes au chapitre de la conduite. Il semble que nos jurés ne souhaitent pas payer plus cher et souffrir une voiture bruyante dotée d’une suspension sèche pour épargner quelques litres de carburant. Dernier irritant noté : la climatisation s’arrête lorsque le moteur cesse de tourner à l’arrêt ! À vous de conclure s’ils ont raison...

Ils ont dit :

« Je ne suis pas épatée par cet indicateur de vitesse qui change de couleur, c’est distrayant. De plus, la position de conduite n’est pas agréable. En revanche, sa consommation de carburant impressionne. » (Karine Phaneuf)

6-    Toyota Prius
La déception

Règle générale, les voitures qui terminent en fin de classement sont des modèles appelés à être remplacés. Mais c’est tout le contraire dans le cas de la Prius. Il s’agit d’une toute nouvelle génération et elle est supposée bénéficier d’une foule d’améliorations. C’est la voiture des plus selon Toyota : plus puissante, plus économique en carburant, plus sophistiquée sur le plan technique et même plus raffinée au chapitre du design. Aussi bien régler ce dernier cas, cette silhouette n’a pas semblé plaire outre mesure, car elle s’est classée au cinquième rang. Et ce n'est guère mieux dans l'habitacle alors que cette grosse console centrale et ce tableau de bord envahissant ont mérité des notes assez basses, idem pour la qualité des plastiques durs et la lisibilité des cadrans. La Prius a fait un sérieux pas en arrière à ce sujet puisque l’édition précédente était dotée d’un écran indicateur affichant le fonctionnement du rouage hybride en couleurs en plus de permettre de régler les autres paramètres. Cette fois, cette tâche est confiée au cadran indicateur principal qui ne paie pas de mine avec son affichage vert difficile à consulter.

Mais ce qui a nui le plus est l’absence d’agrément de conduite, de feedback de la direction ainsi que des performances du moteur. Et même si la voiture offre trois modes de fonctionnement, cet accessoire ne semble pas avoir obtenu l'aval de nos essayeurs.

Ces derniers ont tous été déçus par le manque d'insonorisation de l’habitacle et par la tenue de route quelconque de la voiture. En plus, la suspension leur a paru trop sèche, probablement à cause des pneus à faible résistance de roulement qui ne sont pas réputés pour améliorer le confort. Et pour ajouter l’injure à l’insulte, en mode électrique, elle s’est fait damer le pion par la Ford Fusion Hybride qui roule plus vite et plus loin.

Chez Toyota, on a mis le paquet afin d’offrir le véhicule hybride le plus sophistiqué, mais on semble avoir oublié que les gens doivent en apprécier la conduite.

Ils ont dit :

« Elle est un peu plus décevante que la Camry. Le tableau de bord est très difficile à consulter. Il faut vraiment vouloir sauver la planète pour acheter des hybrides à ce prix ! Heureusement, c’est celle qui consomme le moins avec l’Insight. » (Jean Paul Jodoin)

Conclusion

Plusieurs seront surpris de ce classement qui, à part la Ford Fusion Hybrid, privilégie les voitures à moteur diesel ou à essence. S’il est vrai que les modèles à propulsion hybride ont consommé moins et émettent moins de CO2, aux yeux de notre juré, il fallait plus qu’une fiche écologique. Par contre, la Fusion  est la preuve éclatante qu’il est possible de combiner écologie et agrément de conduite. La Jetta pour sa part prouve que la solution du diesel devrait être considérée par plus d’acheteurs, car elle permet elle aussi d’épargner du carburant tout en se retrouvant au volant d’une voiture quand même performante. Le classement de la Fit démontre qu’une sous-compacte conventionnelle n’a pas à céder le pas devant les autos hybrides plus coûteuses et mécaniquement plus complexes. Elle a d’ailleurs dépassé l’Insight à presque tous les niveaux. Si cette dernière avait coûté moins de 20 000 $, elle serait plus alléchante, mais bien qu’elle soit l’hybride la plus abordable, c’est encore trop cher.

Finalement, les deux Toyota se classent en queue de peloton. Elles ont pourtant l’un des groupes propulseurs les plus raffinés mais il faut davantage que ça. Aux yeux de notre groupe d’essayeurs, il faut également que la voiture soit agréable à conduire et à ce sujet, les deux sœurs ont perdu des points.

Je ne sais pas si nous avons répondu clairement à la question posée au début, mais deux choses résultent de ce match : les solutions techniques autres que l’hybride ne sont pas à ignorer et Toyota n’est plus seul dans la catégorie des hybrides. Et il faut l’avouer, ces résultats soulignent aussi à quel point Ford a progressé en si peu de temps.

Partager sur Facebook
Commentaires