BMW X7 2019: On l’attend depuis longtemps, celui-là

Attendez-vous à en voir plusieurs sur la route. La faim insatiable pour les gros utilitaires en fera une vedette chez BMW.

Tel que publié dans le Guide de l'auto 2019

BMW reconnaît qu’il a pris beaucoup de temps à introduire un tel véhicule au sein de sa gamme déjà étoffée. Lors de discussions précédant l’essai, des chargés de projet et des ingénieurs ont admis leur soulagement puisque le projet tirait à sa fin. Pourquoi cette tourmente en lien avec le X7? Selon plusieurs, il est dix ans en retard.

Si un tel retard constituerait normalement un obstacle à un véhicule donné, ce n’est pas le cas pour le X7. S’inscrivant dans la catégorie des gros utilitaires intermédiaires à trois rangées, le nouveau X7 s’installe dans la mire des Mercedes-Benz GLS et Lexus LX, sans oublier les Cadillac Escalade et le Range Rover.

Comme s’il y est depuis le début

L’existence du X7 semble déjà acquise même si au moment d’écrire ces lignes, nous n’avons que très peu de détails à partager. Malgré tout, il se positionnera comme le véhicule porte-étendard de la marque et les consommateurs seront probablement surpris d’apprendre qu’il est tout nouveau.

Dire que le X7 n’est qu’une version légèrement allongée du X5 redessiné est de simplifier les efforts de BMW. Un constructeur qui offre deux empattements d’un même véhicule greffe habituellement des composantes identiques à chacun, à l’exception des vitres et panneaux de carrosserie. Bien que les X5 et X7 soient basés sur la plate-forme CLAR (acronyme pour Cluster Architecture), selon les dires de BMW, si une pièce du X5 ne correspondait pas à 100% à ses attentes pour le X7, les ingénieurs retournaient à la table à dessin.

En salles d’exposition, les X5 et X7 ne seront toutefois différenciés que par leur longueur. On a pu voir un nouveau X5 dans sa forme finale lors d’un dévoilement exclusif aux médias, mais le X7 était complètement camouflé lors de notre essai. On ne peut malheureusement rien dire d’autre ici, si ce n’est que la calandre typique de la marque fait très belle figure sur les deux utilitaires.

Pour la conduite? Vraiment?

Plus que tout autre fait au sujet du X7, c’est la conduite qui mérite notre attention. C’est sûrement pour cette raison que BMW a permis au Guide de l’auto de faire l’essai du X7 avant même de divulguer certaines informations à propos du X5, et de le conduire.

Dans les mois précédents l’essai du X7, nous avons mis plusieurs autres utilitaires de BMW à l’essai, y compris le X1, le nouveau X2 et le X3 redessiné pour 2018. En résumé, tous ces véhicules adoptent un comportement routier dynamique et sécurisant. Les X1 et X2 se comportent comme un X3, idem pour le X7. Plus précisément, le X7 M40i à moteur six cylindres en ligne, gratifié de la direction intégrale active arrière en option.

J’étais stupéfié par l’agilité et la précision de cette grosse brute. La suspension pneumatique de série joue un rôle de premier rang dans l’agrément de conduite de ce véhicule. Elle confère jusqu’à 80 mm d’ajustement possible au véhicule, aidant l’accès à bord et facilitant les randonnées hors route.

J’ai commencé la journée d’essai au volant de la version xDrive50i à moteur V8 turbocompressé. Évidemment, la puissance est au rendez-vous. L’immense couple disponible à bas régime permet au X7 d’exploser sur un départ-arrêté, mais c’est là que se termine la partie de plaisir, du moins tel qu’équipé sans la direction arrière.

Le poids inférieur sur l’essieu avant se fait ressentir immédiatement dans le M40i. La direction revue, lorsqu’active aux quatre coins, répond plus rapidement et délicatement aux coups de volant. Le moteur turbocompressé de six cylindres dispose lui aussi d’une bonne dose de couple à bas régime et n’est désavantagé qu’en situation de reprise sur l’autoroute. Son dynamisme et la satisfaction que l’on ressent à son volant dépassent grandement les avantages de puissance du V8.

De tout pour les technophiles

Un écran configurable a délogé le bloc d’instruments classique de BMW. Une fois le pincement au cœur passé, on apprécie son affichage clair et détaillé. Un second écran de 12,3 pouces, tourné légèrement vers le conducteur, figure aussi de série et sert d’accès à la septième génération du système multimédia iDrive, amélioré et plus intuitif.

De série, le X7 de BMW présentera un aménagement à sept places. Une paire de sièges baquets à la deuxième rangée, procurant donc de la places pour six passagers, sera offerte en option et selon la version, les assises seront ajustables de façon électrique. L’espace et le niveau de confort pour les occupants des deux premières rangées sont agréables. Ce n’est pas tout à fait le cas pour les passagers de la troisième rangée, mais le coffre, lui, gagne en volume utile.

Le nouveau BMW X7 sera mis en vente au début de 2019.

Feu vert

  • Moteur V8 puissant
  • Direction intégrale active arrière magnifique
  • Excellente suspension pneumatique de série
  • Luxe et prestige assurés

Feu rouge

  • Consommation du V8 élevé
  • Pas de motorisations diesel ni hybride rechargeable confirmées
  • Dégagement limité à la troisième rangée

Partager sur Facebook

Plus sur le sujet

Premiers contactsMercedes-Benz GLS 2020 : la misère des riches
Qui a réellement besoin d’un véhicule utilitaire sport qui coûte plus de 100 000 $? Personne. Et pourtant, il y a toujours des gens pour en acheter. Le nouveau Mercedes-Benz GLS en est un excellent exemple. Entièrement renouvelé pour 2020, le GLS, qui était autrefois tout simplement appelé « GL …
BuzzUn BMW X7 transformé en camionnette, pourquoi pas?
Pas besoin de regarder les chiffres de ventes des constructeurs automobiles pour se rendre compte que les camionnettes sont énormément populaires en ce moment. D’ailleurs, le nombre de modèles et de configurations disponibles atteint un sommet. Ça n’empêche pas certains d’en vouloir plus, toutefois, même du côté des camionnettes de …
Commentaires